La prégorexie, ou la peur de grossir des femmes enceintes

22 janvier 2018 dans Curiosités 14 Partagés
fille adolescente souffrant de pregorexie

Quand une femme est enceinte, il est normal qu’elle prenne du poids, entre 9 et 14 kilos. Bien que ce chiffre varie selon les cas, il est normal qu’après le premier trimestre, la mère prenne un kilo et demi par mois. Cependant, certaines femmes enceintes développent de la prégorexie, une atteinte connue comme l’anorexie des femmes enceintes qui rompt avec cette norme.

Leur perte ou leur non-gain de poids, ainsi que leur manque de nutriments essentiels empêchent le fœtus de se développer correctement. Par conséquent, malgré le fait qu’il survienne dans un petit nombre de cas, les répercussions de la prégorxie peuvent devenir très graves, tant pour la mère que pour le fœtus.

Comment évitent-elles de prendre du poids ?

Cet anglicisme provient de la grossesse (en anglais, pregnancy) et de l’anorexie. C’est un trouble de l’alimentation qui affecte les femmes enceintes qui développent une peur irrationnelle de prendre du poids pendant la période de gestation. Elles s’accrochent tellement à vouloir maintenir leur poids corporel qu’elles en viennent à effectuer toutes sortes de choses afin de préserver leur silhouette.

Elles choisissent de limiter au maximum ce qu’elles mangent par des régimes hypocaloriques et très restrictifs. Elles évitent les aliments riches en glucides et en graisses et se privent de tout type de « désir » inhérent a leur condition. Ils pratiquent également une activité physique d’une manière excessive et obsessionnelle. Et, en outre, Elles ont egalement recours a des pratiques purgatives post-frénésie alimentaire, elles se font vomir et ont même recours a en utilisant des laxatifs. Quel danger !

femme souffrant de prégorexie

Est-il exclusif des femmes qui ont souffert d’anorexie?

Il est possible que la femme enceinte développe une prégéxie sans ayant préalablement présenté de trouble alimentaire. Mais ce n’est pas habituel. Le plus souvent, elle a déjà eu un trouble de type anorexie ou boulimie. Cependant, avoir souffert dans le passé, bien que cela augmente le risque, ne garantit en aucun cas de le développer pendant les mois de gestation.

Les causes de ce trouble ont leur origine dans des facteurs psychologiques, biologiques et interpersonnels qui prédisposent les femmes à développer un trouble de ce type.

Les symptômes de la prégorexie

Les principales indications verbales que la femme enceinte souffre de ce trouble sont qu’elle évite de parler de sa grossesse, de nier son problème et de rejeter sa condition ainsi que ses propres changements. Tout cela est le résultat de leur sentiment de peur et d’anxiété à grossir. En arrière-plan, ils croient que si vous n’en parlez pas, cela n’existe pas.

Physiquement, le petit gain de poids ou même la perte qu’ils ont pendant la grossesse est frappant. Il est plus évident au cours du deuxième trimestre, car c’est le moment où les changements les plus corporels devraient être remarqués.

En outre, un régime hypocalorique, de l’exercice physique excessif et des pratiques purgatives s’accompagnent de vertiges ou des maux de tête et d’une fatigue excessive. Cela cause aussi des problèmes de concentration et de sommeil. Tous ces symptômes non seulement augmentent le risque d’une grossesse risquée, mais peuvent également générer des problèmes durant la naissance et le développement ultérieur de l’enfant.

Conséquences de la prégorexie pour la mère

Les répercussions de ce trouble sont, d’une part, celles dérivées du manque d’apport alimentaire. Parmi elles, la malnutrition, l’anémie, la bradycardie, les arythmies, l’hypertension, la chute des cheveux ou la peau sèche et craquelée. Pour ces conséquences déjà sérieuses, il faut ajouter les conséquences pour la grossesse.

La déperdition en minéraux essentiels résultant d’un apport insuffisant peut engendrer une décalcification osseuse, ainsi qu’une faible production subséquente de lait maternel. Cela rendra difficile, une fois le bébé né, un allaitement adéquat et satisfaisant.

D’autre part, la femme peut avoir un moindre volume de liquide amniotique. Ce liquide vital pour le fœtus, l’entoure et le protège des blessures externes et des coups possibles. En outre, peut se produire un détachement du placenta. Cette situation est très grave, surtout si elle survient au troisième trimestre.

femme tentant de se faire vomir

Comment le fœtus est-il affecté ?

L’alimentation de la mère est cruciale pour le développement du fœtus. Par conséquent, les conséquences que ce trouble a sur lui sont vraiment dangereuses. La prégoréxie augmente les risques de complications pendant le travail. Elles peuvent être: une insuffisance respiratoire, un faible poids à la naissance ou de très mauvaises valeurs lors du test d’Apgar. Une naissance prématurée (avant la 37e semaine de grossesse) est également à craindre, des malformations chez le fœtus, des altérations neurologiques, un TDAH ou un retard mental.

Dans le cas où la mère déplorerait un déplacement placentaire sérieux, le bébé aurait sûrement des problèmes de croissance. La prégréxie augmente également les chances de mourir du bébé au cours de son premier mois de vie, ainsi qu’une naissance sans vie.

Traitement complet

Il est tout aussi important de savoir ce que vous mangez, en qualité tout comme en quantité pendant la grossesse. Ne pas beaucoup manger signifie augmenter en qualité. Par conséquent, la femme enceinte devrait faire attention à son régime alimentaire, mais ne pas en être obsédée. Plus tôt la prégorexie est détectée, mieux c’est. Il sera plus probable que ses conséquences ne causent pas de dommages irréversibles aux femmes et aux enfants.

Étant donné qu’il s’agit d’une maladie psychiatrique, la présence d’une équipe multidisciplinaire et spécialisée est nécessaire afin de réaliser un traitement correct. Ainsi, un psychiatre, un obstétricien, un diététicien-nutritionniste et une infirmière peuvent aider à faire une approche complexe et complète de l’affaire.

Il est bon de créer une atmosphère détendue et calme durant les repas, ainsi que de normaliser leurs horaires. Il est recommandé que la famille ne force pas la quantité ou ne surcharge pas le patient de nourriture. Ce pourrait être très contre-productif.

L’obésité et l’extrême minceur provoquent des grossesses à risque. On comprend par conséquent que la meilleure chose à faire est d’avoir au cours de cette période un régime alimentaire équilibré et varié. En outre, il est bon de faire régulièrement de l’exercice physique, notamment du yoga, du pilates ou de la marche. L’esthétique ne devrait jamais être ainsi priorisée au détriment de la santé.  Et encore moins s’il s’agit de la santé d’un enfant !

A découvrir aussi