Max Wertheimer, fondateur de la psychologie de la Gestalt

15 mars, 2021
La psychologie de la Gestalt se base sur le fait que les êtres humains comprennent et réagissent au monde qui les entoure. Aujourd'hui, nous allons passons en revue la vie et l'œuvre de Max Wertheimer, un brillant psychologue et l'un des pères fondateurs de la théorie de la Gestalt.

Max Wertheimer a été la première personne à étudier l’organisation perceptive. L’approche de Wertheimer et sa façon de voir la manière dont nous percevons le monde consiste à considérer les choses dans leur ensemble. Cette approche suggère ainsi qu’un tout est bien bien plus que la somme des éléments qui le composent.

Ses travaux tiennent une place d’importance dans la théorie psychologique. En effet, en plus d’avoir contribué à la création de l’école de la Gestalt, il a apporté des connaissances précieuses à la psychologie expérimentale et à l’étude de la perception.

Il a ainsi créé le phénomène Phi qui constitue la base de la psychologie de la Gestalt. Son travail a fait l’objet d’un ouvrage intitulé La Pensée productive.

Les débuts de Max Wertheimer

Max Wertheimer est né le 15 avril 1880 à Prague. Son père était enseignant et directeur d’une école locale. Au tout début de sa vie, les intérêts du petit Wertheimer oscillent entre la musique et la philosophie.

Bien qu’il ait commencé à étudier le droit à l’université, il opte finalement pour la philosophie et la psychologie. Il obtient ensuite un doctorat de l’université de Wurzbourg avec mention très bien. Au cours de ses recherches doctorales, Max Wertheimer étudiera la question de l’évaluation des témoignages à l’aide des détecteurs de mensonges.

Un nez allongé.

Sa carrière professionnelle

Tout d’abord, Wertheimer était un observateur attentif. Il remarquait donc les choses qui passaient inaperçues aux yeux des autres. C’était là l’un de ses grands talents. Un jour, il remarqua que les lumières clignotantes d’une gare créaient une illusion de mouvement. C’est alors le début de son intérêt pour l’étude de la perception humaine.

Il a appelé ce type de perception le phénomène Phi. Il s’agit du principe sur lequel reposent les images en mouvement. Cela a constitué la base de la psychologie de la Gestalt. Une théorie qui a révolutionné le monde de la psychologie.

Mais son intérêt pour l’étude de la perception ne s’est pas arrêté à ce moment-là. Au contraire, puisqu’il a continué à croître avec le temps.

Il a ensuite travaillé à l’Institut de psychologie de l’Université de Francfort. C’est là qu’il a rencontré deux de ces assistants : Wolfgang Kohler et Kurt Kofka. Leur intérêt mutuel pour la perception et leur vision commune ont fait d’eux des partenaires de recherche pour toute une vie. Ensemble, ils ont alors formé l’école de pensée de la Gestalt.

Après s’être marié et avoir fondé une famille, Hitler arrive au pouvoir. En entendant les discours pré-électoraux enflammés d’Hitler et la mobilisation des nazis, il décide de quitter l’Allemagne. Il retourne avec sa famille pour quelques temps en Tchécoslovaquie. Peu de temps après, en 1933, il décide d’émigrer aux États-Unis.

Sa vie loin de l’Europe

Là bas, il enseigne à la New School for Social Research de New York. Les cours de Wertheimer portent notamment sur la logique, la psychologie sociale, la psychologie de l’éducation, la psychologie expérimentale mais aussi sur la psychologie de la musique. Dans ce dernier domaine, il a notamment apporté de grandes contributions.

Ses cours étaient aussi toujours caractérisés par une grande interactivité. Il incitait par exemple ses étudiants à débattre et il donnait de nombreuses conférences aux universités de Princeton et de Columbia.

Max Wertheimer n’a pas toujours publié ses théories ou ses expériences. Néanmoins, nombre d’entre elles ont servi de base aux recherches d’autres psychologues prestigieux tels que Solomon Asch, George Katona ou Abraham Maslow.

En 1937, il rencontre Abraham Maslow, avec qui il développe une importante relation professionnelle et personnelle. Les idées et la figure de Max Wertheimer ont été une grande source d’inspiration pour Maslow et pour sa hiérarchie des besoins.

Grâce à l’excellent travail de Max Wertheimer à la New School for Social Research, la psychologie de la Gestalt est finalement devenue l’une des premières écoles de psychologie de la première moitié du XXème siècle.

Enfin, Wertheimer meurt en 1943 à la suite d’une embolie coronarienne. Des personnalités influentes du monde universitaire, comme Albert Einstein lui-même, ont assisté à ses funérailles.

Une figure gestaltice.

Les contributions de Max Wertheimer à la psychologie

Les travaux de Wertheimer ont eu une énorme influence sur le développement de la psychologie. Par exemple, Solomon Asch a déclaré que :

“La pensée de Max Wertheimer a pénétré presque toutes les régions de la recherche psychologique et a laissé une empreinte permanente dans l’esprit des psychologues et sur leur travail quotidien. Les répercussions ont été considérables dans les travaux des trois dernières décennies, et sont susceptibles de s’étendre à l’avenir.”

-Salomon Asch-

Contrairement au structuralisme, qui se concentrait sur l’atomisme et décomposait donc les processus mentaux en pièces les plus petites possibles, l’intérêt de l’école de Gestalt repose sur le fait de se baser sur une approche holistique. De cette école de Gestalt sont ainsi nées les lois de l’organisation perceptive.

Ces dernières expliquent comment regrouper les petits objets pour en former de plus grands. Ses travaux ont contribué aux premiers développements de la psychologie et ont influencé de nombreux autres psychologues et d’autres domaines de recherche. Par exemple dans le monde de la linguistique et de l’éducation.

Cherry, Kendra (2018) Max Wertheimer Biography. Verywell Mind blog. Recuperado de https://www.verywellmind.com/max-wertheimer-biography-1880-1943-2795528

King, D. B., & Wertheimer, M. (2005). Max Wertheimer & Gestalt theory. American Psychological Association APA. Piscataway, NJ, US: Transaction Publishers.

Guberman, Sheila (2017) Gestalt Theory Rearranged: Back to Wertheimer. Frontiers in Psychology. Vol 8, pag 1782. Recuperado de https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyg.2017.01782/full