La réussite ne s’attend pas ni ne se poursuit, elle se construit

26 juillet 2017 dans Psychologie 293 Partagés

Il n’y a pas de baguette magique qui puisse nous rendre heureux-se ni apporter la réussite dans notre vie, car cette dernière n’a pas pour habitude de sonner à notre porte sans avoir été préalablement invitée. Si vous voulez connaître la réussite, vous allez devoir la construire et lui donner forme de vos propres mains. Or, pour ce faire, vous devez délimiter ce que vous voulez atteindre, ou autrement dit, vers quelle direction le vent vous serait favorable. Une fois que vous avez répondu à ces questions, une bonne formation et une illusion débordante, sous forme d’énergie, qui vous donnent la force suffisante pour faire face aux premières difficultés, seront de bons appâts pour le succès.

Mais tout ne sera pas un chemin de roses. L’échec – lui ou son ombre – vous attendra dans chaque recoin pour vous effrayer et vous faire hésiter entre aller de l’avant et rebrousser chemin. Cependant, cela fait partie de votre ascension vers le succès, cela fait partie de l’apprentissage. Ne le prenez pas comme une invitation à abandonner ce qu’avec tant d’illusion, vous avez commencé. Vos efforts seront toujours récompensés si vous la gérez avec patience et intelligence.


« J’ai échoué plusieurs fois dans ma vie, c’est pourquoi j’ai atteint le succès. »

– Michael Jordan –


Le premier pas est le plus difficile à faire, mais aussi le plus important

Faire le premier pas est toujours une décision difficile à prendre : c’est créer une inertie en partant d’une position statique. C’est comme l’écrivain-e qui se trouve face à une feuille blanche éveillant toutes ses peurs. Cependant, une fois que l’on a passé cette barrière, il sera plus facile d’avancer, mené-e par la main par notre grande alliée : la détermination.

Nous avons peur de faire le premier pas car souvent, notre esprit anticipe souffrance et échec. Un échec qui n’arrivera peut-être même pas, mais que nous anticipons malgré tout. Peut-être est-ce parce que nous voulons l’immédiateté des résultats, que le chemin vers la réussite soit le plus court possible. Cela nous transmettra une grande frustration, mais tout arrive à point qui sait attendre.

Plus on est loin de notre objectif, plus on sait que l’on mettra du temps à atteindre ce que l’on veut, plus il sera difficile pour nous de prendre la décision de faire ce premier pas. Ensuite, les doutes et les inquiétudes nous envahiront. Et si nous restions sur le chemin ? Parviendra-t-on a surmonter tous les échecs auxquels nous aurons à faire face ?

Les échecs font partie du processus d’apprentissage.

Le « je ne peux pas » n’est pas une option

Notre vie est emplie de « je ne peux pas ». Quatre mots qui font partie de notre vocabulaire et que nous utilisons plus que nous le devrions. Comment nous le disions au début de cet article, la magie n’existe pas. Le succès ne viendra pas nous trouver, à moins que nous soyons nous-même à sa recherche. Cependant, cela ne sera pas possible si nous nous limitons nous-mêmes.

Nos mots ont un grand pouvoir. Si je dis « je peux », il en sera ainsi. Si je dis « je ne peux pas », il en sera ainsi également. Parfois, tout le négatif que nous disons provient de notre entourage. De personnes que nous avons dans notre entourage et qui ne croient pas en nous, de gens qui n’ont de cesse de nous répéter à quel point nos buts sont tirés par les cheveux. Tout cela nous mène à ré-envisager si on va vraiment réussir à atteindre ce que l’on veut, si on en sera capables.

Face à tout cela, il n’y a qu’une seule solution : faire la sourde oreille à tous ces mots que les autres nous disent et qui ne font rien d’autre que nous freiner sur le chemin vers notre succès, pour leur répondre avec un grand sourire. Nous savons mieux que personne ce que nous sommes capables d’atteindre et de faire ou non. Personne n’a le droit ni ne doit nous faire douter de nous.

Se fixer des objectifs qui peuvent se réaliser

La meilleure manière de gérer cet échec que l’on craint tant consiste à se fixer, à l’avance, des objectifs que l’on sait qu’on va être capable de mener à bien. Rien ne sert qu’ils soient trop grands. Le plus important est qu’il soit possible qu’ils donnent des résultats à court terme. Ainsi, on gardera les pieds sur terre, ce qui est indispensable pour pouvoir atteindre le succès.

Cela veut donc dire que nous avons des limites ? Non, cela veut dire que nous devons être réalistes. Car parfois, nos illusions et nos rêves nous jouent un mauvais tour et nos attentes explosent, nous menant à perdre la perspective.

En faisant de petits pas sûrs, sans perdre patience, sans désirer arriver à notre but alors qu’on ne s’est même pas encore mis-e-s en marche, nous pourrons résoudre tout problème qui se présente. Ainsi, au moment où on s’y attendra le moins, on commencera à voir se concrétiser ces objectifs qui jusqu’alors n’existaient que dans notre esprit. Evidemment, les choses peuvent être quelque peu différentes entre ce qu’on imaginait et la réalité, car le chemin laisse sa trace, ce qui normalement est une bonne chose.


« Peut-être n’ai-je pas encore atteint mon but, mais j’en suis plus proche que ce que je l’étais hier ».

– Anonyme –


Rester là à atteindre passivement la réussite, ce n’est pas une bonne chose, mais la poursuivre démesurément, c’est encore pire. Pour que tout se passe bien, il est indispensable de la construire jour après jour, en étant sûr-e-s de nous, sans perdre la perspective, et surtout, si le moment le mérite, en donnant tout. C’est tout un défi de se mettre en marche, mais ça l’est encore plus de se maintenir sur le chemin malgré les problèmes et les difficultés qui se présentent. Cela fait bel et bien partie du processus. Alors, qu’attendez-vous pour commencer à construire votre réussite ?

A découvrir aussi