Ne courez pas derrière quelqu’un qui sait déjà où vous êtes

6 janvier 2016 dans Curiosités 11 Partagés

Un jour quelqu’un m’a donné un conseil que je n’ai jamais pu oublier : ne cours pas derrière quelqu’un qui sait où tu es, même pour une exigence morale.

Quand je lui ai demandé pourquoi je devais être aussi radical dans ma manière d’agir, on m’a répondu que cela servait énormément à ouvrir les yeux à de nombreux moments de la vie.

Tout d’abord, on m’a dit « ne cours derrière personne, pas même derrière toi-même, car personne n’a besoin de quelqu’un derrière lui. On a tous besoin de quelqu’un à côté de nous ».

Ensuite, on m’a dit : « si cette personne ne t’apporte rien, laisse-la partir car si elle a encore quelque chose à t’offrir, tu n’as pas besoin de la supplier ».

“Le secret est de ne pas courir derrière le papillon, mais de prendre soin du jardin pour qu’il vienne jusqu’à nous ».

-Mario Quintana-

Au-revoir-couple1

Ne courez derrière personne, pas même derrière vous-même

Dans la suite de cet article, nous parlerons de ce qui se passe lorsque l’on cherche quelqu’un qui n’est pas nous-même, sans trouver de réponse. Mais que se passe-t-il lorsque l’on court derrière soi-même ?

Souvent, nous nous sentons mieux lorsque nous fuyons tout ce qui se passe, ou quand nous laissons les choses fuir dans notre entourage. 

Quand nous courons derrière quelque chose qui n’existe pas, nous courons derrière nous-même et ce n’est pas bon. Il est nécessaire de toujours regarder vers l’avant, en poursuivant ce que nous voulons trouver dans notre futur.

Souvent, nous n’osons pas nous arrêter net car cela nous fait peur de regarder le vide et de nous y refléter. Cependant, nous ne trouverons jamais de vide si nous acceptons que nous devons nous aimer avant tout.

Pour nous aimer véritablement, nous avons l’obligation de nous dépasser au jour le jour.

S’ils ont besoin de vous derrière, ils n’ont pas vraiment besoin de vous

Dans dans la vie, il existe des groupes de personnes dont nous souhaitons qu’ils restent près de nous, même si cela ne leur plait pas. Ce n’est pas facile, par exemple, d’accepter de sortir de la vie de quelqu’un après avoir partagé tant de choses.

Cependant, il est bénéfique de se souvenir que pour garder une relation vivante, il faut de l’intérêt. S’il n’y a pas d’intérêt, il n’y a pas de relation car ce qui maintient l’union, ce sont les envies de se connaître réciproquement, avec tout ce que cela implique.

“Le lent tarissement de ton intérêt pour moi, la disparition progressive des « jours heureux », le choix égoïste de ton éloignement ont déterminé que nous n’avions pas besoin d’aller à Macondo. Il me suffisait de t’embrasser pour ressentir… Cent ans de solitude »
-Gabriel García Márquez-

Couple-en-velo

Nous ne pouvons pas nous sentir mal lorsque l’on rompt avec la seule chose qui nous reste d’une relation qui est terminée. Quelque chose qui n’existe plus et qui n’existera plus jamais vous manque, voilà tout.

Le fait de comprendre cela, de vous mettre en valeur et d’empêcher que l’on vous sous-estime est la première grande étape que vous pouvez vivre pour avancer.

Regardez-vous de l’intérieur : vous savez où vous voulez aller

C’est exactement cela. Vous ne voulez pas être où vous attendez que cette personne se retourne et vous regarde.

Faites une introspection et réfléchissez à cela : êtes-vous sûr que vous ne voulez pas respecter votre propre rythme ?

Plante ton propre jardin et décore ta propre âme au lieu d’attendre que quelqu’un t’apporte des fleurs.”
-Jorge Luís Borges-

Grandir signifie apprendre à marquer votre propre direction et la vitesse de votre vie. Vous êtes la seule personne qui sait comment cultiver ce qu’elle a, et comment donner de l’amour, sachant que celui qui perd le plus est celui qui ne sait pas recevoir.

Partagez ce que vous avez en vous avec ceux qui veulent vraiment que vous le fassiez. Voici la manière la plus juste de vivre la tendresse.

A découvrir aussi