Mutisme sélectif : symptômes et traitement

06 mai, 2021
Le mutisme sélectif est un trouble anxieux infantile très complexe. Il se caractérise par l'incapacité d'un enfant à parler et à communiquer efficacement dans certains contextes sociaux, comme l'école.

Le mutisme est un trouble de l’enfance assez complexe. Il se caractérise par l’incapacité de l’enfant à communiquer efficacement dans certains contextes sociaux. Ce dernier peut parler dans des environnements où il se sent à l’aise, mais a de grandes difficultés à initier tout type de communication verbale et non verbale dans d’autres environnements.

En réalité, il s’agit d’un trouble d’anxiété infantile où l’environnement social joue un rôle modulateur. Pour ces enfants, interagir avec les autres dans des environnements où ils ne se sentent pas en sécurité, comme l’école au début, peut être accablant. Ainsi, beaucoup finissent par afficher un mutisme sélectif qui peut être total ou partiel, selon l’enfant.

Contrairement au mutisme traumatique, où l’enfant perd complètement la parole après avoir vécu un événement traumatisant, les enfants atteints de mutisme sélectif ne perdent pas complètement la parole. Ils peuvent parler et socialiser dans certains environnements et avec certaines personnes. Leur silence est un moyen d’éviter l’anxiété sociale.

L'évolution du mutisme.

Comment l’enfant évolue-t-il ?

Les enfants atteints de mutisme sélectif semblent avoir une prédisposition génétique à l’anxiété. Ce sont des enfants qui montrent des signes d’anxiété sévère et de timidité extrême dès leur plus jeune âge.

Les statistiques montrent également qu’un grand nombre d’entre eux ont un tempérament qui favorise cette position très conservatrice et, dans de nombreux cas, incapacitante. Certaines hypothèses suggèrent que les enfants fortement inhibés semblent avoir un seuil bas d’excitabilité de l’amygdale.

Cela les amènerait à interpréter les événements ou les circonstances comme des signes de danger potentiel, alors qu’ils ne le seraient pas. Seulement 20 à 30% d’entre eux ont des anomalies subtiles de la parole, du langage ou de l’apprentissage. Dans ces cas, le stress supplémentaire rend l’enfant beaucoup plus anxieux lorsqu’il doit communiquer.

Une faible proportion de ces enfants au tempérament inhibé viennent de familles bilingues ou qui ont passé du temps dans un pays étranger. Et donc exposés à une autre langue au cours de leur développement du langage (entre 2 et 4 ans).

Il est important de savoir qu’un enfant atteint de mutisme sélectif a une communication normale dans des environnements dans lesquels il se sent à l’aise. Les parents de ces enfants commentent même souvent à quel point ils sont bavards, drôles, curieux et même têtus lorsqu’ils sont à la maison.

Les symptômes du mutisme sélectif

Presque tous les symptômes d’un enfant atteint de mutisme sélectif peuvent être attribués à l’anxiété. Certains d’entre eux sont :

  • Inhibition de tempérament. L’enfant adopte un comportement timide et extrêmement prudent dans des situations nouvelles ou inconnues. Il est aussi souvent inflexible, maussade et dominateur à la maison.
  • Anxiété sociale. Plus de 90 % des enfants qui souffrent de mutisme sélectif ont un niveau élevé d’anxiété sociale. Ils ont les compétences sociales adaptées à leur âge, mais ils ne les mettent pas en pratique.
  • Divers symptômes physiques. En plus du mutisme, ces enfants ont des douleurs abdominales récurrentes. Les nausées, vomissements, maux de tête et les douleurs articulaires sont d’autres symptômes possibles. Tout comme l’essoufflement, la diarrhée et la nervosité.
  • Il est assez courant pour ces enfants, dans des situations sociales qui les accablent, de montrer une expression faciale neutre et de ne pas sourire. Même leur langage non verbal devient raide. Ils évitent le contact visuel et semblent plus intéressés à jouer seuls.
  • Ils peuvent également avoir des problèmes alimentaires, d’intestin et de vessie. Sensibilité aux lumières très vives ou aux sons très forts.
  • Ils peuvent avoir des difficultés avec le toucher. Ces enfants ont des sens très élevés. Ils sont très perspicaces et sensibles.
  • Au sein de la classe, ils ont tendance à s’isoler des autres. Ils ont également du mal à suivre une série d’instructions et sont facilement distraits. Malgré cela, de nombreux enfants atteints de mutisme sélectif sont très intelligents. Ils se concentrent sur leurs études pour échapper à l’interaction sociale.
  • Une anxiété comorbide peut apparaître. Par exemple : anxiété de séparation, trouble obsessionnel-compulsif TOC, trichotillomanie (tiraillement des cheveux), phobies spécifiques et troubles paniques.
Traitement du mutisme sélectif.

Comment le mutisme sélectif est-il traité ?

Les thérapies d’intervention sont axées sur le passage de la communication non verbale à la communication verbale. L’objectif principal est de réduire l’anxiété, d’augmenter l’estime de soi et de développer des compétences de communication et sociales. Il existe plusieurs approches à partir desquelles proposer une intervention :

  • Thérapie comportementale. Il est question, via un renforcement positif, de superposer des sentiments positifs ou des attentes à l’anxiété, afin de bloquer indirectement la réponse d’évitement (le silence).
  • Thérapies par le jeu. Une psychothérapie et d’autres approches psychologiques peuvent aider l’enfant à se détendre et soulager sa pression à l’heure de verbaliser.
  • Thérapie cognitivo-comportementale. Elle intervient sur les pensées qui créent l’anxiété. Si l’on réduit le niveau d’anxiété que ressent l’enfant, ce dernier aura naturellement tendance à être plus communicatif.

Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’un cadre théorique ou d’un autre qui soutient l’intervention, la solution n’est pas de forcer l’enfant à parler. Il s’agit plutôt de transférer ce sentiment de sécurité ressenti dans certains environnements vers ceux dans lesquels un tel degré de connaissance ou de contrôle n’est pas présent.

  • Muris, P., Hendriks, E., & Bot, S. (2015). Children of Few Words: Relations Among Selective Mutism, Behavioral Inhibition, and (Social) Anxiety Symptoms in 3- to 6-Year-Olds. Child psychiatry and human development, 47(1), 94–101. doi:10.1007/s10578-015-0547-x
  • Klein, E. R., Armstrong, S. L., Skira, K., & Gordon, J. (2017). Social Communication Anxiety Treatment (S-CAT) for children and families with selective mutism: A pilot study. Clinical Child Psychology and Psychiatry, 22(1), 90–108. https://doi.org/10.1177/1359104516633497
  • Shipon-Blum, Elisa. What is selective mutism? Selective Mutism – A Comprehensive Overview. Selective Mutism, Anxiety & Related Disorders Treatment Center´s blog. Recuperado de https://selectivemutismcenter.org/whatisselectivemutism/