Paréidolie, voir des formes là où il n’y en a pas

· 12 octobre 2018

Avez-vous déjà vu la forme d’un visage dans une serrure ? Avez-vous déjà vu un visage dans un nuage ? Ces expériences ne sont pas anormales. Elles sont plutôt communes et pourraient être des exemples de paréidolie. La paréidolie se définit comme un phénomène psychologique où un stimulus vague et aléatoire (généralement une image) est perçu à tort comme une forme reconnaissable. L’individu fournit une organisation et un sens à un stimulus ambigu ou non structuré.

Des exemples de paréidolie sont les visages que nous voyons dessinés dans le profil d’une montagne. Ou dans les flammes qui surgissent d’une cheminée. Les paréidolies ne sont pas du tout pathologique. Ce qui serait pathologique serait peut-être l’incapacité à les former. Elles constituent ainsi un magnifique exemple de ce qui constitue une expérience mentale anormale. Le terme anomalie n’impliquant pas ici de pathologie, de maladie ou de morbidité.

paréidolie

La paréidolie est une distorsion perceptive

Les troubles de la perception et de l’imagination sont généralement classés en deux groupes : les distorsions et tromperies perceptuelles. Les distorsions perceptives ne sont possibles que grâce à la performance des organes sensoriels.

Ces distorsions perceptuelles se produisent lorsqu’un stimulus qui existe en dehors de nous (et qui est accessible aux organes sensoriels) est perçu d’une manière différente de ce qui pourrait être attendu. L’anomalie réside dans le fait que les caractéristiques physiques du monde stimulant sont perçues de manière déformée.

Par distorsion, nous comprenons l’une des deux possibilités suivantes :

  • Perception différente de celle de d’habitude et davantage susceptible en tenant compte des expériences précédentes ou la façon dont les autres perçoivent ce stimulus.
  • Perception différente de celle qui résulterait de la seule prise en compte de la configuration physique du stimulus. Cela arrive avec les illusions. C’est le cas de la paréidolie.

Dans le cas de la tromperie perceptive, une nouvelle perception se produit. Cette nouvelle perception tend à cohabiter avec le reste des perceptions « normales ». Les tromperies perceptives ne se basent pas sur des stimuli existant en dehors de l’individu (comme cela se passe avec les hallucinations).

Combien de types de distorsions perceptuelles existe-t-il ?

Nous trouvons la classification suivante parmi les distorsions perceptuelles :

  • Hyperesthésies et hypoesthésie. Il s’agit des anomalies dans la perception de l’intensité (par exemple, Hyperalgésie et hypoalgésie, autrement dit, ressentir plus ou moins de douleur).
  • Anomalies dans la perception de la qualité. Elles font référence à des visions colorées et à des changements dans la perception de la couleur des objets.
  • Métamorphopsies. Elles supposent des anomalies dans la perception de la taille et/ou de la forme.
  • Anomalies dans l’intégration perceptuelle. Il s’agit d’anomalies rares qui apparaissent parfois dans les états organiques et dans la schizophrénie.
  • Illusions. Nous trouvons ici deux types : la sensation de présence et les paréidolies (sujet de cet article).

Comme nous pouvons le constater, il existe plusieurs distorsions perceptives que nous pouvons expérimenter, certaines plus surprenantes que d’autres. Voyons désormais en quoi la paréidolie constitue un type d’illusion.

Les illusions : anomalies dans la structuration de stimuli ambigus

On peut conceptualiser une illusion comme une distorsion de la perception. Ce dans la mesure où on la définit comme une « perception erronée d’un objet particulier ». Ainsi, les illusions sont des préceptes qui ne correspondent pas aux caractéristiques physiques objectives d’un stimulus particulier.

Du point de vue psychologique classique, les illusions sont le produit d’une disposition ou d’une tendance, pour organiser entre eux, dans un ensemble cohérent, des éléments plus ou moins isolés les uns des autres ou par rapport à un fonds. Il existe de nombreux exemples d’illusions, telle que l’illusion de Müller-Lyer ou les figures réversibles. Nous pouvons facilement les trouver sur Internet.

L’influence des paréidolies sur la culture et la religiosité humaine

Il existe de nombreux phénomènes qui, observés de façon superficielle, peuvent sembler curieux voir même constituer une plaisanterie. C’est le cas de la paréidolie. Si nous cherchons sur internet, nous pouvons trouver les références de photos d’une explosion, ou de la surface d’une autre planète, d’un nuage ou simplement d’une tache sur un mur, pour lesquelles des personnes prétendent voir des images religieuses, des extraterrestres, des visages de personnes, des animaux ou les textes du Coran.

Le phénomène de paréidolie peut également être exprimé en images auditives, par exemple, dans le chant du quetzal ou dans l’écho de la pyramide de Kukulkan à Chichen Itza. Nous les retrouvons par ailleurs dans les supposées voix d’outre-tombe, dans le bruit blanc d’une télévision ou dans les disques reproduits à l’envers, dans lesquels nous entendons de supposés messages sataniques.

Les religions aniconiques (qui rejettent les icônes), telles que la religion musulmane et juive, possèdent leurs propres manifestations associées à la paréidolie. Grâce à elles, les musulmans voient le nom d’Allah notamment dans les nuages, dans des taches de neige dans les montagnes ou dans les aurores boréales. Ces manifestations qui furent dénommées « paréidolies musulmanes », « Miracles du Coran » ou « Miracles de l’Islam ».

Au sein de la religion juive, nous trouvons les les soi-disant codes secrets de la Torah. Les mathématiciens experts en statistiques pensent déceler en eux des textes prophétiques d’événements présents ou futurs. Nous pensons qu’ils sont probablement influencés par les mêmes phénomènes de paréidolie.

Un cas connu de paréidolie : les visages de Bélmez

Les visages de Bélmez sont un phénomène que adeptes de la parapsychologie considèrent comme paranormal. Ce phénomène consistait en l’apparition de pigmentations, identifiées comme des visages, sur le sol d’une maison située à Bélmez de la Moraleda. Bélmez est un petite village dans la province de Jaén, en Espagne.

Ce phénomène a commencé à se produire en 1971. Les adeptes de la parapsychologie considéraient cet événement comme « sans aucun doute, le phénomène paranormal le plus important du 20ème siècle »Cependant, diverses recherches sur le sujet le cataloguèrent comme une fraude.

paréidolie

Ceci s’explique par le phénomène de paréidolie. En effet, les visages apparaissant dans cette maison, sous forme d’humidité, pourraient avoir résulté d’une distorsion perceptive. Les visages apparus à Bélmez semblaient toutefois si réels que nous en sommes arrivés à penser que la propriétaire de la maison les avaient réalisés en cachette.

En tout état de cause, la paréidolie est un phénomène qui ne cesse de nous étonner. Elle s’explique par la façon dont nous organisons les stimuli dans notre esprit. Et il s’agit simplement d’une illusion ou une distorsion perceptuelle.