Oskar Schindler : biographie et histoire d'une liste qui a sauvé 1 100 vies

L'une des listes les plus célèbres de l'histoire du 20e siècle est sans aucun doute la liste de Schindler. Un homme d'affaires ayant de bons contacts dans les hautes sphères du gouvernement de l'Allemagne nazie a dressé une liste qui a permis de sauver 1100 Juifs de l'envoi vers des camps d'extermination.
Oskar Schindler : biographie et histoire d'une liste qui a sauvé 1 100 vies

Dernière mise à jour : 17 juin, 2021

La société du XXe siècle a dû faire face à de nombreux maux, mais la haine, la violence et l’hostilité ont probablement été les véritables cavaliers de l’apocalypse pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, nous nous souvenons de l’une des figures les plus marquantes de ce conflit, dont le pouvoir n’était ni politique ni stratégique : Oskar Schindler.

C’est dans l’engagement en faveur de la vie humaine, quelle que soit sa condition, que nous trouvons ce grand homme. Oskar Schindler était un homme d’affaires allemand qui a protégé la vie de plus de 1000 juifs voués à une mort certaine aux mains de la haine et de la violence.

Il l’a fait en leur donnant des emplois dans ses usines et en maintenant ces emplois même lorsqu’ils n’étaient pas nécessaires. Il a été une figure clé dans la lutte contre la persécution et le grand génocide du peuple juif en Europe au milieu du siècle dernier.

Camp de concentration.

Les premières années d’Oskar Schindler

Oskar Schindler est né dans les Sudètes, dans une famille catholique allemande, le 28 avril 1908. Son père était un entrepreneur de matériel agricole qui avait sa propre usine. Le petit Oskar ne semble pas avoir excellé sur le plan scolaire à l’école primaire. Bien qu’il n’ait pas fréquenté l’université, il a suivi une école de commerce.

À partir de 1924, il effectue divers petits boulots. Quatre ans plus tard, il épouse Emilie Pelzl et travaille dans l’usine de son père jusqu’à la dépression économique des années 1930, qui affecte profondément l’usine familiale. Au même moment, le parti national-socialiste est en pleine expansion en Allemagne.

Sentant l’élan de la reprise allemande, Schindler rejoint une organisation pro-nazie et se consacre pendant un temps à la transmission d’informations aux services secrets allemands. I a été arrêté par les autorités tchèques, accusé d’espionnage et condamné à mort au moment même où l’Allemagne nazie annexait les Sudètes. Cela a entraîné son évasion et sa libération.

La Seconde Guerre mondiale

Un an plus tard, l’Allemagne envahit la Pologne et la Seconde Guerre mondiale commence. Oskar Schindler s’installe à Cracovie, où il fait de la contrebande de marchandises pour corrompre de hauts fonctionnaires allemands.

En guise de récompense, et grâce à ses contacts au sein du parti, on lui confie une ancienne usine d’émail juive qui produira des ustensiles de cuisine pour l’armée allemande. L’usine avait une main-d’œuvre très limitée à l’époque.

Un comptable juif, Itzhak Stern, proposera à Schindler que son usine soit dotée de travailleurs issus de la communauté juive de Cracovie, avant le début du génocide. C’était la main-d’œuvre la moins chère. L’usine est passée de 45 à plus de 1 700 employés.

Oskar Schindler et la communauté juive

Alors que les atrocités nazies à l’encontre des Juifs se multiplient, Schindler, comme beaucoup d’autres, commence à changer d’avis sur ce qui se passe. Lorsque les nazis ont commencé à déplacer les Juifs de Cracovie vers les camps de concentration, de nombreux employés de Schindler, y compris son comptable, ont été mis dans des trains pour un transfert immédiat.

Schindler parvient à arriver à temps pour négocier avec les officiers SS le retour de ses ouvriers dans l’usine. Finalement, il a réussi à faire sortir ses travailleurs du train et à les raccompagner en toute sécurité à l’usine. Mais les transferts vers les camps d’extermination ne faisaient que commencer, et chacun savait que ce n’était qu’une question de temps à ce stade.

Bureau de Oskar Schindler.

La liste de Schindler

En 1943, le camp de travail de Plaszow ouvre ses portes. Oskar Schindler avait réussi à maintenir ses travailleurs dans l’usine et à les éloigner des camps de concentration grâce à des pots-de-vin et à son influence. Mais un an plus tard, tous les Juifs sans exception ont commencé à être envoyés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Schindler demande au parti de lui permettre de déplacer son usine dans les Sudètes pour continuer à produire des biens de guerre. Il est autorisé à le faire et on lui demande de dresser une liste des travailleurs juifs qu’il souhaite déplacer vers le nouveau site.

Schindler, avec l’aide de Stern, établit une liste de 1 100 Juifs qu’il considère comme “essentiels” à la poursuite de la production de l’usine dans les Sudètes. Oskar Schindler a ainsi réussi à sauver la vie de plus de mille travailleurs juifs dont il avait la charge. Aujourd’hui, on compte plus de 7 000 descendants des Juifs que Schindler a sauvés de l’holocauste nazi.

À la fin de la guerre, les Schindler étaient complètement ruinés car ils avaient dépensé toute leur fortune dans les pots-de-vin qu’ils avaient faits pour sauver chacune de ces vies. Il a passé le reste de sa vie à vivre des dons de ceux que l’on a appelé les Schindlerjuden, les Juifs qu’il avait sauvés de la mort, les Juifs de Schindler.

Cela pourrait vous intéresser ...
La vie est belle, ou comment surmonter les adversités
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
La vie est belle, ou comment surmonter les adversités

La vie est belle , c'est probablement le film italien le plus reconnu au niveau international. Le scénario, la bande son et les interprétations des...



  • Ott, Brian (1996) Memorializing the Holocaust: Schindler’s List and Public Memory.The review of Education and Pedagogy I Cultural StudIes Vol. 18. No. 4. pp. 443-457. OPA (Overseas Publishers Association) The Netherlands under license by Gordon and Breach Science Publishers
  • Jackson, M.W. (1988) Oskar Schindler and Moral Theory. Journal of Applied Philosophy Vol. 5, No. 2 (1988), pp. 175-182