Saluez vos émotions

11, décembre 2015 dans Emotions 0 Partagés

Les émotions nous prédisposent de différentes façons à l’action; chacune d’entre elles nous signale une direction qui, dans le passé, a permis de résoudre correctement les nombreux défis auxquels l’existence humaine a été soumise.
Daniel Goleman


La joie

Il s’agit d’un sentiment positif qui apparaît lorsque nous atteignons un but ou un objectif, quand nous vivons une expérience que nous considérons agréable ou lorsque nous arrivons à réduire notre mal- être.

Sous son influence, nous sommes capables d’apporter à notre mémoire, des souvenirs heureux. Elle fonctionne comme un moteur qui remue notre vie et nous fait choisir ces moments où nous avons ressenti cette émotion positive.

Elle induit des changements hormonaux, réduisant ainsi le stress, et améliorant la réponse immunitaire ainsi que l’activation des mécanismes cardiovasculaires.

Elle facilite l’interaction sociale, en faisant de nous des personnes plus communicatives et plus susceptibles d’aider les autres, et en nous permettant d’adoucir les effets des émotions négatives.

La joie est contagieuse. Lorsque nous sommes heureux, nous avons tendance à partager cette joie avec les autres et avec le monde, et nous essayons également d’en faire profiter notre entourage.


Sans la tristesse, nous ne serions pas capables de ressentir la joie


La tristesse

Il s’agit d’un sentiment négatif qui se caractérise par la fait que notre état d’humeur se décline. La tristesse affaiblit notre activité mentale et nos actions.

Etre triste est très subjectif et personnel. La tristesse apparaît face à des situations dans lesquelles nous perdons quelque chose ou quelqu’un, ou lorsque notre « moi » est contrarié.

Elle peut varier d’une légère mélancolie à un intense chagrin, mais on ne peut pas la confondre avec la dépression.

Elle a une influence sur notre processus de pensée, de sorte que nous avons une capacité amoindrie face à la créativité.

Nous nous concentrons sur les données disponibles, en essayant de réfléchir sur ce qui est arrivé de négatif, et nous n’explorons pas d’autres options pour résoudre un conflit ou sortir d’une situation négative.

En ressentant de la tristesse, nous n’avons pas une bonne prédisposition au contact social et nous nous isolons ou, au contraire, cette émotion nous encourage à demander de l’aide.

– Quand nous nous sentons tristes en permanence, nous pouvons vivre un manque de confiance qui nous amène à penser que quoi que nous fassions, nous n’allons rien changer, donc nous préférons ne pas essayer.


La tristesse a aussi son côté positif: elle vous fait réfléchir sur ce qui vous importe vraiment.


La colère

Il s’agit d’un sentiment négatif qui apparaît lorsque nous sommes soumis à des situations que nous considérons frustrantes ou nuisibles à notre intégrité et aux personnes que nous estimons.

Elle nous mobilise tout en nous aveuglant de notre partie rationnelle. Elle nous fait interrompre notre pensée complexe et nous pousse à exprimer des sentiments négatifs envers l’objet de notre frustration, que ce soit une personne ou une situation.

Si nous estimons qu’il est possible d’agir sur ces facteurs qui bloquent nos objectifs, la colère va alors apparaître.

Au contraire, si nous considérons que nous ne pouvons rien faire, l’émotion que nous allons ressentir sera alors de la tristesse.

Elle apparaît également face à la transgression des règles et des droits dans notre communauté, c’est à dire l’injustice.

– Il y a plusieurs façons de la canaliser et elle peut apparaître lorsque nous ne recevons aucune récompense pour notre travail ou nos actions.


Ne vous livrez pas trop à la colère, car une colère prolongée engendre de la haine.


La peur

Il s’agit d’un sentiment qui est causé par un danger imminent que nous considérons pouvant nous nuire.

Cette émotion est complexe mais à la fois essentielle à notre survie.

Depuis la préhistoire, la peur a aidé l’homme à fuir ou à faire face à une véritable menace pour notre sécurité.

L’aspect négatif de la peur est lorsque ce que nous craignons n’est pas un danger réel. 

Nous avons peur en fonction des interprétations que nous faisons à propos des événements.

Nous nous projetons dans un futur imaginé dans lequel les conséquences que nous sentirons seront horribles pour nous. Cette émotion est également connue comme l’anxiété.

– Tant les expériences que nous vivons que les craintes que la société et l’éducation nous inculquent, ont une incidence sur notre perception du monde.


Il est inutil de connaître le danger pour avoir peur. De fait, ce sont les dangers inconnus qui inspirent plus de peur.


Le dégoût

Il s’agit d’une réponse émotionnelle face à quelque chose qui provoque en nous un écœurement.

Les réactions de dégoût dans notre corps sont celles qui nous révèlent le plus, car elles sont très intenses, et nous pouvons difficilement les dissimuler.

La fonction de survie qu’a le dégoût est de nous protéger face à une possible intoxication ou un possible empoisonnement.

Cependant, le fait que nous sentions du dégoût devant un aliment non toxique a plus à voir avec l’association de certaines saveurs à des expériences ou des pensées désagréables.

Nous ressentons du dégoût pour de la nourriture ou des odeurs de différentes substances, mais également pour des idées morales (et les personnes qui les représentent) qui sont désagréables pour nous


Tout le monde a une échelle de dévalorisation, qui va de ce qui nous déplaît un peu à ce qui nous apparaît clairement comme répugnant, même difficilement supportable. Roger-Pol Droit


A découvrir aussi