Pourquoi la fin d’une série télévisée nous fait-elle nous sentir vides ?

20 juillet 2019
Nous avons tous déjà vécu ce sentiment après avoir regardé le dernier épisode d'une de nos séries préférées.

La fin d’une série télévisée que nous suivons depuis plusieurs années avec intérêt et même avec passion, n’est pas toujours facile à accepter. Il ne s’agit pas seulement de dire adieu à quelques personnages et à une histoire. Mais aussi d’ajouter un autre facteur intéressant : un résultat final qui n’est pas toujours à notre goût. Ce sont des réalités de plus en plus courantes dans notre vie quotidienne qui cachent aussi un grand intérêt psychologique.

Stephen King a dit très récemment que nous serons rarement entièrement satisfaits de la fin d’un livre ou d’une série au cas où nous serions tous deux passionnés par l’un ou l’autre. Ce que nous avons vraiment du mal à croire, c’est que c’est terminé. Il est très difficile pour nous d’abandonner tant qu’il y a un certain lien émotionnel. Par conséquent, le sentiment de perte est réel, tout comme sa propre frustration.

La psychologie suppose que le monde de la culture pop (comprise comme l’ensemble des manifestations artistiques et culturelles qui nous entourent) a un impact très direct sur les être humains. Ainsi, l’univers de la télévision a sans aucun doute un pouvoir plus qu’incontestable. Nous sommes face à un support  que nous accueillons dans l’intimité de nos maisons et où la série se déroule presque comme un rituel, une pratique dans laquelle nous nous abandonnons inévitablement.

Tant et si bien que la fin de ces séries devient un phénomène social. C’est quelque chose capable de remplacer, pour quelques jours, l’intérêt pour les événements sociaux, politiques ou économiques. Pour beaucoup, le fait que ce soit le cas est inquiétant. Pour d’autres, c’est le simple reflet d’une société qui voit dans les séries télévisées une part supplémentaire de leur vie.

série Lost

La fin d’une série télévisée et les émotions ressenties

Le phénomène de la fin d’une série télévisée et les émotions contradictoires que nous pouvons ressentir à la suite de tels résultats ne sont pas nouveaux. L’expérience d’Arthur Conan Doyle en est un exemple. Le célèbre écrivain a connu le succès grâce aux aventures qu’il publiait chaque semaine dans le magazine Strand. Ces aventures étaient incarnées par un personnage qui a captivé des milliers de personnes de façon irrémédiable. C’était Sherlock Holmes.

Doyle, cependant, n’a jamais ressenti une appréciation particulière pour sa création. Il ressentait le besoin de se consacrer à autre chose, d’écrire une littérature très différente. Lorsqu’il a décidé de tuer Sherlock Holmes dans les chutes de Reichenbach, il a dû faire face à quelque chose d’inattendu : des lecteurs de Strand l’ont menacé et, plus d’une fois, il a eu peur pour sa vie. A tel point qu’il n’a pas eu d’autre choix que de ressusciter le locataire de Baker Street quelque temps plus tard.

Les lecteurs de Sherlock Holmes ont été les premiers fans à vivre cette double souffrance si courante aujourd’hui. D’abord, pour dire au revoir aux personnages. Ensuite, pour devoir accepter une fin inattendue.

série Games of Thrones

Les séries télévisées, plus que du divertissement

L’une des plus longues séries télévisées de l’histoire est Docteur Who. Avec plus de 50 ans derrière lui, plusieurs générations ont grandi en regardant les aventures du célèbre seigneur du temps. Pour la télévision britannique, c’est à peine plus qu’une institution. Les Simpson, par exemple, vivent parmi nous depuis 1989, et des séries comme CSI, Grey’s Anatomy ou Supernatural approchent les 300 chapitres.

Tout au long de ces émissions hebdomadaires devant la télévision et d’autres appareils, les téléspectateurs grandissent, mûrissent, font des changements, subissent des pertes et victoires tout en étant accompagnés de ces histoires parallèles qui se déroulent derrière un écran. Le lien créé avec cet univers est inévitable :

  • Les séries télévisées sont bien plus qu’un simple divertissement. On découvre des passe-temps, des métiers à faire, des pays à visiter, de nouveaux concepts, des acteurs, des réalisateurs et des scénaristes à admirer
  • C’est aussi une façon de se déconnecter momentanément de la réalité. Se connecter à d’autres histoires et à d’autres personnages génère un soulagement et nous aide à réduire le stress
  • Il ne faut pas oublier non plus la composante sociale liée à ces médias. Voir le dernier chapitre d’une série est presque un rituel. Grâce à cela, nous avons des sujets de conversation au travail. De plus, de nos jours, faire partie d’un groupe autour d’une série télévisée sur les réseaux sociaux est aussi un moyen de rencontrer des gens

Le deuil de la fin d’une série télévisée

Aujourd’hui, neuf ans après le dernier chapitre de Lost, beaucoup de gens théorisent encore sa fin. S’il est déjà difficile d’accepter la fin d’une série télévisée, il l’est encore plus pour certains de le faire sans en comprendre son aboutissement ou sans être d’accord avec la fin elle-même.

A cette suite de fins controversées et faisant la polémique s’ajoute (selon l’opinion générale) le récent Trône de fer, How I met your mother, Dexter, House of Cards ou Breaking Bad. De grands spectacles qui nous ont surpris à l’époque par leurs personnages et leurs scripts précis nous conduisent (parfois) au désenchantement quand ils se terminent.

 

Alors comment accepter l’idée de la fin d’une série télévisée dans ces cas-là ? Evidemment, il n’est pas conseillé de faire avec les scénaristes la même chose que le personnage d’Annie Wilkes dans Misery l’a fait avec son auteur préféré. Bien que nous créions un lien émotionnel avec ces spectacles télévisés, cela n’en reste pas moins des séries. Des spectacles passionnants avec un début et une fin.

Nous pouvons réaliser notre propre deuil avec d’autres fans, des amis, des collègues et des proches en partageant nos sensations et en évoquant, surtout, les bons moments vécus dans ces séries. Ce qu’il y a de bien dans l’univers télévisuel, c’est que le spectacle ne se termine jamais. Quand nous nous en rendrons compte, une autre série qui nous fascinante apparaîtra.