Apprendre à accepter ses émotions

· 1 juillet 2015

« La sagesse c’est l’art d’accepter ce qui ne peut être changé, de changer ce qui ne peut l’être et, surtout, de connaître la différence »

 

« Ça ne sert à rien de s’inquiéter pour ça ». « Ça n’en vaut pas la peine ». « Tu n’as pas de raison d’être triste ». « Allez, arrête de pleurer ». « Tu dois te relever ».

Combien de fois avons-nous déjà entendu ce genre de phrases, prononcées avec la meilleure des intentions ?

On nous a donné ces conseils et nous les avons donnés également à d’autres, car ils paraissent bons et sensés. Cependant, lorsque nous tentons de les mettre en pratique,  nous ne parvenons pas à trouver la formule magique.

Malheureusement, nos émotions ne sont pas régies par des normes et ne suivent pas toujours notre volonté. Il ne suffit pas de vouloir changer les émotions que l’on ressent, car les sentiments sont là, bien présents, et ne disparaissent pas aussi facilement.

De plus, il est très fréquent que nous nous sentions frustré. Le fait de se sentir bien devient une sorte d’obligation, et si nous ne parvenons pas à atteindre ce but, nous finissons encore plus mal qu’au départ, c’est à dire maladroit, coupable, et nous croyons que n’importe qui est capable de gérer ses émotions, sauf nous.

Evidemment, un cercle vicieux se créé et nous plonge toujours un peu plus dans la négativité. Plus on ressent l’obligation de se sentir bien et de ne pas accorder trop d’importance aux choses, plus le problème prend de la place dans notre esprit et plus notre moral se dégrade.

Sortir de ce cercle vicieux

Il y a cette citation que l’on attribue souvent à Einstein, bien que l’on ne sache pas vraiment s’il l’a réellement prononcée : « Si tu cherches des résultats différents, ne fais pas toujours la même chose« . Génie scientifique ou non, ce qui est sûr c’est que cette phrase très savante fait réfléchir.

En agissant différemment, il est possible de sortir d’un cercle vicieux. Vous vous demandez alors sûrement que se passerait-il si nous changions les phrases et les conseils que nous avons vus au début de cet article.

Cela a déjà été mis en pratique grâce aux thérapies de troisième génération telle que la thérapie de la Pleine Conscience ou la thérapie d’Acceptation et d’Engagement.

Observer et accepter

Au lieu de lutter contre les émotions négatives, essayez de les accepter. Cela ne signifie pas de se résigner du fait qu’elles ne changeront jamais, non, mais plutôt s’autoriser à les ressentir.

Nous devons nous observer avec un esprit ouvert, sans nous juger, car les jugements finissent toujours par nous déclarer coupable. De plus, nous ne devons pas nous efforcer de mener une lutte continue, car lutter nous épuise et nous laisse à la dérive.

Vos émotions en valent la peine

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions, elles font partie de nous et font de nous des humains. Il est normal d’avoir des hauts et des bas ainsi que des changements d’émotions, car c’est le courant de la vie, et nous savons bien qu’il est inutile d’essayer de nager à contre-courant.

Rappelez-vous que toutes vos émotions en valent la peine, donc ressentez-les telles qu’elles viennent, sans lutter pour les changer.

Vous apprendrez à les identifier, à les comprendre, et à les prendre au sérieux. Vous verrez également qu’elles suivent leur cours et qu’elles finissent par disparaître pour laisser place à d’autres, et ainsi de suite.

article_14174434091

Cela s’applique également pour les autres …

L’acceptation ne sert pas seulement à vous aider vous. En effet, lorsque quelqu’un se sent mal, mettez en pratique cette même technique.

Mettez-vous à la place de cette personne, accompagnez-la, et joignez-vous à elle. Comprenez-la et acceptez ses émotions, car elles en valent également la peine.

Si elle vous demande conseil, conseillez-la, mais ne la jugez pas. Ne la faîtes pas se sentir maladroite et ne la faîtes pas penser qu’elle s’est trompée.

Proposez votre compagnie, pour parler si elle en a besoin ou pour respecter son silence. Vivez l’expérience émotionnelle et soulagez cette personne.

Soyez fort

Rappelez vous que la douleur est une partie inévitable de la vie, et que les expériences positives n’ont un sens que parce que les expériences négatives existent. C’est le contraste entre deux choses qui leur donne un sens.

Comment dirions-nous que nous sommes heureux, si nous n’avions jamais été triste auparavant ?

Respectez également votre propre souffrance, comme vous avez accepté celle des autres, et ne vous punissez pas en vous imposant certaines obligations.

Vous avez le droit de vous sentir mal, de pleurer, et d’accorder de l’importance à certaines situations.

Ne baissez pas les bras : la douleur aussi disparaîtra

Bien évidemment, accepter et respecter ne signifie pas se résigner sans rien faire. Cela veut dire se donner le temps et l’espace dont nous avons besoin, de trouver le bon moment pour que l’émotion apparaisse.

Après une connaissance parfaite de nos sentiments, nous pourrons évaluer s’il y a quelque chose à faire pour améliorer la situation.

La douleur finira pas disparaître, les émotions positives reviendront et alors il sera encore plus important de mettre en pratique ce que nous avons vu.

Il est essentiel de prendre soin de nos émotions, de les observer et d’en prendre conscience, de façon à savoir mieux que jamais ce que c’est de se sentir bien.

En fin de compte, se sentir bien ou se sentir mal, c’est se sentir humain.