Pourquoi commençons-nous à apprécier certaines personnes lorsqu'elles se trompent ? (l'effet Pratfall)

Curieux de savoir comment fonctionne notre esprit. L'effet Pratfall en est un bon exemple, ou comment nous commençons à mieux apprécier quelqu'un quand il fait une erreur...
Pourquoi commençons-nous à apprécier certaines personnes lorsqu'elles se trompent ? (l'effet Pratfall)
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 12 novembre, 2022

Il y a un charme singulier chez cette personne intelligente et compétente qui, pourtant, est distraite. La figure du génie maladroit, si iconique dans le monde du cinéma, recèle une explication psychologique aussi curieuse que saisissante. Nous parlons de l’effet Pratfall, ou comment des personnes brillantes gagnent notre sympathie en faisant quelques erreurs.

Réfléchissons-y. Il ne s’agit pas d’un fait isolé ou de données singulières typiques que la science apporte de temps en temps et que beaucoup remettent en question. Car la vérité est qu’il n’est pas rare que nous en ayons été les témoins directs.

Dans un film, quand le génie quitte la lumière, on commence à l’aimer davantage. La même chose se produit dans la vraie vie. Lorsque le “Monsieur je sais tout” ou qu’un camarade de classe éblouissant de connaissances trébuche ou renverse du café, nous les trouvons beaucoup plus amicaux, accessibles et attachants. L’erreur les rend plus humains, et aussi plus proches.

Jamais faire d’erreur ou trébucher n’a été aussi profitable. Et attention, car ce phénomène psychologique est bien connu et plus d’un l’exploite à dessein…

Être faillible nous rend humains et c’est parfois un objet d’attraction.

effet Pratfall
Les personnes qui font des erreurs nous semblent souvent beaucoup plus proches et ont un plus grand impact émotionnel sur nous.

Qu’est-ce que l’effet Pratfall ?

L’effet Pattfall a été inventé par le psychologue social Elliot Aronson en 1966. Il le fit à la suite d’une curieuse expérience à l’Université du Minnesota. Les élèves ont regardé des enregistrements dans lesquels d’autres élèves parlaient de leurs résultats scolaires.

Nous pourrions diviser ces enregistrements en deux groupes : les étudiants qui excellaient sur le plan scolaire par rapport aux autres étudiants qui ne le faisaient pas. À un moment donné, un membre du groupe d’étudiants doués a laissé tomber son café. Ce détail améliorait l’image que les élèves qui regardaient la vidéo se faisaient de lui. Ils l’ont décrit comme quelqu’un d’attrayant, amical et accessible.

Cependant, si cela arrivait à quelqu’un du groupe “médiocre”, la perception n’était pas si positive. L’effet Pratfall a été défini comme l’attraction qu’une personne intelligente génère lorsqu’elle montre une situation défavorisée. Cela a conduit Aronson à spéculer que ceux qui sont conscients de leur haute compétence peuvent gagner plus d’influence en étant faillibles.

Nous aimons mieux les célébrités si elles font une erreur en public

S’il y a une célébrité que nous avons vue plus d’une fois en public, c’est bien Jennifer Lawrence. Et pas seulement ça. Cette actrice a la vertu de la sincérité et de la spontanéité. Au-delà de ses qualités artistiques et de ses Oscars, nous l’apprécions aussi car on est habitué à certaines de ses gaffes. C’est un gros plus pour elle.

Cependant, tout autre acteur ou personnage connu du monde des arts et des sciences qui ne laisse pas de place à l’improvisation, qui soigne ses gestes dans le détail, ne générera pas autant de proximité. Bien que cela ne signifie pas que nous les admirons pour leur travail. Ainsi, une personne compétente aura une perception plus positive si elle se permet d’être publiquement faillible à l’occasion.

Maintenant, il y a un fait important. Les erreurs doivent être ponctuelles et sporadiques. Dans le cas où elles sont une constante, l’effet Pratfall ne tient pas. Cette personne perd alors son attrait.

L’effet Pratfall et la théorie de la comparaison sociale

Avouons-le, lorsque nous rencontrons quelqu’un de brillant, de déterminé et de compétent, nous sommes toujours impressionnés et même respectueux. C’est comme si nous étions désavantagés. Cependant, en les voyant trébucher, faire des erreurs, les choses changent. Voir quelqu’un d’exception faire une erreur stupide, comme celles que nous commettons, génère de la proximité et de la confiance.

L’effet Pratfall se base sur la théorie de la comparaison sociale. Autrement dit, comme nous l’expliquait Leon Festinger en 1954, nous nous évaluons en nous comparant aux autres. Voir quelqu’un de plus déterminé et compétent que nous produit parfois un certain malaise.

Cependant, découvrir quelqu’un qui se trompe, qui renverse le café ou qui trébuche en parlant, éveille notre empathie car nous nous identifions à lui. Cela, en plus, renforce notre estime de soi, nous fait nous sentir bien. Si quelqu’un avec tant de vertus a une ressemblance avec nous, cela signifie que nous sommes également spéciaux.

effet Pratfall
Les personnes très intelligentes sont conscientes de l’effet Pratfall et peuvent l’utiliser pour générer une attraction sociale.

L’erreur nous rend humains

C’est vrai, faire des erreurs nous rend humains. Il n’y a rien qui nous rapproche les uns des autres que de découvrir que nous faisons tous des erreurs de temps en temps. Aussi brillants que nous soyons, personne n’est à l’abri de l’erreur la plus stupide, de la chute accidentelle, de la bévue publique… Et ce phénomène est bien connu de la science, des médias et des esprits les plus ingénieux.

Comme nous l’avons souligné au début, le monde du cinéma décrit toujours le scientifique de service comme ce génie quelque peu désemparé. Quelqu’un qui brûle son petit déjeuner avec la même facilité qui sauve le monde. L’effet Pratfall fait que ces personnages nous captivent. Mais attention, les gens intelligents sont conscients de ce phénomène et peuvent s’en servir pour être plus influents.

Cependant, une étude nous dit qu’il y a des exceptions. Les personnes ayant une très haute estime de soi et les personnes ayant une faible estime de soi, par exemple, ne voient pas d’un bon œil l’individu brillant qui fait des erreurs. Ils préfèrent l’infaillible…

Cela pourrait vous intéresser…

Cela pourrait vous intéresser ...
Les personnes qui parlent peu, comment sont-elles ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les personnes qui parlent peu, comment sont-elles ?

Les personnes qui parlent peu le font souvent pour diverses raisons. Nous les analysons ci-dessous pour mieux comprendre ce type de profil.



  • Aronson, E., Willerman, B., & Floyd, J. (1966). The effect of a pratfall on increasing interpersonal appeal. Psychonomic Science.
  • Ein-Gar, D., Shiv, B., & Tormala, Z. L. (2012). When blemishing leads to blossoming: The positive effect of negative information. Journal of Consumer Research, 38(5), 846-859.
  • Mettee, D. R., & Wilkins, P. C. (1972). When similarity” hurts”: Effects of perceived ability and a humorous blunder on interpersonal attractiveness. Journal of Personality and Social Psychology, 22(2), 246.
  •  Helmreich, R., Aronson, E., & LeFan, J. (1970). To err is humanizing sometimes: Effects of self-esteem, ability, and a pratfall on interpersonal attraction. Journal of Personality and Social Psychology, 16(2), 259.