Pourquoi avez-vous besoin de contrôler votre partenaire ?

Le besoin de contrôler son partenaire génère de la souffrance et détériore la relation. De plus, même si le prix à payer est très lourd, c'est un phénomène très courant. Pourquoi cela se produit-il et que peut-on y faire ?
Pourquoi avez-vous besoin de contrôler votre partenaire ?

Dernière mise à jour : 30 août, 2022

Les attitudes de contrôle, de jalousie et de possessivité dans un lien affectif sont extrêmement nocives, tant pour ceux qui les reçoivent que pour ceux qui les exercent. La méfiance, les reproches et le manque de liberté détériorent souvent la relation au point d’y mettre fin. Malgré cela, c’est une dynamique qui se répète fréquemment. Si vous vous trouvez dans cette situation et que vous souhaitez arrêter de contrôler votre partenaire, il est important que vous compreniez les causes sous-jacentes de votre comportement.

La réalité est que, généralement, l’intention n’est pas de nuire à l’autre ou de le rabaisser. Le besoin de contrôle apparaît comme un mécanisme de défense contre ses propres insécurités personnelles. Cependant, malgré le fait qu’il n’y ait pas d’intention délibérée, ces comportements peuvent être le prélude à d’autres types de violences ; par conséquent, il est nécessaire de les identifier et de les traiter dès le début.

Pourquoi avez-vous besoin de contrôler votre partenaire ?

Femme vérifiant le mobile de son partenaire

Insécurité et faible estime de soi

L’insécurité est la principale raison de la nécessité de contrôler son partenaire. Malgré le fait que, bien souvent, les personnes contrôlantes affichent une image de confiance en soi et de sécurité, la vérité est qu’elles ont généralement une estime de soi faible et malsaine.

Essayer de manipuler ou de contraindre l’autre à penser, ressentir et agir comme nous le voulons, indique seulement que nous ne nous sentons pas capables de maintenir une relation dans laquelle les deux personnes sont libres. Il peut y avoir des pensées de dévalorisation et la peur que l’autre découvre que nous ne sommes pas si bien, qu’une relation avec nous n’en vaut pas la peine ou qu’il existe de meilleures options.

Ceux qui ont une bonne estime de soi sont conscients de leurs forces et de leurs faiblesses et, même ainsi, se considèrent précieux et dignes d’amour et de respect. Par conséquent, ils ne craignent pas les comparaisons et n’ont pas besoin de restreindre les actions ou le cercle social de leur partenaire.

Méfiance envers l’autre

En d’autres occasions, le besoin de contrôler le partenaire survient à la suite d’un ou plusieurs épisodes antérieurs au cours desquels l’autre a rompu la confiance. Après une infidélité, il est fréquent que la personne qui a été trompée craigne que cette situation ne se reproduise. Un courant qui peut entraîner des inquiétudes, des soupçons et des comportements de vigilance récurrents.

D’une manière particulière, cette dynamique se produit lorsque l’infidélité n’a pas été traitée de manière adéquate, qu’elle n’a pas été guérie ou que des engagements de changement n’ont pas été établis par les deux. Si vous vous trouvez dans cette situation et que vous sentez que vous devez contrôler votre partenaire, rappelez-vous qu’aucun lien sain n’est possible sans confiance. Par conséquent, les seules alternatives sont de trouver un moyen de la restaurer ou de mettre fin à la relation. Rester dans ces limbes émotionnels peut être douloureux et épuisant pour vous deux.

Croyances positives sur le contrôle

Par ailleurs, si vous avez besoin de contrôler votre partenaire, c’est probablement parce que vous pensez que le contrôle évitera d’éventuels problèmes. Diriger sa pensée, restreindre ses actions, contrôler avec qui il entretient des liens ou à quoi il passe son temps peut vous donner un faux sentiment de sécurité. Cependant, vous devez savoir qu’aucune de ces attitudes n’empêchera la déception ou l’abandon possible que vous craignez. Bien au contraire, cela augmentera sûrement l’inconfort de votre partenaire et détériorera votre lien au point d’y mettre un terme.

Le moyen le plus sûr d’assurer la continuité d’une relation est de la garder saine et enrichissante pour vous deux. La possessivité, la coercition et le contrôle ne retiendront pas votre partenaire, mais ils vous rendront tous les deux malheureux.

Femme réduite au silence par la colère de son mari

Comment arrêter de contrôler son partenaire ?

Le contrôle dans le couple peut se manifester de diverses manières : de la critique constante pour faire changer l’autre aux violations de sa vie privée, en passant par les menaces ou les manipulations émotionnelles. Si vous vous reconnaissez dans l’un de ces modèles, il est fortement recommandé de demander l’aide d’un professionnel à cet égard.

La psychothérapie cognitivo-comportementale s’est avérée efficace pour traiter la jalousie pathologique et le besoin de contrôle. Grâce à diverses techniques, vous pouvez apprendre à identifier les pensées irrationnelles concernant votre relation et à les remplacer par des pensées plus adaptatives. De plus, vous acquerrez des outils pour éliminer les comportements de vérification compulsifs, comme appeler constamment votre partenaire ou espionner ses conversations privées.

L’insécurité, la méfiance et la possessivité usent et endommagent les liens amoureux, génèrent de la souffrance et peuvent conduire à d’autres types de violence. Pour la même raison, il est important d’analyser ce qui se passe en arrière-plan lorsque le besoin de contrôle augmente.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quand les besoins émotionnels du partenaire nous contrôlent
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Quand les besoins émotionnels du partenaire nous contrôlent

Il est important de garder en mémoire ses propres besoins émotionnels au sein du couple, et nous vous expliquons pourquoi.



  • Meneses, F. J., & Herrera, A. Analizando la violencia en las relaciones de pareja: el efecto de la violencia psicológica y las conductas controladoras en la violencia física y sexual.
  • Carlen, A. M., Kasanzew, A., & López, A. F. (2009). Tratamiento cognitivo conductual de los celos en la pareja. Revista Electrónica de Psicología Iztacala12(3), 173-186.