Émotion et alimentation, quel est le lien ?

15 octobre 2017 dans Psychologie 78 Partagés
émotion et alimentation

Nos émotions ont un effet important sur le choix de notre alimentation et sur nos habitudes alimentaires. Par exemple, il a été constaté que le lien entre émotion et alimentation est plus fort chez les personnes obèses que chez les personnes non obèses, ainsi que chez les personnes qui suivent un régime alimentaire par rapport à celles qui n’en suivent pas (Sánchez et Pontes, 2012).

Il a également été suggéré que les émotions ne sont pas en elles-mêmes la cause du surpoids, mais qu’il s’agirait plutôt de la manière dont nous gérons ces émotions et la façon dont nous faisons face aux divers facteurs qui auraient le plus d’influence sur l’apparition de surpoids.

Ce que nous mangeons affecte non seulement ce que nous ressentons, mais encore, ce que nous ressentons joue un rôle sur la façon dont nous nous alimentons. En effet, Cooper et d’autres (1998) nous disent que la difficulté à réguler les humeurs négatives a une très grande influence sur l’apparition et le maintien des troubles de l’alimentation.

La régulation émotionnelle se réfère à la gestion que font les personnes de leurs propres émotions, en tenant compte des circonstances et de l’état émotionnel des autres. Ainsi, il a été observé que la honte et la culpabilité sont les émotions qui peuvent avoir un impact extrêmement négatif sur l’alimentation. Comme nous pouvons le voir, le lien entre émotion et alimentation est plus important que nous le pensons.

« Ce que nous pensons génère des émotions, mais également ce que nous mangeons. »
 -Montse Bradford-

émotion et alimentation

Émotion et alimentation : un tandem nécessaire pour notre santé

Les personnes développent différents comportements en réponse à leurs émotions en fonction de différents facteurs, tels que l’environnement dans lequel elles se trouvent, leur formation et leur capacité à identifier et à gérer leurs sentiments. En conséquence, elles peuvent contrôler leur poids en mieux ou en pire. Par exemple, il a été observé que plus la personne est émotive dans sa consommation, moins elle contrôle le nombre de ses repas, éliminant en permanence le petit-déjeuner de sa routine alimentaire. Comme nous le voyons, le lien entre émotion et alimentation est un fait.

Le facteur émotionnel le plus influent chez les personnes sédentaires est la désinhibition à l’encontre de la nourriture et des envies de certains aliments tels que le chocolat et la pâtisserie. Cependant, il a été observé chez les personnes sportives que les émotions de culpabilité, telles que la peur de la balance et de la consommation de sucreries, ont une plus grande influence que les émotions de désinhibition alimentaire.

Les facteurs émotionnels chez les personnes sédentaires sont plus dysfonctionnels que ceux des personnes sportives. L’excès d’envies et le manque de contrôle dans la consommation sont davantage associés à la suralimentation et aux problèmes de comportement alimentaire.

Il existe un groupe spécifique d’individus qui, par leurs habitudes alimentaires, ont été dénommés « mangeurs réprimés » ou personnes à régime chronique. Ces personnes se caractérisent par le fait de présenter une peur exacerbée de prendre du poids, limitant leur alimentation à travers des régimes alimentaires. Paradoxalement, dans ces conditions restrictives, ces personnes augmentent leur niveau de consommation en se suralimentant.

Abuser de l’acte agréable de manger peut non seulement nous faire ressentir plus de fatigue et nous faire rechercher plus fréquemment de la nourriture, mais également peut nous causer de sérieux problèmes de santé. Le tandem émotion et alimentation doit reposer sur la consommation de ce dont nous avons besoin. Notre émotion est celle qui doit nous faire prendre conscience de l’alimentation dont nous avons besoin.

L’une des caractéristiques essentielles de l’inconscient est qu’il fonctionne à travers des symboles et des images, plutôt que de texte ou de lettres. Cela implique que l’inconscient ne traite pas les termes négatifs. Si nous disons « je ne devrais pas manger de frites », l’inconscient n’aura que l’image des frites et par conséquent nous viendra davantage l’envie d’en manger. Ceci n’est toutefois pas systématique, mais augmente considérablement les chances que cela se produise.

Une bonne alimentation est une aide précieuse pour atteindre l’équilibre entre un corps sain et un esprit sain.
Partager

L’alimentation émotionnelle

Lorsque nous recourons à la nourriture pour calmer notre état émotionnel, nous nous nourrissons émotionnellement. D’une certaine manière, le souci pour notre poids et notre corps masque des préoccupations encore plus profondes. Cela se transforme en un cercle vicieux de préoccupations non résolues qui ralentissent notre capacité à grandir et à nous développer.

Chaque organe génère une ou plusieurs émotions. Selon que nous consommons tel aliment ou un autre, nous ressentirons des émotions très différentes. Ceci résulte du fait que chaque aliment « attaque » des organes différents. Si nous consommons des aliments qui bloquent notre foie, comme l’alcool par exemple, les émotions de colère, de haine, d’agression ou d’impatience seront plus perceptibles.

La raison pour laquelle les personnes présentant des problèmes émotionnels recourent souvent à la nourriture pour se sentir mieux repose sur le fait que de nombreux aliments contiennent du tryptophane, cet acide aminé qui provoque la libération de sérotonine. Rappelons-nous que de faibles taux de sérotonine sont associés à la dépression et à l’obsession.

Le manque de sérotonine provoque différents effets négatifs sur l’organisme, tels que l’angoisse, la tristesse ou l’irritabilité. Lorsque le corps ne produit pas de tryptophane, nous pouvons l’obtenir à travers le régime alimentaire. Par conséquent, les aliments riches en cet acide aminé agissent comme des antidépresseurs naturels.

Selon les experts, le groupe alimentaire qui contribue le mieux à réguler les émotions sont les céréales. Elles sont riches en vitamine B, laquelle influence directement le système nerveux. Il a été établi que la consommation fréquente de céréales a une incidence sur la réduction de l’anxiété ainsi que sur l’attitude que nous adoptons face aux problèmes.

« À certains moments nous pensons que manger nous évitera de ressentir des émotions négatives. Ce raisonnement renforce le cercle vicieux existant entre émotion et alimentation. »
Partager
femme mangeant du chocolat


Références bibliographiques

Cooper, PJ, et Taylor, MJ (1988). Troubles de l’image corporelle dans la boulimie nerveuse. Le British Journal of Psychiatry .

Cruzat Mandich, CV, et Cortez Carbonell, IM (2008). Expression émotionnelle, affect négatif, alexithymie, dépression et anxiété chez les jeunes femmes souffrant de troubles de l’alimentation : une révision théorique. Revue Argentine dePsychologie Clinique, 17 (1).

Menéndez, I. (2007). L’alimentation émotionnelle : la relation entre nos émotions et les conflits avec la nourriture . Cercle des lecteurs.

Sánchez Benito, JL, et Pontes Torrado, Y. (2012). Influence des émotions sur la prise et le contrôle du poids. Nutrition Hospitalière, 27 (6), 2148-2150.

Silva, JR (2007). La suralimentation induite par l’anxiété, Partie I : évidence comportementale, affective, métabolique et endocrinienne. Thérapie psychologique , 25 (2), 141-154.

Vilariño Besteiro, M., Pérez Franco, C., Gallego Morales, L., Calvo Sagardoy, R. et García de Lorenzo, A. (2009). Raison et émotion : intégration des interventions cognitivo-comportementales et expérientielles dans le traitement des troubles de l’alimentation à long terme. Nutrition Hospitalière, 24 (5), 614-617.

Zafra, E. (2011). La peur de manger : les relations entre l’alimentation, les émotions et le corps. Dans II Congrès Espagnol de Sociologie de l’Alimentation, Vitoria .


A découvrir aussi