Qu'est-ce que le syndrome du personnage principal ?

Vous mettez en scène votre vie ou vous jouez le rôle d'un personnage sur les réseaux sociaux ? Parlons du syndrome du personnage principal.
Qu'est-ce que le syndrome du personnage principal ?

Dernière mise à jour : 30 août, 2021

Nous avons tous rêvé à un moment donné d’être le protagoniste ou le personnage principal d’un film ou d’une fiction. Nous nous imaginons en héros, ou même en victime d’une histoire tragique, romantique ou drôle que nous mettons en scène à la perfection dans notre tête. Qui ne l’a pas fait une fois, voire de nombreuses fois ?

Nous, les rêveurs, traversons la vie en imaginant le présent comme un nœud d’où partent de nombreux chemins possibles, où nous jouons des personnages qui peuvent nous ressembler, mais qui ne sont pas nous. Cela se passe toujours dans notre esprit, un espace auquel personne n’a accès, sauf si nous voulons expressément le partager.

En quoi consiste le syndrome du personnage principal ?

De nos jours, et compte tenu de l’utilisation naissante des réseaux sociaux dans lesquels nous utilisons également notre esprit et le mettons au service de la technologie, cette fiction pourrait devenir une réalité sans que vous vous en rendiez compte, au point de vous affecter vous ainsi que les personnes qui vous entourent.

Nous ne parlons pas d’une condition médicale – du moins pas encore – mais d’un syndrome auquel les spécialistes de la santé commencent à s’intéresser. Les personnes concernées affichent une série de comportements qui consistent à se présenter comme le leader absolu de sa propre vie ou de celle d’une autre personne, entre autres.

Une vie qui est présentée et développée à travers les réseaux sociaux. Une présentation lié au désir naturel et irrépressible de la personne d’être reconnue et validée, à tout prix, même si elle ne se présente pas comme elle est dans la vie réelle.

Une femme qui prend une selfie.

Auto-présentation ou MCS ?

Ce que l’on appelle le main character syndrom ou MCS consiste à se montrer dans différents scénarios. Sur Instagram, par exemple, il est très courant de voir quelqu’un “promouvoir” sa vie comme s’il s’agissait d’une histoire en plusieurs parties.

Mais ce n’est pas quelque chose de nouveau. En fait, de nos jours, nous considérons cela comme quelque chose de normal, mais est-ce bien le cas ? À un moment donné, de nombreuses personnes le font, ou l’ont fait. Nous l’observons notamment chez des personnes connues du grand public de différentes manières. Alors où est le problème ?

L’autoprésentation est un comportement qui vise à transmettre certaines informations sur soi-même ou son image aux autres. C’est une façon d’exprimer notre personnalité par l’exposition de nos goûts et de notre mode de vie.

C’est aussi une sorte de motivation dans le comportement humain. Une étude intitulée Self-Presentation Theory : Self-Construction and Audience Pleasing, publiée par des experts en psychologie sociale, la définit comme des motivations humaines qui sont activées lorsque nous nous sentons évalués par d’autres personnes.

Une femme qui prend une selfie.

“Les réseaux sont des rêves et les rêves sont des réseaux…”

Lorsque nous adoptons des comportements différents pour mettre en valeur des aspects de notre propre personnalité, cela est dans une certaine mesure valable et normal. Le problème des personnes atteintes du syndrome du personnage principal se pose lorsqu’elles souhaitent ou veulent se faire passer entièrement pour quelqu’un d’autre afin de plaire, de rechercher la reconnaissance ou la célébrité, de laisser leur empreinte sur les réseaux…

Le fait est que les nombreuses plateformes de communication numérique permettent de tomber facilement dans le piège du syndrome du personnage principal. L’anonymat offert par les réseaux permet à de nombreuses personnes de se réinventer et de présenter de fausses versions d’elles-mêmes, ce qui, à l’extrême, peut entraîner des problèmes psychologiques tels que le trouble de la personnalité narcissique.

Pour le psychologue et auteur d’articles sur les effets sociaux de la technologie, Phil Reed, ces fantasmes peuvent conduire à des comportements qui ressemblent à ceux observés dans les troubles de la personnalité : “les comportements fantaisistes entretenus par l’évasion peuvent également constituer un problème sérieux pour les personnes susceptibles de développer des problèmes psychologiques, tels que l’anxiété et la dépression, et pas seulement des troubles de la personnalité”.

Pour Phil Reed, les réseaux sont un support où ces conditions psychologiques peuvent être exacerbées, car la frontière entre le réel et le fictif devient de plus en plus floue. “Il faut faire attention à distinguer le syndrome du personnage principal de la réinvention d’un “personnage” par des artistes professionnels”.

Les réseaux sociaux permettent simplement à quiconque de présenter plus facilement et plus rapidement une fausse version de lui-même. Nous pouvons faire un parallèle avec les fake news, qui ne sont pas non plus un phénomène nouveau, mais qui sont rendues possibles par les réseaux sociaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Étions-nous plus heureux sans les réseaux sociaux ?
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Étions-nous plus heureux sans les réseaux sociaux ?

Il y a une question qui va et vient dans nos esprits. Étions-nous plus heureux sans les réseaux sociaux ? Nous tentons ici de répondre à cette ques...