Les émotions les plus nocives, selon le bouddhisme

Les émotions les plus dommageables, selon le bouddhisme, sont la peur, la colère, la culpabilité et l'insatisfaction. Ce sont toutes des émotions puissantes qui ont tendance à être envahissantes et à rompre notre équilibre intérieur. Pour les combattre, il faut les identifier, les accepter et les laisser partir...
Les émotions les plus nocives, selon le bouddhisme

Dernière mise à jour : 11 juin, 2021

Pour le bouddhisme il n’y a que deux émotions essentielles : l’amour et la peur. Toutes les autres expériences subjectives se détachent de ces deux grands axes. Et les émotions les plus nocives, sont celles qui découlent de la peur.

Lorsque le bouddhisme parle d’émotions néfastes, il fait référence à celles qui perturbent radicalement l’équilibre intérieur. À savoir ces émotions envahissantes plus ou moins durables qui ont tendance à devenir une habitude. Elles façonnent notre façon d’être et ont des conséquences importantes sur notre santé et nos relations sociales.

Pour les bouddhistes, l’être humain est fondamentalement calme et bon. Cependant, le monde dans lequel nous vivons soulève de fortes tensions qui, si elles ne sont pas gérées, conduisent aux états internes les plus néfastes régis par la peur, la colère, la culpabilité et l’insatisfaction. Regardons cela plus en détail.

“Toute action positive, aimante et compatissante porte les graines du bonheur et de la vraie satisfaction. Toute action négative, agressive et égoïste porte en elle les germes de la souffrance et de la douleur.”

– Bouddha –

Les émotions nocives : la peur.

La peur, source de tout mal et des émotions nocives

Les bouddhistes soulignent que la peur est en tête de liste des émotions les plus dommageables. C’est une émotion très attachée à l’ego. Plus grand est l’égo, plus nous sommes vulnérables à la peur. Lorsque l’ego prévaut, il nous est facile de ne voir la réalité qu’en fonction de nos désirs et de nos besoins.

Cette peur est généralement la peur de ne pas obtenir quelque chose ou de perdre quelque chose qui est considéré comme sien. Dans les deux cas, le point de référence est le soi et ses possessions.

Ce sentiment a tendance à se diluer lorsque l’on comprend que l’univers a sa propre logique et que nous n’en sommes pas le centre. Que tout ne dépend pas de notre volonté et que nous n’avons jamais un contrôle total sur l’environnement et sur son avenir.

La colère, l’une des émotions les plus nocives

La peur mène souvent à la colère. Lorsque nous avons peur de quelque chose, la réaction naturelle est de nous mettre en position d’attaque ou de défense, face à ce que nous considérons comme un risque ou un danger.

Lorsqu’un animal est menacé, il active les mécanismes d’agression. Le bouddhisme dit que les êtres humains ne sont pas vraiment préparés à être agressifs, et c’est pourquoi ils n’ont pas de griffes ou de crocs.

La colère est généralement une expression de frustration parce que ce que nous voulons ne correspond pas à ce que la réalité nous donne. Ici encore, l’ego est touché. Sans nous en rendre compte, nous prétendons que la réalité se plie à nos désirs, oubliant que nous ne sommes qu’une petite particule de l’Univers.

La culpabilité, un mauvais partenaire

La culpabilité n’apporte rien de bon à la vie. À savoir cette sensation d’avoir agi contre ses principes ou nos convictions. Il ne s’agit pas tellement de la conscience d’avoir fait du mal, mais du fouet de ne pas avoir été à la hauteur de ce que nous pensons de nous-mêmes.

Le mieux n’est pas de nous martyriser pour ce que nous avons fait, mais de trouver le sens de ces actes ou de ces paroles dont nous nous repentons. Pour le comprendre, il faut trouver les causes qui nous ont amenés à agir ainsi et les conséquences que cela engendre, pour nous-mêmes et pour les autres.

Ensuite, il faut accepter que nous sommes dans un processus d’évolution. Tout événement nous apprend quelque chose de pertinent sur nous-mêmes. 

Les émotions nocives : l'insatisfaction.

L’insatisfaction, un état inutile

L’insatisfaction est un autre nom pour la souffrance ; nous souffrons parce que nous n’acceptons pas la réalité. Nous aimerions être, faire, avoir ou réaliser quelque chose, sans succès. Derrière toutes les formes de malheur qui se traduisent par l’insatisfaction et la souffrance, il y a des désirs et des attachements.

Apprendre que rien n’est permanent et être conscient que l’Univers fonctionne comme il se doit nous rend plus fort face à la frustration. Tout arrive et tout part au bon moment. Rien ne reste pour toujours : le changement est la norme. Ainsi, l’opposition au changement est rarement couronnée de succès.

Pour le bouddhisme, les émotions les plus nocives se gèrent en trois étapes. La première consiste à les reconnaître, car ce n’est qu’ainsi que nous pouvons les traiter. La seconde consiste à les accepter, sans s’en vouloir. La troisième consiste à les libérer. Dans cette marche à grands pas vers la croissance, le contrôle du souffle peut nous aider.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’insatisfaction des perfectionnistes
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
L’insatisfaction des perfectionnistes

Les personnes perfectionnistes recherchent sans cesse le succès, bien que rien ne leur semble suffisant. Presque tout leur génère de l'insatisfaction car leur niveau d'exigence est excessif,  illusoire même, car elles pensent pouvoir toujours faire mieux.



  • Calle, R. A. (1998). Guía práctica de la salud emocional: cómo curar sus emociones negativas para acceder a una vida más plena y feliz (Vol. 507). Edaf.