N’essayez pas de sortir de votre tête ce qui ne peut pas quitter votre coeur

· 6 mars 2016

On dit que vouloir oublier c’est se rappeler pour toujours, et cela est bien vrai… Prétendre se détacher de nos sentiments est une aventure qui peut s’avérer être une tragédie. Un suicide émotionnel, une véritable folie.

Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas la même chose d’essayer d’oublier une pensée qu’un sentiment ou une émotion. Le premier cas est possible, il suffit de s’habituer à penser à d’autres choses, à imaginer ou à se dire « STOP » ou « ÇA SUFFIT » lorsque quelque chose survient dans notre esprit.

Cependant, tenter de supprimer nos émotions et ce qu’elles impliquent, c’est nier la réalité et ne pas assumer les apprentissages qui s’offrent à nous. En d’autres termes, essayer d’inhiber ou de se défaire à tout prix de ce que nous ressentons encourage et favorise tout ce que nous prétendons éviter.

Je ne l’aime plus, c’est vrai, pourtant, peut-être je l’aime.
Il est si bref l’amour et l’oubli est si long.

C’était en des nuits pareilles, je l’avais entre mes bras,
Et mon âme est mécontente parce que je l’ai perdue.

Pablo Neruda

Vouloir oublier c’est se mentir à soi-même

Souvent, vouloir oublier c’est alimenter inconsciemment la fixation que l’on fait sur cette personne, essayer de ne pas renoncer à ce qu’elle nous a fait ou ce que nous faisait ressentir sa présence ou son souvenir.

Cependant, il se peut que ce que nous tentions d’oublier, ce ne soit pas une personne, mais une sensation.

Chaque émotion et chaque souvenir nous fait porter de l’attention à notre « soi » le plus profond, celui auquel nous renonçons et que nous évitons de soigner au quotidien.

C’est pour cela qu’il est aussi difficile de le comprendre, car bien souvent notre conscience et nos mots sont incapables de comprendre ce qui dépasse l’âme.

oublier 1

Ces situations requièrent un travail très intense qui nous dérange sûrement. Nous devons être conscients du fait qu’il est probable que nous ressentions des sentiments opposés, que nous avons le droit d’être en colère envers nous-mêmes et envers le monde entier, que nous pouvons ressentir de la haine, de la jalousie et tout type d’émotions que notre moral punit.

Cela est naturel, c’est pour cela que nous devons tâcher de l’assumer avec la plus grande normalité. Nous ne pouvons pas occuper notre esprit à éviter nos émotions, car c’est une chose impossible et réellement dangereuse.

Ce que nous devons faire, c’est apprendre à gérer ces émotions, à contrôler nos comportements et à favoriser notre bien-être. Travailler dans ce sens signifie de ne pas essayer de se sentir bien à tout prix, mais de tenter de tolérer ce que notre coeur ressent.

Fuir la souffrance est impossible, car la seule façon de la faire disparaître est de s’autoriser à la ressentir et à la vivre, jusqu’à ce qu’elle s’épuise…

coeur sable

Se souvenir de tout ce qui a laissé une trace en nous

La solution, c’est de comprendre pour se souvenir sans douleur, ce n’est pas tenter d’éviter la douleur. La coeur ne guérit pas seulement lorsque nous parvenons à garder en mémoire que les bons moments.

Ce qui fait mal, ce n’est pas de se remémorer ces instants, mais la perte d’une personne qui nous avons aimée ou d’un sentiment qui s’est volatilisé et que nous n’avons pas su rattraper. L’essence de l’air que nous respirons en sa présence, l’odeur de cet oxygène sur lequel nous comptons jusqu’à l’infini.

En faisant cet effort psychologique visant à comprendre que les personnes vont et viennent, nous nous rendons compte que ce qui est important, c’est ce qu’il y a à l’intérieur de nous, car c’est la seule chose permanente.

Chacun de nos sentiments est devenu une partie de nous à laquelle nous ne pouvons pas renoncer. Et toutes ces choses que nous perdons et qui nous font souffrir seront à jamais dans notre coeur.