Pierre Teilhard de Chardin, le conflit entre la science et la religion

16 octobre 2019
Nous vous proposons ici une petite introduction à la vie et aux réussites d'un scientifique exceptionnel, Pierre Teilhard de Chardin. Un prêtre dont les découvertes et théories ont heurté de plein fouet l'Église et dont les enseignements sont aujourd'hui dispensés partout dans le monde.

Nous nous intéressons ici à la vie d’un géologue, paléontologue, philosophe et théologien français à vocation religieuse et dont les œuvres ont été traduites dans de nombreuses langues. Nous parlons de Pierre Teilhard de Chardin, un homme qui s’est fait connaître pour sa croyance selon laquelle l’homme est en évolution constante vers une unité spirituelle finale.

Son intérêt pour la science s’est manifesté au cours de sa jeunesse. C’est la raison pour laquelle il a tenté d’unir le domaine scientifique avec son travail au sein de l’ordre jésuite dont il faisait partie. Pierre Teilhard de Chardin a défendu l’idée que l’épopée humaine n’est qu’ « un chemin vers la croix ». Ce type de pensée a poussé l’Église Catholique à poser un ultimatum à Pierre Teilhard de Chardin en 1962.

En revanche, son dévouement spirituel n’a jamais été remis en cause. Encore aujourd’hui, Pierre Teilhard de Chardin est considéré comme l’une des figures les plus importantes du monde scientifique.

L'étude de Pierre Teilhard de Chardin au sujet de l'esprit humain

Ses premières années de vie

Pierre Teilhard de Chardin est né le 1er mai 1881 dans une famille aristocrate originaire d’Auvergne. Il passe son enfance à la campagne, au château de Sarcenat, la propriété de ses parents. C’est le quatrième enfant d’une fratrie de onze. Il grandit dans un environnement purement traditionnel et fortement enraciné dans le catholicisme. 

Lorsqu’il termine ses études secondaires au collège des jésuites de Mongré, à Lyon, il passe son noviciat au sein de la compagnie jésuite d’Aix-en-Provence. Plus tard, il continuera ses études en Angleterre ; il étudiera la théologie à Jersey et, en 1905, il sera ordonné prêtre à Hastings.

Parallèlement à sa vocation religieuse, Pierre Teilhard de Chardin développe une passion pour la science durant un séjour de trois ans en Égypte au cours duquel il enseigne la physique et la chimie. C’est précisément après son ordination qu’il s’intéresse à la paléontologie et à la géologie. Il participera à une fouille.

De retour en France en 1912, Pierre Teillhard de Chardin se joint au laboratoire de paléontologie du Musée d’Histoire naturelle de Paris. Il commence une brillante carrière en tant que chercheur en paléontologie humaine. Et participe à des fouilles dans les grottes de Altamira en Espagne.

Pierre Teilhard de Chardin et la guerre

En 1914, la guerre mobilise ce jeune prêtre. Sa vocation religieuse l’amène a exercer en tant qu’infirmier et non en tant que chapelain dans un régiment d’escarmouches au Maroc. Il refusera complètement d’exercer en tant que prêtre pendant la guerre.

Pierre Teilhard de Chardin dira de ce scénario terriblement dramatique qu’il s’agit d’un « baptême dans le réel ». La guerre a complètement chamboulé les bases de sa pensée philosophique et cela se ressent dans ses premières œuvres. Son grand courage pendant la guerre lui a valu la Légion d’Honneur, une médaille militaire.

La paléontologie et les voyages

Après la guerre, Pierre Teilhard de Chardin séjourne pendant un temps à Paris où il donne des cours à l’Institut Catholique. En 1923 a lieu sa première mission paléontologique en Chine où il se joint à l’équipe qui a découvert le crâne de l’Homme de Pékin.

Au cours des années 30, il entreprend plusieurs voyages : désert de Gobi, Java, Somalie, Cachemire, Mongolie et Birmanie. La Seconde Guerre mondiale éclate alors qu’il se trouve à Pékin. Il y vivra presque six ans en semi-captivité.

C’est lors de son séjour en Chine que Pierre Teillhard de Chardin écrit deux de ses textes les plus mystiques : La messe sur le monde et L’énergie spirituelle de la souffrance.

 

Un vieux livre ouvert

L’origine de l’Homme selon Pierre Teilhard de Chardin

En 1937, Pierre Teilhard de Chardin reçoit la médaille Mendel à Philadelphie pour son travail de recherche scientifique en paléontologie humaine. Un an plus tard, il fonde l’Institut de géobiologie de Pékin ; il publiera fréquemment des articles dans sa revue scientifique.

À partir de 1951, il s’établit à New York. Il participera encore à différentes expéditions scientifiques en Afrique du Sud. Au cour de ces expéditions, il commence à envisager l’origine africaine de l’Homme, une hypothèse aujourd’hui validée par la science. Il meurt à New York le 10 avril 1955 à l’âge de 74 ans. 

Un héritage polémique

Pierre Teilhard de Chardin est une figure reconnue à l’échelle internationale dans le monde scientifique. Ses découvertes et ses hypothèses sur l’origine et le destin de l’être humain lui auront valu un conflit continu avec les autorités religieuses romaines.

Ses théories sur la place qu’occupe l’Homme dans l’univers sont devenues des enseignements qui, aujourd’hui, sont dispensés partout dans le monde. Il a considérablement chamboulé le cœur même de l’Église Catholique. À cause de cela, aucune de ses œuvres scientifiques n’a été publiée pendant qu’il était en vie.

La secrétaire personnelle publiera tous les écrits de Pierre Teilhard de Chardin à partir de 1963 lorsque la Fondation Pierre Teilhard de Chardin est créée. Cette fondation est l’héritage de ce scientifique extraordinaire.

 

The Editor team of Encyclopaedia Britannica. Pierre Teilhard de Chardin Biographie. Recuperado de https://www.britannica.com/biography/Pierre-Teilhard-de-Chardin