Construisez vos propres réussites sans vous approprier celles des autres

· 11 mai 2017

Nous nous retrouvons face à des personnes qui ne construisent pas leurs propres réussites, mais s’approprient la réussite des autres. Elles utilisent le triomphe d’autrui comme quelque chose qui leur appartient, profitant des applaudissement innocents des autres. Elles pensent que personne ne découvrira leur secret et s’alimentent de la reconnaissance que les autres, aveuglement, leur offrent.

Le problème est que même si nous mentons ou que nous trahissons, notre conscience court plus vite et sera toujours devant nous, nous montrant la vérité du doigt. Il existe des cas connus, et d’autres qui passent inaperçus, mais qui sont véritables, comme les cas de plagiats de thèses, de contenus d’Internet (illustrations, entretiens, écrits etc…) ou d’autres créations comme les musiques ou les livres.

« Le plagiat est l’acte de quelqu’un qui, dans le domaine artistique ou littéraire, donne pour sien ce qu’il a pris à l’œuvre d’un autre. »

-Dictionnaire Larousse-

Le plagiat cache le besoin d’obtenir de la reconnaissance

Il existe aussi des personnes qui créent des mensonges concernant leur identité comme pour porter aux nues leur importance ou leur valeur. Cela va des mensonges constants et continus que la personne invente pour montrer une vie qu’elle aimerait avoir et exposer aux autres, au maquillage des réussites pour qu’elles paraissent encore plus incroyables que la vérité. Pour certain-e-s, tout est possible dans ce jeu qui cherche à rassasier la faim insatiable de la reconnaissance.

Si l’on s’intéresse plus profondément à ces personnes qui trompent et s’auto-trompent, on trouve probablement un besoin de validation extérieure. Un besoin de reconnaissance si intense qu’il requiert de l’invention car la réalité ne le satisfait pas. Ainsi, la fin justifie les moyens, et si cela implique de s’approprier la réussite des autres pour s’alimenter de la reconnaissance qui devrait pourtant aller aux autres, on le fera.

Cependant, tout cela implique de s’alimenter de quelque chose qui n’est pas authentique. Le « public » n’applaudit pas cette personne, il n’applaudit pas sa création. Il applaudit la création de l’autre et c’est une vérité affligeante pour celui qui la vit. La vérité, c’est que sa conscience crie dans ses oreilles tous les jours pour lui rappeler que ce n’est qu’un mirage et que le mensonge ne pourra jamais recouvrir complètement la vérité.

Générer ses propres réussites, c’est se rapprocher de sa véritable essence

Mais… Pourquoi ne pas créer vos propres réussites ? Pourquoi plagier celles des autres ? N’y a-t-il pas meilleur cadeau que recevoir les applaudissements sincères et honnêtes des autres quand on est l’auteur de la réussite ? Recevoir les applaudissement et les embrassades pour ce que l’on est et ce que l’on a créé.

Comme disait Chillida : « N’oublions qu’original vient d’origine. » Toutes les créations de l’histoire, tout l’art est né de quelqu’un et ainsi, tout ce qui naît de quelqu’un est authentique. Bien sûr que les influences existent et nous aident à trouver l’inspiration, mais il y a une différence énorme entre se sentir inspiré par les œuvres des autres et les copier sans aucun scrupule.

Se tromper soi-même, et donc tromper les autres, signifie s’éloigner de notre essence primitive. C’est vouloir être quelqu’un que l’on n’est pas. C’est ne pas s’efforcer à créer et générer quelque chose de propre. C’est se contenter de quelque chose de facile, mais qui laisse en même temps une empreinte en forme d’argument puissant pour que notre conscience nous punisse toute seule.

Le mensonge, ou l’inverse de l’authenticité

Ces fausses joies ou ces joies non authentiques ne durent pas longtemps et leurs jours sont comptés. Tout mensonge est téméraire, finalement. Il couvre peu et il finit souvent par se savoir, exposant au grand jour l’imposteur, qui doit mentir à nouveau et enchaîner les mensonges pour ne pas être découvert.

Construire vos propres réussites et les générer à partir de vous-même vous fera gagner en authenticité. Cela vous rapprochera de vous-même, avec vos lumières et vos zones d’ombre. Le produit que vous générerez sera le vôtre et il naîtra de votre être le plus authentique. Vous fabriquerez de la vérité et cela vous rendra libre. Sans tromper, sans devoir cacher, sans devoir porter le poids de quelque chose qui n’est pas vôtre. De plus, cela vous donnera une puissante raison d’être fier de vous.

Et comme l’a dit le grand Freddy Mercury avec toute la simplicité du monde :

« Je ne suis que moi-même. Je pense qu’être naturel et être authentique, c’est triompher. »

Mais surtout : être authentique, c’est triompher sur soi-même. Il n’y a pas plus grand triomphe que poursuivre la véritable essence de ce que l’on est !

Lisez aussi : La vérité triomphe d’elle-même, le mensonge requiert de la complicité