La paralysie de l'analyse, quand trop penser nous bloque

Trop réfléchir ou ruminer sur une situation peut conduire à une paralysie de l'analyse, qui vous empêche d'agir.
La paralysie de l'analyse, quand trop penser nous bloque

Dernière mise à jour : 12 mai, 2022

À plus d’une occasion, vous avez certainement fait l’expérience de ce qu’on appelle la paralysie de l’analyse. Cette situation dans laquelle vous ruminez des pensées dans votre esprit en espérant les mettre en action, quelque chose qui finit par ne pas se produire. Mais pourquoi cela n’arrive-t-il pas à tout le monde ? C’est ce à quoi nous allons répondre tout au long de cet article.

Avant d’approfondir ce concept, il faut tenir compte du fait que la paralysie de l’analyse peut survenir dans n’importe quel contexte, qu’il soit professionnel, relationnel ou même éducatif. Par conséquent, sa présence dans différents domaines nous oblige à aborder la paralysie de l’analyse avec l’importance qui lui est due.

Paralysie de l’analyse dans différents domaines

La paralysie de l’analyse peut non seulement nous empêcher d’agir, mais aussi de prendre des décisions rapides. Ceci entraîne alors un retard important qui ralentit la progression de toute entreprise.

Nous nous souvenons tous d’une situation dans nos vies où une décision tardive nous a fait rater une grande opportunité. Ceci, dans le secteur des organisations, peut encore être plus important – si cela est possible.

Les décisions rapides nous rendent compétents et flexibles pour nous adapter à toute circonstance imprévue. Cependant, les doutes, la peur et l’incapacité à gérer l’anxiété dans une situation comme celle-ci sont contre-productifs.

Femme inquiète pensant à ses problèmes

Le blocage dans l’éducation

Un autre domaine dans lequel la paralysie de l’analyse se manifeste souvent est celui de l’éducation. Cela est dû à la façon dont on enseigne dans les écoles aujourd’hui. En effet, les étudiants reçoivent une grande quantité d’informations à assimiler sans laisser de temps à la réflexion critique et à la créativité.

De plus, la pression des notes et des parents peut rendre l’inquiétude vis-à-vis des résultats tellement exagérée qu’elle conduit à la paralysie de l’analyse. Tout cela est dû, sans aucun doute, à l’impossibilité d’atteindre la perfection.

Paralysie dans les relations

Aujourd’hui, nous pouvons être conscients de la forte présence de la paralysie de l’analyse dans les relations. Quand nous sommes fâchés avec la personne qui est notre partenaire, nos pensées commencent à « se battre » car deux camps se forment : celles qui veulent agir et celles qui justifient ce qui s’est passé en nous culpabilisant.

À tout cela, il faut ajouter ces croyances que nous avons ou nos peurs (peur de la solitude, d’être sans partenaire, de se retrouver sans amis, etc.) qui rendent de plus en plus présente la paralysie par l’analyse. Cela nous empêche de prendre une autre décision que celle de rester dans la situation où nous sommes.

« Au fil des ans, j’ai découvert que trop d’informations sont pires que trop peu. »

-Zygmunt Bauman-

Femme pensant à son échec

Peut-on sortir de la paralysie de l’analyse ?

La paralysie de l’analyse peut être gérée pour cesser d’intervenir dans nos vies. Mais, pour cela, nous devons suivre une série d’étapes. Celles-ci nous aideront en effet à faire face à toutes ces informations qui nous passent par la tête et dont la rumination nous empêche d’agir.

  • Limiter le nombre d’options : si nous sommes bloqués par un excès d’informations, il faut choisir deux ou trois options et les analyser attentivement. Par exemple, si nous cherchons où faire notre stage, faire une liste et nous en tenir à seulement trois entreprises nous aidera à éviter la paralysie de l’analyse.
  • Choisissez la première option raisonnable : bien qu’elle ne soit pas tout à fait parfaite ou idéale, opter pour ce à quoi nous avons dit « oui » dans un premier temps est une bonne occasion de sortir de cette paralysie.
  • Fixer une échéance : dans le cas où nous ne parvenons pas à sortir de la paralysie de l’analyse, nous pouvons fixer une échéance sur le calendrier, où nous devrons absolument exécuter l’action.
  • Regardez la situation d’un autre point de vue : nous pouvons réfléchir à comment nous conseillerions une personne qui se trouverait dans notre situation. Ou même parler à des personnes proches qui nous permettent d’avoir un autre point de vue.
  • Penser aux conséquences : se concentrer sur ce qui peut arriver si nous ne prenons pas une décision rapide (perte de l’opportunité d’obtenir un emploi) peut nous aider à raccourcir ce délai et à agir beaucoup plus tôt.

Dans quels domaines souffrez-vous habituellement de paralysie analytique ? Avez-vous utilisé l’une de ces options pour sortir de ce blocage qui vous empêchait d’agir ? Nous espérons que cet article vous permettra de clarifier certaines idées. Dans le cas où vous ne seriez pas en mesure de vous sortir de cette situation par vous-même, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel.

Cela pourrait vous intéresser ...
Paralysie de perfection : quand la peur d’échouer nous paralyse
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Paralysie de perfection : quand la peur d’échouer nous paralyse

Nous savons que, derrière la paralysie de perfection, il y a une peur d'échouer mais aussi de décevoir. Mais pourquoi nourrissons-nous cette peur ?



  • Guillamón, A. R., & Cantó, E. G. (2018). Análisis bibliográfico de los modelos teóricos explicativos del aprendizaje motor. Revista Peruana de ciencia de la actividad fisica y del deporte5(4), 15-15.
  • Lerma Kirchner, A. E., Martín Granados, A., Castro Martínez, A., Flores Becerril, E., Martínez Frías, H., & Mercado García del Valle, C. (2007). Liderazgo emprendedor. México, México: Edamsa, SA.
  • Mozo, D. R. (2013). Prevención de la exposición a alteradores endocrinos en España. Parálisis por análisis¿ Hasta cuándo?. Revista de Salud Ambiental13, 80-82.