Apprendre à reconnaître ses défauts

· 4 mai 2015

La plupart des personnes sont capables de juger très facilement les comportements, les attitudes et les défauts de leur entourage. Ainsi, lorsque quelqu’un fait quelque chose qui ne nous plait pas ou qui nous parait incorrect, nous le remarquons immédiatement.

Cela sous-entend, la plupart du temps, que nous portons un jugement plutôt catégorique, en un simple regard. Mais alors… Jugeons-nous un peu trop vite ? Pourquoi est-il si facile de voir les défauts des autres ? Peut-on voir les nôtres aussi simplement et rapidement ?

Le plus dur est de s’apercevoir de nos propres erreurs

Bien évidemment, si nous pouvions reconnaitre tous nous défauts de la même façon que nous y arrivons pour les autres, il serait bien plus simple de contrôler certains attitudes et d’évoluer dans le bon sens.

Cependant, bien se connaître soi-même n’est pas chose simple, mais cela reste nécessaire pour nous sentir bien dans notre peau et pour ne pas commettre d’erreurs.

Evidemment, lorsque nous sommes en action, il est difficile de quitter notre corps pour prendre du recul et nous observer objectivement. Il existe donc d’autre moyens, a priori plus simples, d’analyser nos comportements.

Nous sommes tous des êtres humains et sommes donc tous au même niveau. Nous ne sommes pas parfaits, nous avons le droit de nous tromper et de commettre des erreurs.

C’est pour cela que les erreurs que l’on observe chez les autres sont souvent les mêmes que nous faisons. Quel meilleur moyen, alors, d’apprendre à se connaitre en observant les personnes qui nous entourent ?

Observer le comportement nous renvoie notre propre image

Prenons un exemple concret : nous croisons dans la rue ou au travail une personne que nous connaissons et qui nous salue froidement. La réaction la plus normale est de juger négativement cette attitude, sans chercher à se remettre soi-même en question.

Si cette attitude m’a dérangé et que je suis semblable à cette personne, cela signifie que si j’agis de la sorte, une autre personne pourra mal le prendre. Alors pourquoi ne pas toujours saluer chaleureusement, en guise de modèle ? La même chose est applicable pour l’égoïsme, le narcissisme ou l’orgueil.

Nous devrions tirer des leçons à chaque fois que nous faisons face à une attitude qui nous déplait, pour ne pas la reproduire. Si nous fonctionnons ainsi, nous pourrons devenir de meilleures personnes. Par la suite, les gens feront preuve de respect à notre égard, permettant une plus grande acceptation sociale.

Nous pouvons donc conclure que le meilleur miroir pour se connaitre et en apprendre sur soi, c’est les autres.