Pourquoi la clôture est-elle nécessaire lorsqu'une relation se termine ?

Dans la sphère populaire, il est très courant d'entendre parler de la nécessité de « refermer » les cycles. Comment cela s'applique-t-il au domaine des relations ? Voyons cela dans cet article.
Pourquoi la clôture est-elle nécessaire lorsqu'une relation se termine ?

Dernière mise à jour : 31 décembre, 2021

La série télévisée d’humour noir Two Meters Underground racontait la vie d’une famille américaine dont le commerce était une entreprise de pompes funèbres. Les protagonistes devaient faire face à leurs problèmes domestiques et, en même temps, garder leur sang-froid pour aider leurs clients à gérer leurs deuils, souvent difficiles en raison des morts farfelues narrées au début de chaque épisode. C’était une façon de représenter l’importance de la clôture.

Dans la série, le deuil était d’autant plus difficile que la perte subie était inexplicable et étrange. Par conséquent, à chaque épisode, on pouvait retrouver un besoin de clôture et les différentes manières d’y parvenir.

La fin d’une relation est une perte importante pour nous et, par conséquent, cela signifie que nous allons probablement vivre un processus de deuil. Ce processus sera plus facile si nous avons une explication raisonnable pour dire pourquoi cela s’est produit.

Obtenir une explication satisfaisante nous permettra de « refermer » la relation d’une manière psychologiquement appropriée.

L'homme s'inquiète d'une rupture

Qu’est-ce que la clôture cognitive ?

La clôture cognitive est la nécessité de trouver une explication satisfaisante à des situations ambiguës ou incertaines (Kruglanski et Webster, 1996).

Lorsqu’une relation se termine, nous devons comprendre pourquoi la fin s’est produite et, de cette façon, lui donner un sens dans notre récit vital. Cette explication fera partie de nos schémas mentaux et nous aidera à mieux expliquer et prédire le monde à l’avenir.

Cependant, lorsqu’une relation se termine et que l’autre personne disparaît tout simplement, elle nous refuse une explication ; nous n’arrivons pas à croire ce qu’elle nous dit ou ne comprenons pas pourquoi elle a agi d’une certaine manière. En clair, nous avons le sentiment qu’il manque quelque chose.

Le manque de clôture est un sentiment gênant car ne pas avoir d’informations nous empêche de mieux nous connaître et nous empêche de comprendre un peu plus le monde qui nous entoure.

En fin de compte, nous devons intégrer les expériences vécues, leur donner un sens au sein de nos valeurs personnelles et les utiliser pour accroître les connaissances qui nous permettront à l’avenir de décrire, expliquer et prédire notre réalité avec plus de précision.

Le besoin de clôture selon la personnalité

Bien qu’il soit nécessaire, dans une certaine mesure, pour la plupart des gens, nous n’avons pas tous le même besoin de clôture. Selon notre personnalité, nous ressentirons ce besoin d’une manière plus ou moins pressante (Neuberg, Judice et West, 1997) :

  • Les personnes ayant un besoin élevé de clôture se caractérisent par une grande intolérance à l’incertitude. Ce sont souvent des gens obsessionnels, accros à l’ordre, aux règles et à la prévisibilité. Ils ont besoin de structures de réalité très bien définies. Par ailleurs, ils peuvent être autoritaires et dogmatiques car ils sont convaincus qu’ils connaissent la « bonne façon » de faire les choses. Ils ont tendance à être conservateurs sur les plans politique et social.
  • En revanche, les personnes ayant un faible besoin de clôture se caractérisent par une plus grande créativité ainsi qu’une plus grande tolérance à l’incertitude et à la surprise. Ce sont généralement des personnes plus impulsives et aussi plus complexes sur le plan cognitif. Leur plus grande flexibilité cognitive les rend plus aptes à se débrouiller et à s’adapter dans des situations ambiguës ou contradictoires.
  • Enfin, il y a aussi des personnes qui ont besoin d’éviter la clôture. Dans ce cas, la personne suspend l’engagement avec son propre sens critique. En d’autres termes, la personne préfère ne pas savoir ce qui s’est passé car elle suppose que l’explication va lui faire plus de mal qu’une simple exposition à l’incertitude.

Que faire si nous n’avons pas réussi à obtenir la clôture d’une relation et que nous en ressentons le besoin ?

Bien sûr, nous ne pouvons (et ne devons pas) forcer les autres à subvenir à nos besoins. Lorsque l’autre personne ne coopère pas et s’éloigne de nous sans explication, nous nous retrouvons dans des limbes relationnels.

Cependant, comme nous l’enseignons habituellement en thérapie, adopter une attitude saine, c’est accepter de gérer notre part de responsabilité dans chaque situation. Dans ce cas, nous devrons nous-mêmes gérer l’absence de clôture.

Mais que faire, exactement ? Pour résoudre une perte qui n’a pas d’explication, il n’y a pas d’autre option que de renoncer à cette explication. C’est dur, c’est difficile, c’est injuste… mais, si on y réfléchit bien, on verra que c’est aussi commode pour nous.

L’alternative serait de rester indéfiniment piégé dans un interrogatoire personnel continu. Nous demander pourquoi ? Pourquoi moi ? pour toujours. À un moment donné, nous devrons arrêter de le faire, passer à autre chose.

À travers la douloureuse expérience du deuil, après avoir fait face à des émotions telles que la tristesse, la culpabilité ou la colère, en fin de compte, notre objectif devrait être l’acceptation. Et pour réussir à accepter ce qui s’est passé, il faut lâcher tous les fardeaux qui nous retiennent, y compris la recherche de réponses, c’est-à-dire le besoin d’explication. Lâcher prise nous libérera.

Femme triste pour la rupture

Quand est-ce que cela arrive ?

La clôture cognitive dans une relation se produit lorsque nous pouvons accéder à une explication plausible pour expliquer pourquoi les choses se sont passées de cette façon.

Nous ressentons le besoin de faire l’expérience de la clôture parce que cette explication nous aide à comprendre des aspects de nous-mêmes, des autres et du monde qui nous entoure.

Travailler pour fermer la relation avec l’autre nous permet de donner un sens à la perte subie et de dire adieu à une partie importante de notre vie.

Malheureusement, bien souvent, les relations ne se terminent pas de manière mature et la clôture n’est pas complète, nous laissant sans réponse face à nos questions. Dans ces cas, l’abandon de la clôture est un moyen de relâcher le lest. Lâcher prise sur le besoin d’explication nous permettra d’avancer.

This might interest you...
Le FOBU, ou la peur de mettre fin à une relation de couple
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le FOBU, ou la peur de mettre fin à une relation de couple

Quand une relation de couple est davantage source de souffrance que de bien-être, ou tout simplement que l'amour s'est éteint, le plus logique des ...



  • Kruglanski, A. W., & Webster, D. M. (1996). Motivated closing of the mind: “Seizing” and “freezing.” Psychological Review, 103(2), 263–283. https://doi.org/10.1037/0033-295X.103.2.263
  • Neuberg, S. L.; Judice, T.; West, S. G. (June 1997). «What the Need for Closure Scale measures and what it does not: Toward differentiating among related epistemic motives». Journal of Personality and Social Psychology 72 (6): 1396-1412. doi:10.1037/0022-3514.72.6.1396.