Mémoire et dissociation, pourquoi explorer attentivement ?

Qu'est-ce que la dissociation ? Quel rapport avec le traumatisme ? Comment les clients se souviennent-ils du traumatisme ? Dans cet article on vous le dit !
Mémoire et dissociation, pourquoi explorer attentivement ?

Dernière mise à jour : 12 décembre, 2022

L’activation émotionnelle produite par des événements violents et des situations pénibles peut affecter leur mémoire. Mémoire et dissociation sont liées. Parfois, ces souvenirs font tellement mal qu’ils nous font tout oublier, même des informations que nous avons aussi intériorisées sur qui nous sommes et comment nous nous appelons. De cette façon, notre identité est brisée et, parfois, nous cessons même d’être.

Les troubles dissociatifs sont des troubles mentaux bien définis associés à des antécédents de traumatismes interpersonnels, souvent sévères et chroniques. Il est également courant de les trouver chez des consultants ayant des antécédents de lien ou d’attachement dysfonctionnel avec leurs principaux soignants (parents, tuteurs).

Qu’est-ce que c’est et comment la mémoire et la dissociation sont-elles liées ?

Les phénomènes dissociatifs ne sont pas nécessairement pathologiques. Cependant, lorsqu’ils le sont, ils ont une présentation clinique caractéristique et un grand impact sur la qualité de vie de la personne. De cette façon, nous pouvons voir une capacité d’adaptation réduite. Ainsi, les troubles dissociatifs interfèrent significativement dans les différents domaines de fonctionnement de la personne. Par exemple, au travail, à l’école, dans les relations interpersonnelles, le couple et d’autres domaines significatifs.

La clinique Mayo les définit comme ces troubles qui impliquent une déconnexion et un manque de continuité entre les pensées, les souvenirs, les environnements, les actions et l’identité. L’institution mentionne qu’une personne atteinte de troubles dissociatifs s’évade de la réalité de manière non volontaire et non fonctionnelle.

“La dissociation est l’interruption ou la discontinuité dans l’intégration normale de la conscience, de la mémoire, de l’identité, de l’émotion, de la perception, de la représentation du corps, de la motricité et du comportement. Cette altération des fonctions normalement intégrées peut être brutale ou progressive, transitoire ou chronique.

-APA, 2013-

Il est important de noter que la dissociation n’est pas un phénomène qui se produit tout seul. Ce n’est pas volontaire. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) la définit comme “une interruption, ou discontinuité, involontaire dans l’intégration normale d’un ou plusieurs des aspects suivants : identité, sensations, perceptions, affects, pensées, souvenirs, contrôle des mouvements corporels ou du comportement. L’interruption ou la discontinuité peut être complète, mais le plus souvent elle est partielle et peut varier d’un jour à l’autre et même d’une heure à l’autre.”

tête avec le tonnerre
La relation entre traumatisme et dissociation est médiatisée par certains facteurs psychologiques.

Pourquoi la dissociation est-elle liée au traumatisme ?

La théorie de la dissociation structurelle de Van der Hart stipule que la dissociation agirait comme le mécanisme dont nous disposons pour faire face au traumatisme. Les traumatismes vont du trouble de stress post-traumatique (SSPT) à des conditions post-traumatiques beaucoup plus graves, telles que la personnalité multiple ou le trouble dissociatif de l’identité (DID).

“Le traumatisme psychique ou traumatisme psychologique est généralement appelé à la fois un événement qui menace profondément le bien-être ou la vie d’un individu et la conséquence de cet événement sur la structure mentale ou émotionnelle de celui-ci.”

-González-Vázquez-

Dissocier, c’est séparer. Ainsi, selon cette théorie, le traumatisme produit une séparation entre deux systèmes vitaux pour le fonctionnement de l’être humain :

  • Le système de défense contre la menace est celui qui fait en sorte que face aux dangers que nous pouvons rencontrer, nous générons des réponses comportementales de combat, de fuite ou de soumission. Van der Hart appelle ce système “la personnalité émotionnelle”.
  • Le système qui est en charge des tâches de la vie quotidienne, avec lequel nous nous relions et nous lions avec les autres, celui qui permet de s’occuper des enfants, de manger ou d’avoir des relations sexuelles. Il appelle cela “une personnalité apparemment normale”.

Lorsque nous recevons l’impact prolongé d’une situation traumatisante, les deux systèmes se séparent. Ils se sont séparés. Ils se dissocient. Et le niveau de gravité de cette séparation est d’autant plus important que le traumatisme est plus grave. Cela peut donner lieu à des troubles dissociatifs qui découlent d’un traumatisme :

  • Amnésie dissociative : fait référence à l’incapacité de se souvenir d’informations autobiographiques importantes. Généralement, les informations dont on ne se souvient pas sont de nature traumatisante et stressante. Ce n’est pas dû à un oubli ordinaire. C’est le résultat d’un défaut de mémoire et d’une dissociation.
  • Fugue dissociative : consiste en une errance apparemment délibérée ou une errance désorientée.
  • Dépersonnalisation : Expériences d’irréalité, de détachement ou d’être un observateur extérieur concernant ses pensées, ses sentiments, ses sensations, son corps ou ses actions. Par exemple, troubles de la perception, sens déformé du temps, irréalité, altruisme ou engourdissement émotionnel.
  • Déréalisation : expériences de distanciation par rapport à l’environnement. Par exemple, lorsque nous ressentons des objets comme irréels, oniriques, flous, sans vie ou visuellement déformés.
  • Personnalité multiple ou trouble dissociatif de l’identité : c’est un trouble de l’identité. Elle se caractérise par deux ou plusieurs états de personnalité bien définis. Dans certaines cultures, cela peut être décrit comme des expériences de possession.

“L’identité est l’ensemble des pensées, des valeurs, des souvenirs et des éléments contextuels qui constituent la personnalité, le caractère, le mode de vie et la manière d’agir d’un individu. C’est une construction complexe qui donne une image cohérente de soi, et qui est constamment formé en chaque personne, dans un processus continu d’adaptation à l’environnement et à la culture qui l’entoure ».

-González Vázquez-

Mémoires fragiles : pourquoi devrions-nous explorer attentivement ?

Lors de l’exploration de la dissociation, il est nécessaire de prendre en compte certains aspects :

Avant le diagnostic

Au moment de l’évaluation, il est important de détecter différents aspects essentiels au diagnostic :

  • S’il y a amnésie, et si elle est totale ou partielle. Il faut faire attention, encore une fois, à la mémoire et à la dissociation. Est-ce lié à l’histoire personnelle de l’enfance et de l’adolescence ?
  • S’il existe d’autres diagnostics psychiatriques au fil du temps, chacun avec un profil de symptômes différent. Fondamentalement, les psychoses, les troubles de l’humeur et les troubles de la personnalité.
  • Si l’amnésie survient sous la forme de conversations spontanées ou dans le contexte de l’automutilation (c.-à-d. automutilation, comportements autodestructeurs tels que se couper, se brûler, se frapper).
  • Si, après avoir subi plusieurs traitements, le trouble “résiste” à s’améliorer.
  • S’il existe un trouble de la personnalité limite avec automutilation grave qui ne s’améliore pas malgré le traitement.
  • Si les symptômes apparaissent spontanément à l’âge adulte après une trajectoire de bon fonctionnement.

Mémoires et dissociation

Il n’y a aucune raison de douter d’un souvenir qu’un consultant nous apporte lors d’une séance. Il est nécessaire d’explorer avec soin et de manière non dirigée. Autrement dit, explorez sans poser de questions qui ont une réponse implicite. Vous devez laisser le consultant exposer sa mémoire telle qu’il s’en souvient. Les souvenirs ne sont généralement pas littéraux et peuvent être facilement modifiés par le thérapeute.

Comme nous l’avons mentionné, le traumatisme est associé à la dissociation, mais cette relation n’est pas directe. Ce n’est pas à chaque fois que nous vivons une situation traumatique que nous développons une dissociation. Qu’y a-t-il au cœur de la relation entre traumatisme et dissociation ? Facteurs psychologiques de la personne tels que la régulation émotionnelle. Tout le monde ne réagit pas de la même manière à la même situation.

Homme faisant une thérapie
La relation entre la mémoire et la dissociation est modérée par la façon dont nous réagissons aux événements.

Fiabilité des témoignages oculaires

On peut penser que, puisque l’événement que nous avons vécu peut avoir un si grand impact sur nos vies, cette information serait bien mieux retenue que d’autres. Les preuves scientifiques n’ont pas encore la réponse. Il y a des études contradictoires. Ce que nous savons, c’est que les informations sur les traumatismes sont stockées différemment des autres informations.

Des études qui ont analysé des événements de la vie réelle suggèrent que ces événements négatifs qui deviennent des traumatismes sont mieux mémorisés. Elles sont plus détaillées, exactes et plus persistantes dans notre mémoire. Mais les souvenirs sont soumis aux mêmes lois que tous les autres souvenirs : la déformation.

L’essentiel de l’information demeure, mais les détails changent, comme des nuages déchiquetés, au fil du temps. Et il n’y a aucune preuve scientifique pour soutenir que, plus l’intensité de l’expérience est grande, meilleur est le souvenir du traumatisme dans toute son ampleur.

La seule chose que, pour l’instant, nous pouvons affirmer avec une certaine certitude, c’est que plus la situation traumatique est intense, mieux je me souviens seulement des détails centraux et critiques, mais pas des détails périphériques. C’est précisément pour cette raison que nous devons explorer avec soin et de manière non dirigée. Afin de ne pas « implanter » de faux souvenirs chez le consultant.

“Un faux souvenir est un souvenir qui a toutes les caractéristiques du vrai souvenir (croyance, images et détails), mais qui ne correspond à aucun épisode réel que la personne a vécu, du moins tel qu’il s’en souvient.”

-Belloch-

En conclusion, on peut dire que les victimes de situations traumatisantes n’oublient pas les événements traumatisants. Ils se souviennent. Ils se souviennent beaucoup. Aussi. Ils se souviennent tellement que ça fait mal. Surtout les souvenirs qui contiennent les scènes centrales, bien que le reste de l’information puisse être détérioré et appauvri par le passage du temps.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’écriture peut nous aider à surmonter les traumatismes, selon la science
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’écriture peut nous aider à surmonter les traumatismes, selon la science

Selon diverses études, l'écriture peut nous aider à surmonter un traumatisme. Refléter nos sentiments sur papier change son pouvoir.



  • American Psychiatric Association – APA. (2014). Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales DSM5 (5a. ed)
  • Belloch, A; Sandín, B; Ramos, F. (2021). Manual de psicopatología. Capítulo trastornos disociativos. McGrow-Hill. McGrow-Hill.
  • Luna, K., & Migueles Seco, M. M. (2007). Memoria de testigos: patrón de distorsión de los recuerdos por la presentación de información falsa.
  • Migueles, M., & García-Bajos, E. (2004). ¡ Esto es un atraco! Sesgos de la tipicidad en la memoria de testigos. Estudios de Psicología25(3), 331-342.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.