Qu’apprendre des arbres pour atteindre le bonheur ?

· 1 juillet 2017

Les arbres deviennent royaux et magnifiques grâce à de fortes racines. Ils ne craignent pas les tempêtes, ils sont la connexion à la Terre et au lieu de résister aux changements, ils se laissent porter par les cycles de la nature avec sérénité et complaisance. Il est suffisant d’écouter leur silence majestueux pour ressentir toute la magie sage qui se trouve en eux…

Robert Graves disait, dans son inoubliable livre « La Déesse Blanche » que les arbres ont beaucoup de similitude avec les humains. Cependant, il y a en eux quelque chose de plus mystique, de plus équilibré, pacifique et même noble. De fait, il y a peu, un sujet similaire est devenu viral sur les réseaux sociaux.

« L’arbre qui peut se plier avec le vent ne casse pas. »

-Proverbe africain-

Nous nous référons au concept d’ « arbres timides ». La simple formule a immédiatement interpellé les utilisateurs de Twitter. Peu après, biologistes et naturalistes n’ont pas douté à approfondir un peu plus cette idée qu’en botanique, on connaît sous le nom de « fissures de timidité« . Cela fait référence au curieux phénomène né dans les années 50 et qui décrit un fait naturel aussi insolite que fascinant.

Dans les forêts tropicales, caractérisées en grande majorité par leur frondaison, les arbres poussent généralement très collés les uns aux autres. Mais il y a certaines espèces qui ne se frôlent jamais, ne se touchent jamais. Entre eux, ils laissent un espace que l’on connaît sous le nom de « fissures de timidité », au point de créer de fascinantes fentes, des veines très fines par où peut entrer la lumière dans un équilibre subtil, créant alors un environnement merveilleux.

Ils coexistent entre eux en parfaite harmonie, communicant peut être dans un langage ancien qui ne connaît pas les mots, mais en démontrant que dans la nature, ce n’est pas toujours le plus fort qui survit. Parfois, le respect mutuel crée la vie la plus belle.

Les racines des arbres bougent à la recherche d’aliments

Les arbres ne sont pas timides et ne laissent rien au hasard. En réalité, ils sont magnifiquement sages et cela vaut la peine d’apprendre d’eux de manière plus intime et réfléchie. Nous savons, par exemple, que les pratiques actuelles comme l’arbothérapie ou les « bains de nature » sont très bonnes. Mais au-delà de se promener dans la forêt ou d’entourer un arbre de ses bras, on peut apprendre d’eux des choses très enrichissantes : comprendre leur nature pour l’imiter.

  • Lorsque nous parlons des racines d’un arbre, nous pensons immédiatement à quelque chose d’inamovible, dur et ferme. De fait, il est courant de mettre en lien nos propres racines avec ce lien familial qui nous définit et nous détermine en même temps.
  • Cette idée n’est pas complètement vraie. Les arbres, en réalité, bougent stratégiquement leurs racines à la recherche d’un meilleur aliment, de meilleurs nutriments grâce auxquels ils poussent, fleurissent, s’étendent…
  • De fait, les stratégies de collecte des aliments chez les arbres sont surprenantes, au point que beaucoup d’entre eux étendent les filaments de leurs racines sur de longues distances à la recherche de ce dont ils ont besoin.

Nous avons aussi le droit de le faire. Chercher notre chemin, explorer de nouvelles perspectives, parcourir de meilleurs routes à la recherche de ce que nous désirons, voulons ou de ce dont nous avons besoin à un moment donné.

Aucun arbre n’est le même, tous racontent une histoire

Les anneaux de croissance du tronc d’un arbre nous disent bien plus que le simple âge chronologique de cet être qui, il y a peu était magnifique et royal au centre d’une forêt, d’un champ ou d’une montagne. La dendrochronologie est capable de lire une histoire et toute une vie de carences et d’accomplissement chez un arbre : les saisons où il a manqué d’eau, les années de neige, l’impact des fléaux, les incendies…

  • Nous aussi avons des entailles, des marques et des blessures internes. Nous aussi avons grandi avec les adversités et chacun de ces moments difficiles nous ont rendu uniques et exceptionnels.
  • Chaque personne est magique dans sa propre essence, dans sa vie qui se dresse au milieu de cette forêt vaste et chaotique avec ses propres feuilles que le soleil caresse et le vent berce, avec ses encoches, qui guérissent en silence, avec de longues racines et des branches qui servent d’abri à d’autres et qui grandissent encore et encore, jusqu’à pouvoir toucher le ciel parfois…

Les arbres et leurs cycles patients

Le bambou passe ses 7 premières années à grandir « vers le bas », en étendant ses racines en silence, sagement, doucement mais sûrement. Après ce temps, survient quelque chose d’incroyable : en quelques mois, il peut grandir de 30 mètres. Il est haut, flexible, résistant et c’est l’une des créatures les plus fascinantes du règne naturel.

« Les arbres sont des sanctuaires, qui sait leur parler et comment les écouter découvrira la vérité. »

-Herman Hesse-

Dans la nature, tout a ses cycles, et les arbres sont ceux qui connaissent le mieux le temps. À l’inverse, nous sommes les êtres les plus impatients de cette planète. Nous voulons des solutions rapides, des triomphes hâtifs, des renforts immédiats et des plaisirs recyclables.

Rien de tout cela n’a de sens dans le monde naturel. Car un arbre ne comprend pas la frustration, mais la patience qu’il investit dans sa croissance personnelle, dans l’observation du présent et des graines qui germent, dans la recherche de meilleurs nutriments…

Apprenons d’eux, laissons-nous inspirer par la sagesse de leurs cycles, par leur langage respectueux, où tout a son moment, où tout arrive et tout passe sans que l’on ne néglige ni soi-même ni les autres. Car nous faisons partie d’un équilibre parfait, d’un écosystème où l’affection, la considération et le respect devraient toujours gagner et nourrir chacune de nos racines pour coexister en parfaite harmonie.

Comme les arbres timides…

Lisez aussi : Les arbres guérisseurs, selon le Tao