Ta réalité n’est pas la mienne

· 11 octobre 2015

Je suis prêt à partager cette réflexion avec toi, en prenant le risque que tu ne sois pas d’accord mais que tu fasses partie de ce jeu sans sortie…

Plus tard, vous comprendrez.

Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous voyons les choses comme nous sommes…

Vous, avec vos qualités et vos défauts, vos expériences, vos rêves et vos illusions, où que vous soyez dans le monde, vous regardez la vie et ce qui arrive, en accord avec vos particularités et vos préférences.

Moi, avec mes qualités et mes défauts, mes expériences, mes rêves et mes illusions, où que je sois dans le monde, je regarde la vie et ce qui arrive en accord avec mes particularités et mes préférences.

Et dans notre dialogue, nous essayons d’interchanger nos mondes en pensant, parfois, que c’est le même. C’est pour cela que parfois, il est si difficile de trouver un accord.

desaccord-shutterstock_112710460-420x281

De fait, deux personnes peuvent avoir assisté à la même scène ou avoir participé à la même situation, elles ont chacune une manière de l’avoir vécu, en accord avec leur expérience, leurs préférences, et leurs croyances, c’est-à-dire, en accord avec la manière d’être de chacun.

Voilà pourquoi chaque opinion est aussi valable qu’une autre, d’où le relativisme du vécu, la subjectivité de nos mondes et la construction de nos réalités. 

Vous, avec votre expérience, moi avec tout mon bagage, même si l’on se trouve au même point et que l’on observe la même chose, nous sommes dans deux réalités différentes. 

Voyons un exemple :

Vous avez été invités à une fête avec votre conjoint et vous avez décidé d’y aller. Mais juste avant de sortir, un ami vous appelle pour vous confirmer que vous n’allez pas être embauché dans son entreprise.

Vous vous disputez avec votre conjoint et finalement, vous décidez de ne pas aller à cette fête.
Votre corps vous demande de rester à la maison, mais vous prenez votre courage à deux mains et vous vous dites que rester chez vous vous déprimerait encore plus. Ainsi, vous décidez de ne pas changer les plans.  

Et nous nous trouvons là. Toi radieux de bonheur, moi dans une immense tristesse, essayant de la masquer. 

Même ainsi, nous mangeons, nous parlons, nous dansons.. et à un moment une chanson me rappelle à lui, je ne peux pas l’éviter et l’atmosphère de la fête devient pour moi quelque chose de confus, de nostalgique et de mélancolique.

Alors que tu continues à danser, enthousiaste comme s’il n’y avait pas de lendemain… moi je décide de rentrer à la maison. Tu restes un moment de plus. 

Lorsque je me remémore la fête de la veille, je me rappelle de cette chanson qui m’a rendu triste, les plats qui lui plaisaient tant et la dissimulation constante dont je faisais preuve pour que personne ne se rende compte que j’étais triste.

Pendant ce temps, tu te souviens des danses avec enthousiasme et la façon dont tu as été plus expansif et amusant que d’habitude. 

shutterstock_263002520-420x293

Il semblerait que vous êtes allés à deux fêtes différentes non? Pourtant, c’était la même mais une personne l’a vécu en grand et l’autre à minima, en focalisant son attention sur les choses différentes. 

Souvent, quand nous parlons de sentiments ou de concepts abstraits comme l’amour, l’amitié, la confiance ou la liberté, nous croyons que nous parlons de la même chose, mais il y a des différences.

Demandez à votre compagnon que sont pour lui ces concepts, vous serez surpris de la façon dont il les voit. Nous sommes certains qu’il aura ses propres nuances.

C’est pour cela qu’il est important, quand nous discutons, de demander à l’autre quelle est la signification pour lui. Ainsi, vous connaîtrez sa perspective, son monde et sa réalité.

papillons-shutterstock_270432002-420x305

Tenez compte de ce que l’autre a déjà vécu, car cela n’a rien à voir avec votre propre expérience.

N’oubliez pas, nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous voyons les choses comme nous sommes.

Osez découvrir d’autres mondes et d’autres réalités !