Mieux vaut ne pas être là où ne pouvez pas être vous-même

· 14 janvier 2019
Nous avons tous notre identité, qui nous permet d'être unique, et il est important de respecter cela.

Mieux vaut ne pas être là où ne pouvez pas être vous-même. Être fidèle à sa propre identité, à ses valeurs et sa dignité requiert d’avoir un cœur fort et d’être courageux dans ses décisions. En fin de compte, la vie est déjà suffisamment compliquée pour que d’autres éteignent nos qualités et notre estime de soi, pour qu’ils nous fassent rentrer de force dans des espaces et des dynamiques qui ne nous correspondent pas et nous font nous sentir mal.

Cette réflexion, avec laquelle nous sommes probablement tous d’accord, a malgré tout une nuance importante et curieuse. À quoi faisons-nous référence lorsque nous disons « être vous-même » ? Ou plutôt, que veux-dire être vous-même ? Aussi étrange que cela puisse nous paraître, beaucoup de personnes n’ont pas encore réussi à donner vie à ce muscle, au cœur de leur propre personnalité.

Nous définir, savoir où sont nos limites et nos passions, réfléchir à tout ce que nous avons vécu, être conscient de ce que nous voulons pour nous-mêmes ne sont que de petits exemples de cette pierre angulaire de la santé mentale. Car défendre notre essence et apprécier ce que nous sommes est synonyme de bien-être et de vitalité.

Il est très commun de voir des personnes qui se définissent par ce qu’elles font : « je suis policier », « je suis institutrice », « je suis ouvrier », « je suis père de famille »… Cependant, au-delà de ce que nous faisons ou cessons de faire, il y a une autre dimension. Nous ne sommes pas seulement ce que nous faisons, nous sommes ce dont nous rêvons, ce que nous avons vécu, ce que nous ne voulons pas, ce que nous espérons de la vie…

Et tout cela mérite d’être défendu et protégé au quotidien.

« Les personnes réelles sont pleines d’êtres imaginaires. »

-Graham Greene-

être vous-même

La difficulté d’être vous-même au quotidien

La soif d’authenticité apparaît au quotidien. Nous voulons être nous-mêmes chaque fois que nous prenons une décision, nous voulons qu’il y ait une harmonie dans chacune de nos relations, sans avoir recours à la fausseté, sans avoir à céder face à des choses qui ne nous correspondent pas. Nous désirons essentiellement sauvegarder cet épicentre qui abrite notre personnalité. Rien ni personne ne doit briser cet équilibre.

Cependant, c’est ce qui se produit. Presque sans savoir comment, vous cessez d’être vous-même quand, au travail, vous finissez par réaliser des tâches qui ne vous plaisent pas ou auxquelles vous ne vous identifiez pas. Vous cessez d’être vous-même lorsque vous dites « oui » à votre conjoint, à votre famille ou à toute autre personne alors que vous avez surtout besoin de dire « non ».

Tôt ou tard, nous finissons par nous regarder dans un miroir et, même si nous reconnaissons ces traits, ces nuances familières, ces gestes et ces détails, nous finissons par conclure avec angoisse que nous avons cessé d’être nous-même pour être ce que la vie a fait de nous.

 

Ne pas être soi-même fait du mal et nous mène à la dérive

Le psychologue Mark Leary, professeur à l’Université de Duke, nous avertit d’une chose importante. Lorsqu’une personne perçoit son manque d’authenticité, elle ressent une grande souffrance. En d’autres termes, au moment où vous cessez d’être vous-même, une frustration grandit, jour après jour et de façon continue. Cette frustration peut même facilement dériver vers une dépression.

  • Qui plus est, l’Université d’Harvard a analysé une chose à travers une étude. Le mot à la mode dans de nombreux environnements de travail est « sois authentique ». Or, nous sommes obligés de faire partie d’équipes de travail complexes, de suivre les ordres des directeurs, d’atteindre des objectifs très concrets… Tout cela, au final, constitue une arme à double tranchant.
  • Il est très compliqué d’être vous-même dans des environnements aussi définis, rigides et compétitifs. L’anxiété apparaît peu à peu, tout comme le stress et ce mal-être qui nous fait prendre conscience qu’au lieu d’être authentiques, nous sommes devenus aliénés et subordonnés.

Quand l’authenticité nous fait défaut, que nous le voulions ou non, nous sommes obligés de chercher un équilibre entre ce que nous faisons et ce dont nous avons besoin. Entre ce que nous sommes et ce que nous réalisons. Ainsi, nous devons prendre une chose en compte : être fidèle à soi-même n’est pas simple. Pour y parvenir, nous devons apprendre à prendre des décisions convaincantes et courageuses.

Osez être vous-même et vous gagnerez en santé et en bien-être

Établissez une distance là où vous ne pouvez pas être vous-même. Fuyez lorsqu’on ne vous permet pas de vous exprimer ou d’afficher vos valeurs. Ne restez surtout pas là où l’on cherche à éteindre votre lumière ou votre rire. À quoi servirait une vie avec une telle souffrance ? Ce n’est ni logique, ni acceptable. Au moment où nous percevons ce pincement qui fait du mal à notre estime de soi et à notre dignité, nous devons réfléchir aux idées suivantes.

Décisions basées sur la connaissance de soi

  • Dans l’actualité, la psychologie reprend beaucoup d’idées des courants existentialistes. L’une d’elles nous rappelle que pour vivre une vie authentique, un engagement envers nous-même est nécessaire.
  • Cela implique de bénéficier d’espaces de réflexion afin d’évaluer si ce que nous faisons au quotidien, ce que nous disons, ce que nous répondons, ce que nous décidons de faire, correspond à notre essence.
  • Il suffirait, par exemple, de nous demander chaque jour : est-ce que ce que j’ai fait m’aide à me sentir bien ? Nos réponses sincères devront marquer des décisions plus courageuses.
le bonheur d'être vous-même

Souvenez-vous de ce que vous méritez

Si vous voulez être vous-même chaque jour de votre vie, souvenez-vous de ce que vous méritezGardez vos valeurs en ligne de mire, apprenez de votre passé, fixer des objectifs à votre horizon et, surtout, ne vous reléguez pas au second plan. Vous n’êtes pas un figurant : vous êtes le personnage principal.

Nous avons tous le droit de vivre une existence pleine, satisfaisante et alignée avec nos intérêts et nos passions. Nous fleurissons tous au quotidien. Personne ne peut nous ôter nos nutriments et nous pousser à faner. Nous devons donc bien choisir l’endroit où nous voulons développer nos racines, sans oublier que nous méritons d’avoir ce qui nous fait tant rêver.

 

  • Strobel, M., Tumasjan, A., & Spörrle, M. (2011). Be yourself, believe in yourself, and be happy: Self-efficacy as a mediator between personality factors and subjective well-being. Scandinavian Journal of Psychology52(1), 43–48. https://doi.org/10.1111/j.1467-9450.2010.00826.x
  • Rosh, L., y Offermann, L. (2013). Sé tú mismo, pero con cuidado. Harvard Business Review , (OCT).