Pourquoi les gens s'agressent-ils ? 4 déterminants de l'agressivité

L'agressivité est une forme de relation sociale profondément enracinée. Cependant, son apparition peut résulter d'aspects de la situation indépendants du stimulus qui provoque la colère. Ces aspects sont liés à l'environnement. Dans cet article, nous parlons de la relation entre l'agressivité et la température, le surpeuplement et le bruit.
Pourquoi les gens s'agressent-ils ? 4 déterminants de l'agressivité

Dernière mise à jour : 08 juillet, 2022

La violence est un type d’interaction sociale qui repose sur un mode de relation spécifique : l’agressivité. Malgré les nuances négatives générées autour de la violence, la vérité est qu’elle est profondément enracinée dans notre société, et qu’elle est et a été un engrenage clé pour le développement de notre civilisation. Est-ce pour cela que les gens s’agressent ?

L’agressivité et la violence se retrouvent chez pratiquement tous les êtres humains. Cela se voit dans le vaste public qui approuve et apprécie les films aux thèmes sanglants, avec un catalogue très ample.

De plus, tous les peuples, y compris les peuples civilisés, ont besoin d’une police et d’une armée. Cela pourrait résulter de l’impulsion de nombreux êtres humains – bien qu’en fin de compte cela n’ait pas lieu – à résoudre les problèmes par des solutions violentes.

Types d’agression : affective et instrumentale

Certains définissent l’agressivité comme un comportement qui nuit à un autre être vivant. D’autres auteurs comme Berkowitz ajoutent à cette définition l’intentionnalité. Ils considèrent donc l’agressivité comme un comportement dont l’intention est de nuire.

Chercher à agresser une autre personne peut être une fin en soi, c’est-à-dire que l’objectif est que la personne souffre. Elle peut aussi chercher à obtenir quelque chose, comme il arrive souvent. Sur cette base, il existe deux types d’agression:

  • Agression affective. Là les gens agressent par affection. L’objectif principal est de nuire à l’autre personne. Il s’agit généralement d’un type d’agression basée sur l’impulsion et non préméditée.
  • Agression instrumentale. Les gens agressent pour atteindre d’autres fins après cette agression. Ces gains peuvent être divers : faire en sorte de ne pas être blessé (légitime défense), avantages matériels (qu’une personne nous donne tout son argent) ou symboliques (être considérés comme forts dans notre cercle social).
agressivité

Pourquoi les agressions se produisent-elles ?

Une agression résulte souvent de la frustration, d’un instinct ou d’une décharge d’énergie inévitable (Miller, 1939 ), de sorte qu’il existe certaines situations où les gens sont plus susceptibles d’agresser et le font davantage.

Ces situations n’ont rien à voir avec les personnes à qui nous avons affaire ou ce qu’elles nous ont fait. Elles ont trait aux les clés de l’environnement. Par conséquent, des facteurs tels que la température ou le surpeuplement entraîneront un comportement agressif plus important chez les personnes qui se trouvent dans ce contexte. Voyons ci-après ces 4 déterminants.

Situations de proximité : transfert d’émotion

Zillmann, à travers sa théorie du transfert d’excitation, propose que l’activation émotionnelle avant le moment qui provoque l’agression est un déterminant pour que la personne choisisse d’attaquer ou non.

Selon Zillmann, une personne attaque non seulement en raison d’une activation non spécifique et de processus cognitifs générés dans la situation émotionnelle précise, mais cela peut également être la conséquence d’une situation passée. Sa théorie est qu’une partie de l’activation de l’émotion précédente se transfère à la nouvelle situation.

Cela semble intuitif. Cependant, lorsqu’une personne quitte une situation qui l’activa émotionnellement, cette activation diminue jusqu’à ce, qu’apparemment, elle disparaisse.

Bien que la personne ait cessé de ressentir cette activation, ‘elle est davantage susceptible d’attaquer qu’une personne qui ne connut pas telle activation auparavant. C’est-à-dire qu’en tant qu’écho, elle peut revenir au même état plus rapidement. Cela signifie que s’il y a quelque chose qui nous met en colère, l’activation émotionnelle qui découle de cette colère s’ajoutera à l’activation précédente. Elle intensifiera donc la réponse que nous donnons.

Il est important de dire que l’activation émotionnelle précédente ne doit pas nécessairement être négative. Si quelques instants auparavant un bonheur très intense fut ressenti, cette activation sera de la même manière transférée à la réaction ultérieure de colère, l’exacerbant. Les recherches sur l’agression activait en fait les personnes par le biais d’activés physiques. Les résultats étaient les mêmes.

Température : chaleur et agression

Avec des expressions telles que “avoir une discussion animée”, on observe à quel point la relation entre l’agression et la température est quelque chose de profondément enraciné socialement. Anderson fit valoir que la chaleur est une source de sensations aversives qui augmentent la probabilité d’une réponse agressive.

D’une part, Anderson soutient que cela peut également s’appliquer aux basses températures. Le modèle d’affect négative-fuite de Baron et Bell (1976) propose qu’il s’agit du mal-être résultant de la chaleur, c’est-à-dire l’affect négatif, et non pas tant l’activation que génèrent les températures élevées qui expliquerait pourquoi dans de nombreux cas, les gens s’agressent. Cette théorie postule donc que si l’affect négatif ressenti est modéré, la personne agressera. Si l’affect négatif est excessivement élevé, un comportement de fuite se produira, diminuant la probabilité d’agression.

Enfin, le modèle cognitif néo-associationniste soutient que les pensées négatives et l’agressivité prédominent avec des températures désagréables. Cela se produit indépendamment de la présence ou non de causes auxquelles l’agression peut s’attribuer.

Le bruit : symptôme de stress et d’agressivité

Un autre des déterminants par lesquels les gens agressent est le bruit. Des niveaux de bruit importants ont un lien avec les conditions physiques et psychologiques, le stress et les problèmes de performance. Egalement avec d’autres processus très intéressants tels que la diminution des comportements d’aide et l’augmentation des comportements agressifs.

Des auteurs tels que Geen et McCown (1984) réalisèrent plusieurs expériences. Ils  montrèrent que les personnes soumises à des niveaux de bruit élevés étaient plus agressives que celles qui avaient été auparavant dans des contextes de silence.

Baron et Richardson (1977) inclurent une variable intéressante : le contrôle. S’il est vrai que le bruit augmentait aussi le comportement agressif, le comportement agressif était moindre lorsque la personne croyait pouvoir le contrôler.

agressivité

Surpopulation : mesures de contrôle

La relation entre la surpopulation et l’agressivité n’est pas entièrement démontrée. Ruback et Patnaik (1989) étudièrent l’agressivité dans des environnements surpeuplés. Ils conclurent que les comportements agressifs n’étaient pas entièrement motivés par l’aversion au surpeuplement, mais par le manque de contrôle que l’individu percevait dans la situation. Des individus en situation de surpeuplement tentèrent alors de prendre le contrôle par le vandalisme.

Bien que le surpeuplement soit lié à des processus psychologiques tels que la performance ou la santé mentale, la relation avec l’agressivité n’est pas entièrement claire. En fait, des auteurs comme Bagley (1970) firent valoir que ce n’est pas le surpeuplement qui encourage les comportements agressifs, mais d’autres éléments de cette réalité.

Apparemment, plusieurs aspects peuvent inciter les gens à agresser ou à arrêter de le faire. Le fait que ces quatre éléments soient présents ne détermine pas que l’agression aura lieu. Ils ne font que la favoriser. Pour cette raison, l’agressivité ne se justifie pas parce qu’il fait quarante degrés, même si c’est un facteur de risque pour son développement.

D’autres facteurs, tels que le comportement des personnes avec lesquelles nous interagissons, les déterminants culturels —comme la culture de l’honneur—, les niveaux de gestion émotionnelle ou les processus de socialisation de la violence dans le lieu où nous vivons sont également des éléments qui peuvent favoriser les violences.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Les normes nous poussent à aider davantage
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les normes nous poussent à aider davantage

Quel est le lien entre l'altruisme et les normes ? Nous abordons ce sujet dans la suite de cet article intéressant.



  • Enright, R. D., Freedman, S., y Rique, J., “The psychology of interpersonal forgiveness”, en Enright, R. D. y North, J. (eds.), Exploring forgivenessMadison, Wisconsin, University of Wisconsin Press, 1998, págs. 46-62.
  • McCullough, M. E. y Witvliet, C. V., “The psychology of forgiveness” en Snyder C. R. y Lopez S. J. (eds.), Handbook of positive psychologyLondon, Oxford University Press, 2002, págs. 446-458.