Pourquoi la dernière pensée de la journée est-elle la plus importante ?

30 avril, 2021
Laisser les préoccupations coloniser notre esprit lorsque nous nous couchons ne fait pas que nous empêcher de passer une bonne nuit réparatrice. Cela provoque également des réveils nocturnes plus fréquents, et même des cauchemars.

Savoir que la dernière pensée de la journée est la plus importante ne laisse personne indifférent. Mais, au-delà de cette dernière pensée préalable au sommeil, il s’agit de l’état mental et émotionnel avec lequel nous nous endormons. Dans de nombreux cas, ce calme psychologique est déterminant pour bénéficier – ou non – d’un sommeil réellement réparateur.

Pour saisir l’importance de cette idée, prenons un exemple simple. La plupart d’entre nous savent ce que cela signifie d’aller se coucher après une dispute avec quelqu’un. Que ce soit le partenaire, un proche ou une connaissance quelconque.

L’esprit ne cesse de penser à ce qui a été dit, ce qui n’a pas été dit, ce qui a été pensé et surtout ce qui a été ressenti. Cet état psychologique rend difficile la conciliation du sommeil.

En général, il est courant d’avoir des réveils fréquents et même de faire des cauchemars. Par conséquent, peu de choses sont aussi nécessaires que de prendre soin de cet état émotionnel avec lequel nous détendons notre esprit sur l’oreiller avant de nous endormir.

Une femme qui dort.

Pourquoi la dernière pensée de la journée est-elle la plus importante ?

Souvent, dans les conseils pour jouir d’un bon sommeil nocturne, on nous dit “d’éteindre notre mental”. Cette idée manque pourtant de sens, de logique et de véracité.

En effet, le cerveau, et par conséquent l’esprit humain, ne s’arrête jamais. Il ne se tait pas et nous pouvons encore moins l’éteindre. Passer de l’état de veille (conscience) au sommeil (esprit inconscient) n’implique pas de laisser l’esprit suspendu dans un vide absolu.

C’est pourquoi les experts soulignent que l’univers onirique est une zone poreuse où se glissent les pensées et les émotions du monde conscient. Cela signifie que nous entraînons les préoccupations et les peurs dans la phase REM au cours de laquelle se produisent les rêves. Il est ainsi logique que la dernière pensée de la journée soit la plus importante.

L’état hypnagogique (entre l’éveil et le sommeil)

Il existe une frontière très subtile entre l’éveil et le sommeil, que l’on appelle état hypnagogique. Au sein de l’architecture du sommeil, elle correspond aux phases 1 et 2 du sommeil profond non-REM. Par conséquent, l’existence de cette étape de repos nocturne nous montre qu’il existe une continuité absolue entre le monde conscient et inconscient.

Il s’agit d’un flux harmonieux, tel que le cours d’une rivière qui passe d’une dimension à une autre. Ainsi, les pensées angoissantes peuvent passer facilement du monde conscient au monde inconscient. Cela implique surtout que les idées que nous avons avant de dormir, vont voyager avec nous dans ce continuum à travers l’état hypnagogique jusqu’à l’inconscient.

La dernière pensée de la journée est importante, car elle entraîne un état émotionnel

La dernière pensée de la journée est la plus importante parce qu’elle détermine le réveil le matin suivant. Cette idée peut sembler catégorique, mais elle vaut la peine d’être argumentée:

  • Chaque pensée s’accompagne d’un état émotionnel. Si je me couche en pensant à la dispute que je viens d’avoir avec mon partenaire, l’anxiété va s’installer dans mon corps et également dans mon cerveau.
  • Des études, comme celles réalisées par l’Université de Médecine de Seongnam (Corée), nous rappellent que l’une des causes d’un mauvais sommeil et de l’insomnie est le stress et l’anxiété. Porter ce problème durant des semaines ou des mois perturbe complètement notre qualité de vie.

Par conséquent, les pensées calmes ayant une saveur d’équilibre et de paix se traduisent inévitablement par un état émotionnel détendu .Tout cela se reflètera ensuite dans notre univers onirique avec une plus grande harmonie.

Un homme qui dort profondément.

Comment atteindre un état d’esprit “propre” et détendu pour avoir un sommeil profond et durable?

La dernière pensée de la journée est la plus importante parce qu’elle détermine le bien-être physique et psychologique au réveil. Ce n’est pas une bêtise. Néanmoins, comme nous le savons parfaitement, la vie n’est pas toujours simple. Lorsque nous nous couchons, il est courant que des milliers de préoccupations nous assaillent d’un seul coup.

Le mental est une usine à préoccupations. C’est pourquoi ce labyrinthe de pensées anxieuses est commun au lit et finit par adhérer à la sphère du sommeil et au monde inconscient. Que pouvons-nous faire alors pour atteindre un état mental apaisé qui nous permette de naviguer sur l’océan des rêves plus sereinement ?

Des astuces pour prendre soin de la dernière pensée de la journée

Tout d’abord, il est nécessaire de créer un état mental “propre” avant de se coucher. Il ne s’agit pas d’éteindre l’esprit, mais d’éliminer ce qui le trouble. Il est donc important, par exemple, de commencer par le calmer.

  • Deux heures avant de dormir, éteignez tous les appareils technologiques. Cessez de regarder un écran. Cela vous permettra de détendre votre mental et votre cerveau. Idéalement, vous pouvez vous relaxer en lisant un livre.
  • Prenez conscience que votre corps et votre esprit sont liés, en prenant une douche chaude avant de dormir, ou en faisant quelques exercices de respiration profonde, par exemple.

Enfin, il est normal qu’avant de dormir nous ayons quelques dernières pensées. Essayons alors de les rendre vertueuses, positives, et surtout pleines d’espoirs. Ce n’est qu’ainsi que nous franchirons cette frontière subtile entre l’éveil et le sommeil dans le calme vers un repos nocturne harmonieux et apaisé…

  • Horton C. L. (2017). Consciousness across Sleep and Wake: Discontinuity and Continuity of Memory Experiences As a Reflection of Consolidation Processes. Frontiers in psychiatry8, 159. https://doi.org/10.3389/fpsyt.2017.00159
  • Kahn D. (2019). Reactions to Dream Content: Continuity and Non-continuity. Frontiers in psychology10, 2676. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.02676
  • Oh, C. M., Kim, H. Y., Na, H. K., Cho, K. H., & Chu, M. K. (2019). The Effect of Anxiety and Depression on Sleep Quality of Individuals With High Risk for Insomnia: A Population-Based Study. Frontiers in neurology10, 849. https://doi.org/10.3389/fneur.2019.00849