Pourquoi est-ce si difficile pour moi de changer ?

Changer pour améliorer votre santé, établir de nouvelles habitudes ou évoluer professionnellement. Avez-vous remarqué à quel point il est difficile pour nous de mener à bien ces processus ? Il existe des facteurs qui nous empêchent de le faire et que vous aimeriez connaître pour les désactiver. On vous les explique !
Pourquoi est-ce si difficile pour moi de changer ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 07 avril, 2023

Le changement de comportement est un processus d’ingénierie psychologique qui nécessite l’intervention d’un artefact cognitif et émotionnel très particulier : l’esprit. Peu de processus sont aussi complexes que frustrants. Avez-vous essayé d’établir l’habitude d’aller à la salle de sport, mais vous abandonnez après quelques jours ? Vous aimeriez améliorer votre silhouette et vous le considérez comme quelque chose de presque impossible ? Tout cela vous amène à vous demander pourquoi il est si difficile de changer.

Faire durer efficacement une transformation de comportement à long terme n’est pas facile. Ce n’est pas, en premier lieu, parce que le cerveau a du mal à accepter les changements. Il préférera toujours l’homéostasie, c’est-à-dire que tout reste en équilibre et ne varie pas. Cependant, notre progression en tant qu’être humain, y compris notre bien-être, nécessite l’assimilation de nouvelles habitudes.

Changer pour atteindre notre meilleure version, atteindre des objectifs et se sentir mieux est quelque chose que nous devrions tous promouvoir. Pour y parvenir, il nous sera utile de connaître ces ennemis psychologiques qui rendent impossible l’intégration de différents comportements et attitudes. Car ce mécanisme demande plus que du courage : il nous demande de nouveaux outils mentaux.

Parfois, même si nous traversons une situation défavorable, nous ne pouvons pas trouver les mécanismes de changement. Il existe des facteurs psychologiques inconscients qui renforcent notre immobilité.

Un grimpeur qui monte une montagne se demande pourquoi il est si difficile pour moi de changer ?
Le changement nécessite toujours la mobilisation de multiples ressources psychologiques.

Pourquoi est-ce si difficile pour moi de changer ?

S’il y a quelque chose que nous promouvons depuis la psychologie, c’est le changement de comportement pour favoriser l’amélioration des personnes. Nous proposons des mécanismes pour que, par eux-mêmes, ils franchissent le pas vers le bien-être, vers l’atteinte d’objectifs santé. Cependant, les preuves nous indiquent que notre cerveau est dominé par des mécanismes inconscients qui rendent difficile l’intégration de nouvelles habitudes.

Des recherches de l’Université du Vermont, par exemple, mettent en lumière un point important. Changer un comportement est un processus complexe et très instable, c’est-à-dire qu’il y a des rechutes, des reculs et des abandons. Ne pas pouvoir maintenir durablement ces nouveaux comportements ou attitudes peut avoir un impact négatif sur la santé physique et mentale. C’est donc une question pertinente.

Une façon de gérer ces résistances est de les connaître. Car, bien souvent la difficulté ne réside pas dans un manque de volonté ou de discipline. Il y a des processus psychologiques sous-jacents que nous traînons depuis des années et qu’il faut détecter pour les désactiver. Nous les analysons ci-dessous.

Vos croyances limitantes

Les croyances limitantes sont des opinions ou des perceptions négatives que nous avons de nous-mêmes et qui nous conditionnent. Il est essentiel de savoir qu’une bonne partie d’entre eux sont en gestation dans l’enfance et l’éducation. Souvent, nous incorporons des messages complètement invalidants de l’extérieur qui diminuent notre valeur, nos vertus et nos forces.

Croire que nous ne sommes pas capables de quelque chose, que nous sommes faillibles ou peu compétents sont des obstacles majeurs au processus de changement.

Un excès d’émotions à valence négative

Imaginez que votre relation va mal, que vous êtes très malheureux. Vous savez que vous devriez franchir le pas et quitter ce lien, mais cela vous fait peur. Si vous vous demandez pourquoi il est si difficile de changer et d’aller de l’avant, les émotions à valence négative sont un facteur indiscutable. Il y a de l’angoisse, de l’anxiété, de la culpabilité, de la tristesse et même de la honte.

Cette accumulation de sensations remplit votre esprit d’idées adverses voire fatalistes. Vous craignez l’échec ou le regret ; à cela s’ajoute la peur de l’inconnu. Que se passera-t-il après le changement ?

Souvent, nous voyons les changements avec peur, nous ne nous sentons pas en sécurité et nous craignons ce qui se passera ensuite. Il est donc difficile de faire le premier pas.

Syndrome de l’imposteur et faible estime de soi

Faire un pas en avant, plus que des efforts, demande un engagement et une pleine confiance en soi. Si ce dernier échoue, tout s’effondre. De cette façon, il est très courant, par exemple, que les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur (ceux qui croient qu’ils ne sont pas intelligents et qu’ils ne font jamais rien ou presque) aient du mal à établir de nouvelles habitudes.

Quand on n’est pas en accord avec sa valeur et qu’on a aussi une faible estime de soi, il est difficile de promouvoir un changement à long terme.

Il est difficile de changer à cause de vos dissonances cognitives et de votre auto-tromperie

Sachant qu’un mode de vie sédentaire nuit à la santé, mais nous disant qu’il ne s’agit que de faux mythes. Comprenant qu’il faut chercher un meilleur emploi, mais arguant, à son tour, qu’il vaut mieux avoir quelque chose de sûr, même s’il est précaire. Les dissonances cognitives sont des mécanismes qui nous permettent de rationaliser nos propres incohérences pour éviter la souffrance psychologique.

Compte tenu de cela, si vous vous demandez pourquoi il est si difficile de changer, il est recommandé de revoir certaines de vos auto-tromperies. Vous pouvez être très conscient que vous devez franchir de nouvelles étapes dans votre vie, mais elles vous font peur. Et pour éviter cette angoisse, vous recourez à des raisonnements très artificiels qui justifient que vous êtes encore dans votre zone de confort.

Vous sous-estimez le processus

Un changement ne se fait pas du jour au lendemain. Sa promotion nécessite un travail méticuleux qui exige des éléments émotionnels, comportementaux et cognitifs. Négliger ces composants nous fera échouer dans cette tentative. De plus, à chaque pas en arrière, l’image et l’estime de soi s’effondrent.

Un changement réussi est le résultat de plusieurs étapes interconnectées qui nécessitent un engagement, un objectif clair et une bonne dose d’enthousiasme. Cependant, parfois, en raison d’un manque de sensibilisation et d’outils pour comprendre ces processus, nous nous perdons.

Personne qui se demande pourquoi est-ce si difficile pour moi de changer ?
Avant de commencer un changement, clarifiez vos objectifs et votre plan d’action.

Stratégies pour un changement efficace

La science a toujours été préoccupée par le changement. Une étude de l’Université d’Helsinki et d’Irlande, par exemple, met en lumière quelque chose de frappant. Des facteurs sociaux, émotionnels et aussi biologiques sont intégrés dans le potentiel de changement humain.

Pour y parvenir, vous devez travailler à partir des aspects motivationnels, comportementaux et éducatifs, pour revoir bon nombre des croyances qui sont intégrées à votre univers psychologique. Il est temps de réfléchir aux outils qui faciliteront ce processus.

1. Pour éveiller votre motivation, rappelez-vous les raisons du changement

La motivation n’est pas toujours trouvée quand on en a besoin. Il y a des jours où les forces échouent et le mental ne répond pas. Si vous devez initier un changement, vous devez clarifier vos objectifs et la raison pour laquelle vous devez franchir cette étape. Ce sera votre carburant quotidien.

2. Plan d’action : planifier-évaluer-corriger

Lors du démarrage d’une nouvelle habitude ou de la mise en place d’une transformation, il est nécessaire de définir un plan d’action. Il n’est pas bon d’improviser, l’idéal est de concevoir les étapes à suivre et, plus tard, d’évaluer ce processus. Nous est-il utile ? Doit-on modifier quelque chose ? Chaque plan doit être flexible pour s’adapter à chaque défi et circonstance.

3. Gérer le stress

Il est nécessaire d’intégrer des ressources de gestion du stress dans notre quotidien. Après tout, tout changement nous place dans de nouveaux scénarios qui nous font chanceler ou accumuler des émotions de valence négative. N’hésitez pas à pratiquer un peu de sport, de technique de relaxation ou de méditation. Avec eux vous laisserez place à un esprit plus détendu et à un corps avec moins de cortisol.

4. Boostez votre efficacité personnelle : vous êtes habile et compétent

L’auto-efficacité est la confiance que nous avons dans nos capacités à réaliser ce que nous voulons. C’est le tendon psychologique le plus déterminant pour intégrer un changement de vie. C’est savoir que nous avons les ressources pour y parvenir, que nous sommes compétents et que nous avons les compétences pour réussir.

5. Oui aux petites avancées quotidiennes : moins c’est toujours plus

Dans le livre Atomic Habits, de James Clear, il nous parle du pouvoir des petites réalisations quotidiennes. Parfois, les grands changements ne nécessitent que de petites avancées quotidiennes, en étant constants et en se concentrant sur notre objectif. Par conséquent, rappelez-vous qu’il n’est pas bon de se précipiter ou de faire trop de variations en même temps. Mieux petit à petit.

6. Discipline et action

Souvent, nous examinons la motivation lors de l’initiation d’un changement. Mais cet élément émotionnel n’apparaît pas toujours au moment où nous en avons le plus besoin. C’est alors qu’entre en jeu le facteur le plus décisif : la discipline. C’est vrai, nous devons être disciplinés et comprendre que l’établissement de nouvelles habitudes nécessite de l’engagement, de l’action et de la répétition.

7. Résistance à la frustration

Qui ne s’est pas senti frustré en voyant à quel point il est difficile d’initier un changement ? Rien n’est aussi courant que de prendre du recul, d’échouer, de planter pendant quelques jours, puis d’avancer à nouveau. Aucun changement n’est linéaire, il y a toujours des hauts et des bas et il faut savoir y résister et les accepter.

Il n’y a pas de changement facile, mais les petits pas quotidiens guidés par la confiance en nous serviront de guide.

Engagement à changer

Si vous vous êtes demandé pourquoi cela coûte si cher de changer, sachez qu’il s’agit d’une expérience partagée. Tu n’est pas le seul. Cela vaut la peine de vous rappeler que vous avez un potentiel extraordinaire pour y parvenir. Tu peux le faire. Engagez-vous dans ces étapes, faites-les vôtres et vous vaincrez ce sommet auquel vous aspirez tant pour votre bien-être et votre épanouissement.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.