Quelqu'un vous a fait du mal ? Voici 5 questions pour gérer cette situation

Une douleur intense nous catapulte dans l'action. Identifier une attaque nous motive à nous défendre. Mais souvent, entre deux moments, nous avons l'occasion de nous arrêter et de choisir l'option qui est vraiment dans notre intérêt.
Quelqu'un vous a fait du mal ? Voici 5 questions pour gérer cette situation

Dernière mise à jour : 11 août, 2021

Lorsque quelqu’un nous fait du mal, le préjudice et la douleur qui en résulte s’accompagnent souvent de sentiments contradictoires. Tristesse, colère, déception… Parfois, on ressent même de la culpabilité ou on en vient à assumer le mal reçu comme une conséquence immanente d’une action passée dont on était responsable.

Lorsque ceux qui vous blessent sont des personnes que vous aimez, les sentiments gagnent en intensité et peuvent former une véritable tempête mentale. N’oubliez pas que dans toute situation complexe, la première chose à faire est de se calmer afin de ne pas agir de manière irréfléchie et, peut-être, de créer davantage de difficultés.

La clé pour éviter qu’une telle situation ne s’aggrave, souvent inutilement, et ne crée de nouveaux problèmes, est d’analyser calmement ce qui s’est passé. Certaines questions peuvent vous aider à le faire, et ainsi vous permettre de gérer la situation de manière plus appropriée. En voici cinq.

“Faire mal à un adversaire, c’est se faire mal à soi-même. L’art de la paix consiste à contrôler l’agression sans causer de dommages.”

Morihei Ueshiba

Une femme qui réfléchit.

1. Cette personne qui vous a fait du mal comprend-elle vraiment la situation ?

Si vous avez été blessé, vous aurez tendance à juger le comportement de l’autre personne de manière trop unilatérale. Vous attribuerez les motivations de son comportement à son manque de valeurs ou à son désir de vous nuire. Dans le “feu de l’action”, le rejet du préjudice reçu est plus fort que la perception dépassionnée de ce qui s’est passé.

Il est donc bon de se demander si la personne comprend vraiment la situation : est-elle consciente du préjudice qu’elle vous a causé ? Avait-elle vraiment l’intention de vous faire du mal, ou a-t-elle agi sans réfléchir ? A-t-elle agi de manière calculée, ou était-elle téméraire ? Les réponses à ces questions peuvent vous aider à mieux comprendre ce qui s’est passé.

2. Y a-t-il un problème ou un défaut de caractère qui pourrait expliquer son comportement ?

Il est important d’examiner le contexte dans lequel les événements se sont produits. Un comportement qui survient au milieu d’une situation complexe n’a pas la même signification qu’un comportement qui survient au milieu d’une situation quotidienne. Certaines pressions et difficultés peuvent rendre une personne plus susceptible d’agir de manière inappropriée.

Il est également possible que son comportement inapproprié soit répétitif et donc dû à un défaut de caractère. Identifiez-vous et comprenez-vous ce défaut de caractère ? Pensez-vous que cette personne en est consciente ou qu’elle a essayé de le surmonter ? Y est-elle parvenue dans une certaine mesure ? En répondant à ces questions, vous aurez une idée plus claire de la raison pour laquelle vous avez été blessé.

3. Celui qui vous a fait du mal se contredit-il ou exagère-t-il ?

Si vous avez été blessé, il est important que vous ne tombiez pas dans le piège de la victimisation : ne considérez pas les autres comme des bourreaux. De même, vous ne devez pas vous permettre de penser que vous êtes le seul responsable de ce qui s’est passé et que les autres ont agi raisonnablement.

Pour bien gérer ces situations, il est préférable d’atteindre un point d’équilibre. Pour cela, il convient d’observer si l’autre personne se contredit : agit-elle de manière très différente selon les cas ?

Demande-t-elle quelque chose qu’elle ne donne pas ? Il convient également d’examiner si leurs raisons ou leurs prétendus arguments pour agir comme ils le font sont basés sur une vision exagérée de la situation.

4. Que ressentez-vous et comment pourriez-vous le transmettre ?

Les questions précédentes visaient à éveiller l’empathie envers l’autre. Mettez-vous à sa place pour essayer de comprendre ses raisons, ses motivations et ses limites. Une fois cela fait, il est maintenant également nécessaire d’entrer en contact avec vous-même pour identifier les sentiments que cette situation provoque en vous.

Si ceux qui vous blessent sont des personnes importantes pour vous, il est bon de réfléchir à la façon dont vous pouvez transmettre vos sentiments sans les blesser. Demandez-vous si vous voulez faire du mal ou transmettre un message. La meilleure chose à faire est de vous référer aux sentiments que vous ressentez, sans juger le comportement de l’autre.

Une femme les yeux baissés.

5. Que pouvez-vous faire pour que cela ne vous affecte pas ?

Il est possible que la cicatrisation de la blessure soit longue, surtout si elle est profonde. Elle peut affecter votre travail, vos relations avec les autres, et même votre façon de manger ou de dormir.

Traiter intelligemment ce type de situation signifie veiller à ce qu’elle ne vous affecte pas plus que de raison. Il vaut la peine de chercher des moyens de dissiper l’inconfort qu’une telle situation peut vous laisser.

Trouvez un moyen de retrouver votre équilibre émotionnel et de mettre une limite aux dommages que vous avez reçus. Une promenade agréable, une activité plaisante ou une conversation saine peuvent vous y aider.

Si vous avez été blessé, la solution n’est pas de subir le préjudice passivement, ni de concentrer votre énergie à vous venger. La bonne chose à faire est de gérer la situation de manière raisonnable et de mettre fin aux effets de la situation négative, tant pour vous-même que pour la personne qui vous a causé du tort.

Cela pourrait vous intéresser ...
Adaptation autodestructrice : normaliser ce qui fait mal
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Adaptation autodestructrice : normaliser ce qui fait mal

En quoi consiste l'adaptation autodestructrice, comment peut-on l'expliquer, et quelles sont ses conséquences ? Nous abordons ici le sujet !



  • Burgos, O. R. (2012). Daños al proyecto de vida. Buenos Aires: Astrea.