Qu'est-ce qui fait qu'une maison devient « notre maison » ?

Pourquoi y a-t-il des endroits où l'on se sent « chez soi » ? Qu'est-ce qui fait qu'un espace spécifique devient progressivement notre « maison » ? Nous l'analysons.
Qu'est-ce qui fait qu'une maison devient « notre maison » ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 14 novembre, 2022

Notre vie est bordée de sensations et d’expériences que nous ne savons pas toujours définir. L’une d’entre elles concerne ces espaces physiques qui, à un moment donné, finissent par constituer notre chez-nous. Peu importe que cette maison ou cet appartement soit possédé ou loué. Il y a des moments où il se passe quelque chose dans cette recherche épuisante d’un logement…

Soudain, nous franchissons un seuil, nous regardons autour de nous et presque sans savoir comment, nous nous sentons chez nous. « Ça y est! », disons-nous presque catégoriquement, sûrs que nous serons heureux entre ces quatre murs. C’est une sensation à mi-chemin entre l’émotionnel et l’intuitif, car nous ne pouvons pas préciser en détail ce qui génère une sensation aussi viscérale.

La même chose se produit dans d’autres endroits qui ne nous appartiennent pas. Il y a des moments où, en passant du temps dans un hôtel, chez un ami ou un parent, nous ressentons le même confort que si c’était chez nous. C’est comme s’il y avait un lien profond avec un espace physique et ce qu’il contient. Comment ces phénomènes s’expliquent-ils ? Qu’est-ce qui fait qu’une maison devient progressivement une partie de nous-mêmes ?

Les psychologues environnementaux sont ceux qui étudient les relations des gens avec les environnements physiques où ils vivent.

Homme avec les enfants de son partenaire
Bien que notre famille soit ce qui compose notre maison, cette variable n’est pas toujours ce qui nous fait considérer une maison comme étant vraiment la nôtre.

Facteurs qui font d’une maison « notre maison »

S’il existe une expression connue dans toutes les langues, c’est « home, sweet home ». Cependant, comme nous le savons bien, toutes les maisons dans lesquelles nous vivons tout au long de notre vie ne sont pas douces ou heureuses. Il y a des dynamiques, des expériences et des éléments à l’intérieur de chaque maison qui déterminent le bien-être de ses habitants et, par conséquent, l’attachement audit environnement.

De même, un cadre plein de luxe et de confort n’en fait pas non plus immédiatement notre maison. Dans ce processus de connexion émotionnelle à une maison, il existe une série de variables que la psychologie environnementale étudie depuis des décennies. Et le sujet est on ne peut plus passionnant.

L’Université du Minnesota a publié un ouvrage intéressant du géographe Yi-Fu qui explique de manière originale comment les gens construisent le concept de « notre maison ». Notre résidence est ce lieu où nous aspirons à la fois à la protection et à la liberté. Dans ce refuge en béton, nous nous protégeons de l’extérieur, pour nous sentir libres, pour être pleinement nous-mêmes et sans masques.

Maintenant, quels sont les facteurs qui font qu’une maison devient vraiment notre maison ? Nous l’analysons.

Ce dont nous avons le plus besoin dans une maison, c’est de nous sentir en sécurité et épanouis.

1. Les versions de vous-même que vous voyez dans cette maison

C’est une approche très intéressante et cela vaut la peine de s’y attarder. Hazel Markus est psychologue sociale à l’Université de Stanford. C’est elle qui a formulé la théorie de notre « moi » lié à un contexte donné. C’est-à-dire que lorsque, par exemple, nous regardons des appartements à louer et qu’il y en a un qui nous plaît de façon immédiate, c’est parce que nous nous sommes projetés dans cet espace.

Nous nous imaginons dans cette maison, jouant de multiples rôles et étant ce que nous voulons. Nous nous visualisons en train de nous reposer, de travailler, de cuisiner, de passer du temps avec notre famille et nos amis. Notre maison est aussi cet espace dans lequel nous nous développons en tant que personnes, dans toutes nos versions.

2. Un endroit où vos besoins sont satisfaits

Vivre dans une petite maison insalubre, soumise à beaucoup de bruit ambiant et dans laquelle nous recevons à peine la lumière du soleil ne couvre pas nos besoins les plus élémentaires. Un tel contexte crée de l’agitation et du malheur. Au contraire, trouver un endroit calme, bien situé, bien éclairé et en bon état génère déjà en nous d’autres sensations.

Les gens ont besoin de ce scénario que nous appelons « maison » pour couvrir tous leurs besoins, à la fois de base et de réalisation de soi. En fin de compte, une maison est un espace où être, évoluer et grandir.

3. Des lieux qui évoquent d’autres maisons où vous étiez heureux

C’est peut-être la couleur des murs, la vue des fenêtres ou même l’odeur que dégage l’environnement. Il y a des maisons qui, comme les gens, nous rappellent d’autres maisons où nous étions heureux. Nous avons tous un certain attachement aux maisons passées. Vous vous souviendrez peut-être avec émotion de la maison qu’habitait votre grand-mère, celle que vous habitiez quand vous étiez petit ou celle où vous alliez en vacances…

Parfois, il suffit de remarquer un petit détail dans un cadre pour ressentir ce même sentiment, que vous êtes dans une maison sûre, inspirante et affectueuse.

4. Vos biens créent aussi votre maison

Notre maison ne sera pas vraiment « la nôtre » tant que nous n’aurons pas rempli ses espaces avec nos propres affaires. Parce que les objets inanimés construisent aussi qui nous sommes, nous leur sommes également attachés et ils laissent une empreinte de qui nous sommes dans un cadre physique. Et ce n’est pas tout.

Une maison devient notre identité lorsque nous la décorons selon notre style, nos goûts et nos passions. Après tout, une maison est aussi le reflet de l’esprit, de la personnalité et des expériences. C’est pourquoi nous devons remplir les murs avec nos peintures et photographies, les étagères avec nos livres et le salon et les chambres avec ces meubles qui nous définissent tant…

Une maison est un écrin auquel nous donnons vie et caractère lorsque nous la décorons selon notre identité.

Femme lisant à la fenêtre
Une maison devient notre maison lorsque toutes les versions de nous-mêmes peuvent s’y épanouir.

5. Votre maison est définie par qui y vit

Une maison est comme une entité avec une vie propre. Nous lui donnons au moment où nous la faisons nôtre, en prenant soin d’elle, en lui donnant de l’affection, en la remplissant de nos affaires et du son de notre vie quotidienne. Mais souvent, pour qu’un espace à quatre murs devienne notre maison authentique, ce dont nous avons besoin, ce sont les personnes que nous aimons.

Notre famille, nos amis et même nos animaux de compagnie sont ceux qui donnent à ce domaine cette empreinte émotionnelle qui le rend vraiment nôtre. Et parfois, peu importe où nous sommes. Si nous sommes avec les gens que nous aimons, une cabane devient un palais et un appartement de quelques mètres carrés un hôtel cinq étoiles au bord du Nil.

Nos émotions sont celles qui peignent les murs et mettent des tapis de bien-être dans n’importe quel endroit, pour nous permettre de nous sentir chez nous.

Cela pourrait vous intéresser ...
Dans cette maison, nous faisons du bruit, nous disons “pardon” et nous nous prenons dans les bras
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Dans cette maison, nous faisons du bruit, nous disons “pardon” et nous nous prenons dans les bras

L'authentique richesse est d'être unis et de savoir que le plus précieux, ce n'est pas ce que nous avons mais qui nous avons à nos côtés. Nous vous...



  • Hinds, Joe; Sparks, Paul (2008-06-01). “Engaging with the natural environment: The role of affective connection and identity”. Journal of Environmental Psychology. 28 (2): 109–120. doi:10.1016/j.jenvp.2007.11.001
  •  Simpson, J. A. & Rholes, W. S. (Eds.) (1998). Attachment Theory and Close Relationships. New York: Guilford Press.
  • Tuan, Yi-Fu (1977). Space and Place. Minneapolis and London: University of Minnesota Press.