Rien ne vous appartient : profitez de ce que la vie vous prête

12 juillet 2018 dans Curiosités 0 Partagés
rien ne vous appartient

L’attachement est compris comme un lien, un lien émotionnel très fort qui détermine le développement de la personnalité, la façon dont nous nous relions aux autres, à tout ce qui nous entoure et même la façon dont nous voyons la vie. Cependant, il y a un inconvénient à l’attachement, et c’est que rien n’est à nous.

Une certaine forme d’attachement est nécessaire. C’est par exemple celui qui a besoin d’une figure stable dans les premières années de la vie pour un développement cognitif et émotionnel correct plus tard. Au contraire, l’attachement précaire est un attachement qui nous remplit d’anxiété et de peur face à l’objet ou à la personne pour qui nous le ressentons. En fait, toutes les relations ont une certaine composante d’attachement, bien que tous les types ne soient pas sains.

Certaines de nos relations peuvent nous causer de l’anxiété à l’idée de les perdre. Pour l’éviter, nous devons nous rappeler que tout ce que la vie nous a donné n’est qu’un prêt. L’appréciation est le premier pas vers un attachement sûr aux personnes qui nous entourent. Il en va de même pour le travail, les vacances et toute situation actuelle.

« Soyez reconnaissant de tout votre être pour tout ce que la vie a à offrir, après tout, c’est ce que vous avez récolté. »
Partager

rien ne vous appartient
Rien n’est à vous : la vie vous le prête

Avoir des relations dans lesquelles nous nous sentons en sécurité n’est pas un don, mais un art qui exige de la volonté et de la pratique. Lorsqu’une relation n’est maintenue que par habitude, et qu’il n’y a pas d’autres raisons qui lui donnent un sens et une transcendance, nous serions confrontés à un attachement peu sûr. L’idéal pour notre hygiène mentale serait de mettre fin à cette situation.

Si nous n’apprenons pas à lâcher prise, si nous ne le faisons pas, les conséquences seront très négatives. Si l’attachement peut nous dépasser et que nous restons attachés, attachés à nos rêves, nos fantasmes et nos illusions, la souffrance grandira régulièrement et notre tristesse sera notre compagnon de route. Bouddha, dans une de ses célèbres citations, a souligné que l’origine de la souffrance est précisément l’attachement.

Rien n’est complètement à vous, la vie vous le prête, elle vous le donne pour que vous puissiez apprendre à en profiter et aussi à dire au revoir.
Partager

Cependant, tous les attachements ne sont pas mauvais, il y en a qui sont nécessaires et utiles. Un attachement sûr est basé sur le fait de savoir comment profiter de ce que nous avons en ce moment, sans avoir besoin que cela reste à nos côtés pour se sentir bien. Si nous regardons ce qui nous fait souffrir avec une nouvelle simplicité, nous comprendrons que ce n’est pas cet objet qui nous fait souffrir, mais la façon dont nous nous y accrochons.

Notre problème avec l’attachement est que nous percevons les choses comme des entités permanentes. Dans la poursuite de nos objectifs, nous utilisons l’agressivité et la compétition comme des outils supposés efficaces, et nous nous détruisons de plus en plus dans le processus. Par conséquent, pour éviter cela, il est nécessaire que vous compreniez que rien n’est permanent, mais que la vie vous le prête.

« Les gens sont aussi beaux que les couchers de soleil, s’ils sont autorisés à l’être. En fait, la raison pour laquelle nous apprécions vraiment un coucher de soleil, c’est peut-être parce que nous ne pouvons pas le contrôler. »

-Carl Rogers-

rien ne vous appartient
La dépendance face à l’indépendance

Notre contexte culturel nous invite à vivre en fonction d’autres personnes : parents, enfants, partenaires sentimentaux…. Dès notre plus jeune âge, on nous a enseigné l’idée de l’amour romantique, celui dans lequel les membres du couple ne peuvent et ne doivent pas vivre séparés les uns des autres. Cependant, la dépendance à l’égard des relations amoureuses est très nuisible, ce qui nous rend totalement incapables sur le plan émotionnel.

La dépendance, comme toute autre construction, n’est ni bonne ni mauvaise en soi. Dans une certaine mesure, elle est toujours présente dans nos vies. C’est quelque chose que nous devrions tous admettre au monde et à nous-mêmes, car cela nous amènerait à reconnaître et à acquérir des façons plus saines d’entrer en relation avec les autres.

Aujourd’hui, on a tendance à considérer la dépendance avec un certain mépris comme un signe de faiblesse. Mais si nous nous arrêtons quelques minutes pour réfléchir, presque tous les aspects de notre vie sont le résultat des efforts des autres. Notre précieuse et magnifique indépendance peut être plus une illusion ou une fantaisie qu’un fait tangible. Pour jouir d’une vie heureuse, nous avons besoin d’amis, d’une bonne santé et de biens matériels ; curieusement, des domaines dans lesquels nous dépendons des autres.

Notre besoin des autres est paradoxal. Alors que dans notre culture nous exaltons l’indépendance la plus féroce, nous aspirons aussi à l’intimité et à la connexion avec une personne spéciale et bien-aimée. Le secret, donc, c’est d’aimer mais pas d’avoir besoin, alors souvenez-vous : rien n’est à vous, la vie vous le prête, commencez à profiter de ce que vous avez.

« Dans nos tentatives folles, nous abandonnons qui nous sommes pour ce que nous sommes. »

-William Shakespeare-

A découvrir aussi