Les personnes intelligentes apprennent des erreurs des autres

Les personnes intelligentes apprennent des erreurs des autres

Dire que l’on apprend de ses erreurs est une vérité presque absolue, surtout si nous sommes en toutes circonstances observateur-trice-s et analytiques en même temps qu’intuitif-ve-s. C’est pour cette raison qu’on dit qu’une fois qu’on a acquis l’enseignement d’une erreur, on évite de refaire la même.

En ce sens, il semble plutôt simple d’apprendre de l’échec si nous l’avons nous-mêmes commis. Mais, et si l’erreur vient d’une autre personne ? La vie est limitée et nous n’avons pas assez de temps pour nous tromper plusieurs fois. Ainsi, pourquoi ne pas faire attention aux erreurs des autres pour éviter de les commettre ? Il ne s’agit plus seulement de gagner du temps : en faisant cela, nous éviterons de vivre les conséquences négatives de l’erreur.

Erreur dont on n’apprend rien, erreur qui se répète

Depuis notre naissance, nous nous sommes rendu-e-s compte que se tromper est une façon de réussir à moyen et long terme. Durant nos premières années, nous avons échoué continuellement, puis à la longue nous avons cueilli les fruits de ces échecs, avec une saveur plus intense et durable. En grandissant, les conséquences se sont compliquées, mais cela ne veut pas dire que le processus est complètement invalide.

mujer-con-flor-768x437

Ces conséquences sont aussi liées au côté positif que nous pouvons tirer des circonstances. C’est-à-dire que les erreurs avec des conséquences plus négatives sont également celles qui ont un plus grand pouvoir transformateur. C’est pour cela que nous ne devons pas oublier que le processus par lequel nous assumons les conséquences peut également être un grand apprentissage, et pas uniquement l’échec en lui-même.


« Les erreurs – dit-il avec emphase – sont aussi importantes pour moi. Je ne les efface ni de ma mémoire, ni de ma vie. Et je n’en rejette la faute sur personne.»

-Andrzej Sapkowski-


Nous apprenons à garder les mauvaises expériences dans le tiroir qui porte l’étiquette «ne pas refaire la même chose». Cependant, ces stratégies erronées s’échappent parfois, par chance, de ce tiroir : qu’elles n’aient pas fonctionné une fois lors d’une circonstance ne signifie pas qu’elles ne fonctionneront pas dans d’autres. À 18 ans, nous ne sommes peut-être pas prêt-e-s pour monter notre propre entreprise, mais peut-être qu’à 30 ans, si. Nous aurons acquis de l’expérience sur le chemin et appris des succès et erreurs commis par nos chefs.

Rester attentif-ve est une arme de défense

Quelqu’un a dit un jour que les personnes se regroupaient en trois grands groupes : celles qui assimilent leurs erreurs, celles qui, en plus de leurs erreurs, assimilent les erreurs des autres et, enfin, celles qui ne font rien de tout cela.

Il est bon d’appartenir au second groupe car il réduit la probabilité de tomber dans un puits pour vérifier qu’il est bien là. Rester attentif-ve à ce qu’il se passe autour de nous est une arme de défense pour esquiver les blessures évitables.


« Parce que nous sommes tous une part de ce qui nous a induit en erreur, et le lien de l’erreur est parfois plus fort que n’importe quel autre. »

-Belén  Gopegui-


Les autres nous apprennent des choses sur des événements concrets, sans que nous ayons la nécessité d’en faire personnellement l’expérience. D’un point de vue extérieur, nous sommes capables d’arriver à ces enseignements avec empathie et humilité, sans juger ni critiquer. Nous pouvons également y parvenir avec bon sens et prudence, en pensant même aux possibles conséquences qui auraient pu naître de la mise en marche d’autres options.

gif-ojos

Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre

Mais, quelles sont les autres raisons pour faire attention au comportement des autres ? La plus importante de toutes est peut-être qu’il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre. En ce sens, la vie est une opportunité d’apprentissage constant.

Une opportunité qui fait partie du cadeau de la vie. En outre, au-delà du plaisir qu’elle suppose et que seules quelques personnes ont trouvé, il s’agit d’une attitude pragmatique et intelligente. Elle ne quitte peut-être pas toutes les épines de notre chemin mais grâce à elle, nous en localiserons un bon nombre et nous pourrons les esquiver.


« Nous devrions nous consacrer à désapprendre une grande partie de ce que nous avons appris et apprendre tout ce qu’elle ne nous a pas enseignée. »

-Ronald Laing-


C’est pour cette raison qu’il est fondamental d’appartenir au groupe des sages qui profitent de toutes les bonnes choses que la vie nous prépare. Vivre en ne prêtant attention ni à ses erreurs, ni à celles des autres signifie réellement ne pas vivre d’une façon intelligente.

Par: Elodie B.