Mulholland Drive : un labyrinthe d’ombre et de lumière

14 janvier 2020
Mulholland Drive est ce film que vous pouvez aimer, mais aussi détester. C'est un film qui ne vous laissera pas indifférent et c'est aussi un film qui vous présente quelque chose de nouveau à chaque visionnage. Peut-être, au lieu d'essayer de le déchiffrer, vaut-il mieux se laisser emporter par un labyrinthe de passions, de rêves et de mensonges.

Mulholland Drive (2001) est l’un des films les plus connus du créateur de Twin Peaks, David Lynch. Comme pratiquement toutes ses œuvres, c’est un film qui ne laisse personne indifférent. Il continue à susciter autant d’admiration que de désarroi.

Le passage du temps lui a donné le titre d’un des meilleurs films du siècle actuel. Pour autant, cela ne signifie pas que nous puissions parler d’éloges unanimes.

Faire un synopsis est un peu délicat en raison de la structure même du film. Toutefois, on pourrait dire que tout commence lorsqu’une jeune femme survit doublement à la mort. Alors qu’elle allait être tuée au volant de sa voiture, le véhicule menaçant subit un accident, lui permettant de survivre.

Dans son sac, il n’y a que de l’argent et une petite clé bleue. Mais rien qui semble donner un indice sur son identité. Après l’accident, elle perd la mémoire et se cache dans une maison qui ne lui appartient pas.

L’autre personnage principal, Betty, est une aspirante actrice à qui sa tante a prêté sa maison à Los Angeles. En arrivant à ce qui sera sa nouvelle maison, elle rencontre la jeune femme qui a été blessée. Elle prendra le nom de Rita.

A partir de ce moment, l’aventure de découvrir qui est vraiment Rita commence. Nous allons descendre dans les passions cachées des protagonistes et finir par assister à un spectacle d’apparence incohérent. Du thriller initial, nous passons à une sorte de noir absolu et à une descente aux enfers. Tout n’est que jeu d’apparences et de symboles que nous allons essayer de déchiffrer.

Mulholland Drive allait être une série, mais les producteurs ont été tellement choqués par l’épisode pilote qu’ils ont été obligés d’en faire un long métrage.

Le problème est peut-être d’essayer de le voir d’un point de vue linéaire. Nous essayons d’atteindre l’explication finale et de comprendre le film comme un tout. Peut-être devrions-nous plutôt nous laisser porter par les émotions et les sensations que son visionnage suscite.

Pourquoi ressentons-nous le besoin de nous faire expliquer tout cela ? Dans cet article, nous n’essaierons pas de donner une explication au film, mais nous en aborderons certaines clés.

Pourquoi expliquer Mulholland Drive ?

Mulholland Drive est un véritable labyrinthe. Ce film fait appel à l’onirique. Tant et si bien que nous pouvons le relier à la structure même de nos rêves. Au fil des ans, nous avons essayé de trouver une explication, et bien qu’il semble que certains arguments aient plus de poids que d’autres, la vérité est que Lynch lui-même a dit qu’il préférait ne pas donner d’explication au film.

À une époque où nous sommes habitués à trop d’informations, voir un film comme Mulholland Drive est revitalisant. Un film qui permet au spectateur de donner une réponse à ce qui vient de se passer sous ses yeux.

L’art ne doit pas toujours être considéré comme quelque chose qui peut être expliqué avec des mots. Bien souvent, il peut nous impliquer à un autre niveau et simplement éveiller une certaine émotion en nous.

Pensons un instant à certaines peintures ou même à la musique ou à la poésie. Elles ne renferment pas toujours un message clair et nous ne nous en soucions pas toujours. Nous nous contentons de nous délecter et de laisser nos émotions prendre le dessus. Le cinéma peut également créer de telles sensations et il ne faut pas le considérer uniquement comme un pur divertissement.

Cependant, le simple fait que Mulholland Drive nous fasse poser des questions sans fin et nous immerge dans diverses discussions avec notre entourage, est déjà un chemin vers le divertissement.

La filmographie de Lynch pointe généralement vers l’onirique. Dans ce sens, nous pouvons regarder le film de cette manière. Lorsque nous rêvons, les images et les histoires qui apparaissent dans notre esprit ne sont pas reliées. Pourtant, pendant que nous rêvons, elles semblent avoir un sens.

Mais quand nous nous réveillons, si nous essayons d’expliquer à quelqu’un ce que nous avons rêvé, il nous est difficile de le faire et de parvenir à structurer le rêve avec des mots.

Mulholland Drive se conforme parfaitement à cette logique des rêves et, comme dans les rêves, il y a une certaine liberté d’interprétation.

Une illusion

Lorsque nous rêvons, les personnes qui apparaissent dans nos rêves sont des personnes que nous avons déjà vues. Il est possible que nous ne nous souvenions pas d’elles. Nous pouvons aussi leur attribuer des rôles différents de ceux qu’elles jouent dans la réalité.

De même, les espaces dans les rêves peuvent être très différents de la réalité. Nous pouvons même accomplir des actions impensables. Ainsi, si nous essayons d’établir des parallèles entre Mulholland Drive et les rêves, nous trouvons une théorie qui semble tenir debout. De plus, le film a beaucoup de symbolisme et nous avons même la chance de voir un endroit absolument révélateur : le Club Silencio.

La scène du Club Silencio est l’une des plus hypnotiques du film et, en même temps, elle marque un avant et un après. Si jusqu’à présent il semblait que nous regardions une histoire – ou plusieurs – mais avec une structure plus ou moins linéaire, après avoir fréquenté le club, nous nous retrouvons devant ce qui semble être un nouveau film.

Les actrices du film Mulholland Drive

 

Ce lieu étrange agit un peu comme le Théâtre magique du Loup des steppes, la pièce hermétique de Hermann Hesse. Un lieu de rencontre, d’où rien ne sera plus jamais pareil, et qui détient peut-être la clé de la réalité du protagoniste.

En effet, les tons bleus prédominent dans cet espace et semblent évoquer une certaine dualité que nous découvrirons bientôt chez le protagoniste. La couleur bleue fait allusion à l’esprit et aussi à l’introspection. Nous avons vu cette couleur dans la clé de Rita et maintenant nous la voyons aussi dans la boîte que Betty garde.

Ainsi, la clé ouvrira la boîte donnant naissance à une nouvelle réalité, une succession d’histoires qui semblent maintenant s’emboîter les unes dans les autres. Tout ce que nous avions vu auparavant prend un nouveau sens, nous assistons à un clair épanouissement de la personnalité et, grâce au Club Silencio, nous découvrons que nous avons été trompés. Tout ce que nous avons vu était une illusion, un mensonge, comme l’art, les rêves et comme le film lui-même.

Le magicien du club semble parler aux protagonistes. Pourtant, il semble aussi s’adresser à nous en tant que spectateurs, nous réveillant du rêve que Lynch a mis sous nos yeux.

D’une première partie de style policier, nous passons à une deuxième partie plus sombre, avec un tournant à la fois déconcertant et révélateur. De l’optimisme d’une jeune Betty qui semble vivre le rêve américain, on passe à la décadence et à l’instabilité de Diane, à la dualité qui semble prendre le dessus sur le protagoniste.

Malgré toutes ses vertus et ses succès, nous trouvons encore des critiques qui sont incapables de la digérer complètement. Certains suggèrent même qu’il est surestimé. C’est peut-être le cas. Pour autant, le jeu des actrices a été particulièrement salué. C’est d’ailleurs le film qui a lancé la carrière de Naomi Watts que l’on voit ici briller et s’effacer de façon magistrale.

On ne peut pas nier que Mulholland Drive est un véritable puzzle dont la résolution finale est assez subjective, un exercice pour le spectateur qui va essayer de dialoguer avec le film. En résumé, c’est une invitation à notre esprit, un puzzle illusoire, non exempt de passions et de tromperies.