Que faire lorsque l'empathie nous gêne ?

L'empathie est une qualité recherchée. La développer est censé nous rendre meilleur. Cependant, il y a des cas où cela peut nous nuire, et dans beaucoup, il s'agit de la pierre qui nous mène au fond du puits émotionnel.
Que faire lorsque l'empathie nous gêne ?

Dernière mise à jour : 21 juin, 2021

L’empathie, dans le cadre d’une bonne intelligence émotionnelle, est un trait qui nous donne un avantage adaptatif. Cela peut nous rendre meilleurs dans notre vie sociale, mais aussi au travail.

Cependant, lorsque ce canal pour ressentir et identifier les émotions de l’autre est très large, il peut nous annuler, nous bloquer et finalement nous mettre hors de combat. Alors, que faire quand l’empathie nous gêne ?

Décider intelligemment de la position que nous voulons adopter face aux problèmes des autres ou prendre de bonnes décisions sont quelques-uns des processus qui peuvent être affectés par des niveaux élevés d’empathie. Si tel est votre cas, vous trouverez dans cet article quelques conseils pour mieux le gérer.

Démystifier l’empathie

Les amis des personnes très empathiques apprécient d’avoir quelqu’un qui a la qualité de les comprendre d’une manière émotionnelle aussi précise. Mais cette qualité a aussi une autre facette, comme cela arrive par exemple avec de nombreux médicaments. Une dose contrôlée aide l’organisme à récupérer, une dose trop élevée peut nous faire beaucoup de mal.

Souvent, l’empathie est associée à un sens de justice universelle. Cette croyance place cette compétence comme une valeur morale, faisant croire aux gens que leurs décisions basées sur l’empathie sont les plus justes et les plus correctes. Cependant, il n’en est pas toujours ainsi.

Après le putsch de Munich, un couple a soigné et caché Hermann Göring – l’un des lieutenants d’Hitler – de la police lorsqu’il a été grièvement blessé. Plus tard, ce couple est mort dans un camp de concentration.

Signes que l'empathie gêne.

Que faire lorsque l’empathie nous gêne ?

L’inconfort que provoque l’empathie a un large spectre, de la douleur physique elle-même à la contagion émotionnelle. Bien que ce ne soit pas une chose négative, cela peut devenir un problème et même interférer avec les performances normales de la vie quotidienne.

En général, le malaise causé par l’empathie est lié à l’érosion de ces émotions étrangères ou au manque de contrôle. Par conséquent, voici quelques conseils pour reprendre le contrôle de ces sentiments qui se reflètent dans vos propres émotions.

1. Concentrez-vous sur vos besoins

Cela peut sembler égoïste, mais votre santé mentale et physique peut se détériorer si, en règle générale, vous reléguez vos intérêts au second plan, pour privilégier ceux des autres. Ainsi, avant d’envisager d’aider cette personne, vérifiez si vous allez être en mesure de gérer cette aide.

Se mettre en priorité est essentiel. Si vous n’êtes pas en mesure d’aider quelqu’un, vous ne ferez que vous épuiser davantage.

3. Leurs problèmes ne sont pas les vôtres

L’intensité des émotions que suscite l’empathie peut vous faire assumer inconsciemment les problèmes des autres. Parfois, vous éloigner d’une personne aide à réduire l’intensité de l’empathie et permet de penser plus facilement à des solutions plus utiles.

Réduire les contacts personnels avec ces personnes nécessiteuses est une bonne méthode pour cela, car l’empathie s’active principalement à travers ce que vous voyez et ce que vous entendez. Parfois, vous pouvez aider davantage par SMS qu’en parlant en personne.

4. Lorsque l’empathie vous gêne, relativisez

L’idéal serait d’avoir un interrupteur qui active et désactive l’empathie lorsqu’elle devient trop intense. Ce n’est malheureusement pas possible, mais le sentiment peut être relativisé en ne le prenant pas trop au sérieux ou même en utilisant l’humour.

Une ligne est ainsi établie entre l’émotion et l’observation de celle-ci. Cela réduit également la fatigue liée à la compassion.

Limite de l'empathie qui gêne.

5. Fixez des limites

Être très empathique est un cadeau qui nous permet de nous connecter aux autres. La souffrance et la joie que suscite l’empathie sont authentiques.

Les vampires émotionnels ou narcissiques, les personnes très en colère qui s’apitoient sur elles-mêmes sont des exemples de profils que vous devriez éviter. Si vous n’avez pas d’autre choix que d’y faire face, fixez-vous des limites qui ne leur permettent pas de profiter de votre capacité à vous mettre à leur place.

6. Si l’empathie vous gêne, faites-vous de l’espace

La solitude et la tranquillité aident à recharger l’énergie qui s’est échappée à cause de l’empathie tout au long de la journée. Lui réserver un temps ou un lieu n’a rien d’égoïste. Si vous évitez que votre batterie se décharge, vous serez mieux en mesure de prendre soin de vous et des autres.

En somme, l’empathie peut avoir des effets très différents selon les autres composantes de notre intelligence émotionnelle. Une grande empathie, associée à une très grande capacité à réguler et à gérer les émotions, peut être un grand avantage. Cependant, cela peut aussi être une grande condamnation si les deux éléments ne sont pas alignés.

Cela pourrait vous intéresser ...

Si la porte ne s’ouvre pas, ce n’est pas votre chemin
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Si la porte ne s’ouvre pas, ce n’est pas votre chemin

On dit souvent que nos choix nous définissent, mai nombre de ces mécanismes qui nous font aller dans une direction déterminée sont toujours inconsc...

v