Qu'est-ce que la granularité émotionnelle ?

La granularité émotionnelle est un concept transversal dans notre discours. Être plus ou moins abîmé rend plus ou moins facile pour les autres d'être plus ou moins empathiques avec nous. Dans cet article, nous voulons parler précisément de ce sujet !
Qu'est-ce que la granularité émotionnelle ?
José Padilla

Rédigé et vérifié par Psychologue José Padilla.

Dernière mise à jour : 11 octobre, 2022

Les gens diffèrent dans la façon dont les émotions nous affectent. Il y a ceux qui les vivent d’une manière très particulière, en distinguant clairement une variété d’émotions négatives et positives. D’autres vivent les émotions de manière relativement indifférenciée et globale, traitant une variété de termes comme s’ils étaient similaires et interchangeables.

Imaginez qu’une personne qui vient de subir une perte importante vous dise qu’elle se sent mal. Imaginez maintenant quelqu’un d’autre qui, dans les mêmes circonstances, dit qu’elle se sent triste, impuissante et bouleversée en même temps. Alors que le premier a une expression très indifférenciée, le second est beaucoup plus riche dans son expression et, par conséquent, nous pourrons sympathiser avec lui plus facilement. Autrement dit, la granularité émotionnelle de chaque discours est différente.

La granularité émotionnelle

La granularité fait référence à la spécificité avec laquelle nous exprimons nos émotions. C’est la capacité d’exprimer des émotions avec précision et selon le contexte dans lequel elles émergent. Autrement dit, c’est le niveau de spécificité qui caractérise l’expression d’une expérience affective.

Sur le plan émotionnel, l’expérience nous a permis de constater qu’il y a des gens qui sont meilleurs dans certaines compétences liées à la compréhension des émotions. Ces compétences peuvent mener à une meilleure qualité de vie.

Ces différences qui soulignent que certaines personnes sont « meilleures » ou « pires » sont représentées par différentes constructions qui incluent : la conscience émotionnelle, la clarté émotionnelle, la complexité émotionnelle, la granularité et l’intelligence émotionnelle.

Amis parlant dans la rue
La granularité est un aspect central de l’expérience émotionnelle qui englobe tout un ensemble de compétences qui nous permettent d’exprimer, de comprendre et de réguler nos émotions.

Haute granularité vs. faible granularité

Dans la vie de tous les jours, nous pouvons observer le niveau de granularité émotionnelle des autres. Lorsque nous demandons à quelqu’un comment il se sent, nous remarquons que certaines personnes utilisent des mots très précis pour nous répondre : « heureux », « excité », « triste » ou « en colère » ; ils ont une plus grande granularité émotionnelle car ils sont capables d’exprimer leur expérience émotionnelle en termes plus précis et différenciés, en utilisant diverses étiquettes.

Au contraire, on peut trouver des personnes qui, face à la même question, nous donnent une réponse très vague ou globale (« bonne » ou « mauvaise »). Ces individus ont une faible granularité émotionnelle, car ils expriment leurs émotions en termes généraux, en utilisant des étiquettes globales (typiquement, plaisir et déplaisir).

Alors que les individus très granulaires font des différences très détaillées à partir de leurs expériences émotionnelles, ceux qui ont moins de granularité ne le peuvent pas. Par exemple, ceux qui ont une plus grande granularité peuvent distinguer la colère des autres sentiments négatifs, comme la peur, la solitude. Au contraire, ceux qui ont une granularité plus faible se sentent mal sans autre distinction (comprenant que la richesse de leur discours reflète ou est associée à la précision avec laquelle ils sont capables d’identifier leur état émotionnel).

La granularité n’est pas seulement une représentation verbale. Des études qui ont analysé l’activité des neurones ont indiqué qu’elle va au-delà du verbal, de l’expressif. Les individus faibles et très granulaires présentent des schémas d’activation neuronale très différents, car leur cerveau représente les expériences émotionnelles de différentes manières.

Cette recherche indique également que les personnes à haute granularité, par rapport à celles à faible granularité, utilisent une attention soutenue et un contrôle exécutif pour accéder à des connaissances conceptuelles qui leur permettent d’attribuer un sens aux stimuli émotionnels.

Ainsi, les mécanismes de granularité émotionnelle peuvent être capturés par un traitement neuronal au-delà de l’étiquetage des émotions en soi. Ces résultats nous montrent que la granularité émotionnelle est aussi une façon particulière de vivre l’émotion (Tan et al., 2022).

Avantages de la granularité émotionnelle

Dans le domaine de la granularité émotionnelle, les preuves actuelles suggèrent qu’elle est très bénéfique. Le fait d’avoir des expériences plus granulaires d’émotions négatives est connu pour améliorer la santé mentale et l’adaptation adaptative (Kashdan et al., 2015 ; Smidt & Suvak, 2015).

Cette composante de l’expérience émotionnelle influence également positivement la régulation affective. Dans une enquête, il a été constaté que la différenciation des émotions négatives est positivement liée à la régulation émotionnelle, en particulier lorsque les sentiments sont plus intenses. D’autre part, une faible granularité est associée à une mauvaise stratégie de régulation émotionnelle.

On peut attribuer cette relation entre granularité et régulation émotionnelle à la théorie des sentiments comme information (Schwarz, 2012). Pour cette théorie, la différenciation des émotions permet de mieux comprendre leurs causes et donc de faciliter leur régulation.

La granularité, en particulier celle des émotions positives, peut avoir des avantages dans les relations sociales. Ceux-ci peuvent se traduire par une compréhension plus précise des états émotionnels des autres et faciliter la communication interpersonnelle.

Les résultats d’une étude indiquent que les sujets ayant une différenciation émotionnelle élevée sont mieux à même de catégoriser et de reconnaître avec précision les expressions faciales des autres. De même, les personnes avec une granularité élevée sont de meilleurs juges des émotions de leurs partenaires amoureux.

Amis parlant au bureau
Les personnes ayant une granularité émotionnelle élevée régulent mieux leurs émotions.

Comment cultiver la granularité

La pleine conscience est une technique qui peut contribuer au développement de la granularité émotionnelle. Dans une enquête sur le terrain, une amélioration significative a été trouvée dans la différenciation des émotions positives et négatives.

Les programmes d’intelligence émotionnelle pourraient également être utiles pour cultiver la granularité émotionnelle. Il a été démontré que l’entraînement à cette intelligence conduit à une meilleure identification et différenciation des émotions. En effet, ces programmes de formation incluent des activités de différenciation émotionnelle.

D’autres interventions qui peuvent être très utiles sont celles dans lesquelles on demande aux gens de différencier les émotions positives et de réfléchir au rôle de ces expériences.

Pour conclure, la granularité émotionnelle est une capacité qui nous permet d’élargir la gamme de reconnaissance et d’expression de notre expérience émotionnelle et d’améliorer la régulation de ces sentiments qui nous submergent dans certaines situations. Grâce à cette capacité, nous pouvons garder un enregistrement plus précis de ce qui nous arrive émotionnellement et prédire notre comportement futur en fonction de ce que nous ressentons.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment percevons-nous le temps en fonction de nos émotions ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Comment percevons-nous le temps en fonction de nos émotions ?

Le temps est le même pour tout le monde. Découvrez ici comment nous percevons le temps en fonction de nos émotions.



  • Feldman, L, Gross, J., Christensen, T. C., & Benvenuto, M. (2001). Knowing what you’re feeling and knowing what to do about it: Mapping the relation between emotion differentiation and emotion regulation. Cognition & Emotion15(6), 713-724.
  • Erbas, Y., Sels, L., Ceulemans, E., & Kuppens, P. (2016). Feeling me, feeling you: The relation between emotion differentiation and empathic accuracy. Social Psychological and Personality Science7(3), 240-247.
  • Hoemann, K., Nielson, C., Yuen, A., Gurera, J. W., Quigley, K. S., & Barrett, L. F. (2021). Expertise in emotion: A scoping review and unifying framework for individual differences in the mental representation of emotional experience. Psychological Bulletin147(11), 1159.
  • Israelashvili, J., Oosterwijk, S., Sauter, D., & Fischer, A. (2019). Knowing me, knowing you: emotion differentiation in oneself is associated with recognition of others’ emotions. Cognition and Emotion.
  • Kalokerinos, E. K., Erbas, Y., Ceulemans, E., and Kuppens, P. (2019). Differentiate to regulate: Low negative emotion differentiation is associated with ineffective use but not selection of emotion-regulation strategies.  Sci.30, 863–879.
  • Kashdan, T. B., Barrett, L. F., & McKnight, P. E. (2015). Unpacking emotion differentiation: Transforming unpleasant experience by perceiving distinctions in negativity. Current Directions in Psychological Science24(1), 10-16.
  • Lee, J. Y., Lindquist, K. A., & Nam, C. S. (2017). Emotional granularity effects on event-related brain potentials during affective picture processing. Frontiers in Human Neuroscience, 133.
  • Nelis, D., Quoidbach, J., Mikolajczak, M., and Hansenne, M. (2009). Increasing emotional intelligence: (How) is it possible?  Indiv. Diff.47, 36–41. doi: 10.1016/j.paid.2009.01.046
  • Schwarz, N. (2012). “Feelings-as-information theory,” in Handbook of theories of social psychology, eds P. A. M. Van Lange, A. W. Kruglanski, and E. T. Higgins (New York, NY: Sage Publications Ltd), 289–308. doi: 10.4135/9781446249215.n15
  • Shiota, M. N., Neufeld, S. L., Danvers, A. F., Sng, O., and Yee, C. I. (2014). Positive emotion differentiation: a functional approach.  Personal. Psychol. Comp.8, 104–117. doi: 10.1111/spc3.12092
  • Smidt, K. E., & Suvak, M. K. (2015). A brief, but nuanced, review of emotional granularity and emotion differentiation research. Current Opinion in Psychology3, 48-51.
  • Suvak, M. K., Litz, B. T., Sloan, D. M., Zanarini, M. C., Barrett, L. F., & Hofmann, S. G. (2011). Emotional granularity and borderline personality disorder. Journal of abnormal psychology120(2), 414.
  • Tan, T. Y., Wachsmuth, L., & Tugade, M. M. (2022). Emotional Nuance: Examining Positive Emotional Granularity and Well-Being. Frontiers in Psychology13.
  • Van der Gucht, K., Dejonckheere, E., Erbas, Y., Takano, K., Vandemoortele, M., Maex, E., et al. (2019). An experience sampling study examining the potential impact of a mindfulness-based intervention on emotion differentiation. Emotion19, 123–131. doi: 10.1037/emo0000406