Pierre Janet et le courant de l'analyse psychologique

01 mai, 2020
Qui était Pierre Janet et qu'a-t-il étudié ?
 

Pierre Janet est le fondateur d’un mouvement français qui est connu sous le nom de l’analyse psychologique. Il a également été l’un des grands théoriciens de l’hystérie mais aussi du phénomène connu sous le nom d’automatisme psychologique. C’est sur la base de ses thèses que s’est formé ce que l’on appelle aujourd’hui la psychologie dynamique, ainsi que la psychiatrie dynamique.

À son époque, Pierre Janet était déjà célèbre dans le monde entier. Il a sans doute été l’un des pionniers de l’étude des phénomènes inconscients. Il a eu de grand désaccords avec Sigmund Freud pendant des années. Cela a également contribué à sa renommée. Il traita même Freud de charlatan, disant qu’il avait plagié certaines de ses idées puis changé leur nom. Il a également insinué que Freud était un pervers et un obsédé sexuel.

Pierre Janet a contribué en France à faire de la psychologie une discipline indépendante de la philosophie et de la médecine. Janet a ainsi été le fondateur de la Société de Psychologie en France, qui est ensuite devenue la Société Française de Psychologie. Cette institution a été la deuxième à être créée dans le monde, après celle des États-Unis.

Un esprit qui explose
 

Les premières années de la vie de Pierre Janet

Pierre Janet est né à Paris le 30 mai 1859. Il provient d’une famille d’intellectuels de la classe moyenne supérieure, agnostique et libérale. Entre enseignants, juristes et philosophes, la famille Janet comprend d’importants érudits. Le plus célèbre d’entre eux est le philosophe Paul Janet, l’oncle de Pierre. Ce dernier aura eu une grande influence sur sa vie.

Sa mère avait 21 ans quand il est né et son père en avait le double. Il a eu un frère et une sœur plus jeunes, Jules et Marguerite. À l’âge de 15 ans, Pierre Janet a souffert d’une grave dépression qui l’a contraint à interrompre ses études. Il semble qu’il ait été confronté à une « crise religieuse ».

Après un certain temps, il a réussi à surmonter ses difficultés et s’est consacré à l’étude de la philosophie, avec un intérêt particulier pour la psychologie. À l’époque, cette dernière discipline était cependant rattachée à la philosophie.

À 22 ans, il commence à travailler comme professeur de philosophie au Lycée du Havre. Cependant, il passait la plupart de son temps libre à l’hôpital de cette même ville où il travaillait en tant que bénévole. Il y faisait des recherches sur divers phénomènes psychologiques. Notamment sur les hallucinations verbales. Ce fut même le sujet de sa thèse pour son doctorat de Lettres.

L’hypnose et les automatismes

Suite à ses travaux de recherches, il est entré en contact avec un médecin nommé Gilbert. Janet lui a parlé d’un cas remarquable. Celui de Léonie. Pierre Janet était obsédé par le cas de cette femme depuis des années. Il pouvait en effet hypnotiser Léonie sur demande. Et ce, de près ou de loin. Il lui était également possible de lui suggérer de se plier à toute instruction qui lui était donnée.

 

À la suite de cet échange, un écrit est parvenu aux mains du neurologue Jean-Martin Charcot qui a été très impressionné par le sujet. Plus tard, Pierre Janet a commencé à développer un travail clinique régulier avec des patients hystériques au Havre. En 1889, il a publié son livre L’automatisme psychologique.

Par la suite, Janet a étudié la médecine et a commencé à écrire sur ses thèmes de recherches de prédilection. A savoir l’hypnose, l’automatisme, l’inconscient parmi d’autres sujets du même ordre. Il a ensuite été professeur à la Sorbonne ce qui lui a permis de se faire connaître dans le reste du monde. Il a ainsi commencé à donner des conférences et à gagner en notoriété dans le domaine de la recherche.

Pierre Janet a étudié l'inconscient

Un débat acharné

Sigmund Freud était plus jeune que Pierre Janet. Il a donc commencé ses recherches plus tard. Il était également proche de Charcot et s’est intéressé à l’hystérie. Cependant, les conclusions auxquelles Freud est parvenu diffèrent grandement de celles de Janet. Ce dernier n’a jamais accordé beaucoup d’importance à la sexualité et il n’a pas non plus développé de technique similaire à la libre association de la psychanalyse.

 

Lorsque Freud a gagné en notoriété, Pierre Janet a commencé à l’attaquer pour plagiat. Ce fut le début d’un mouvement anti-freudien qui existe encore de nos jours. Il semble que lorsque Freud a commencé à connaitre une grande reconnaissance pour son travail, Janet l’ait vu comme une menace pour sa propre place dans l’histoire. On raconte qu’en avril 1937, Janet a demandé à Freud de le recevoir chez lui. Cependant, ce dernier aurait refusé. Il n’aurait en effet jamais pardonné à Janet les accusations qu’il avait porté à son égard.

Pierre Janet est mort le 27 février 1947, à l’âge de 88 ans. Il a été victime d’une congestion pulmonaire. Au moment de sa mort, il avait acquis un grand renom dans le monde entier.

Son travail continue de servir de référence aux travaux de nombreux psychologues et psychiatres. Avant sa mort, il a demandé que les dossiers des patients qu’il avait traités soient brûlés. Soit de plus de 5 000 dossiers. Ce geste témoigne de son zèle mais aussi de son éthique professionnelle.

 

 
  • Domenjó, B. A. (1991). «Pierre Janet, un contemporáneo de Sigmund Freud. La noción del inconsciente». Anuario de psicología/The UB Journal of psychology, (50), 99-108.