Abraham Maslow, le père de la psychologie humaniste

3 juin 2018 dans Auteurs 0 Partagés

Le nom d’Abraham Maslow est l’un des plus importants de l’histoire de la psychologie. Il est considéré comme le père de la soi-disant “psychologie humaniste”. Il s’agit d’un courant que nous pouvons placer à un point intermédiaire entre la psychanalyse et le comportementalisme. Il eut une grande influence sur le développement de la psychologie.

Abraham Maslow, fils d’immigrants juifs, est né à Brooklyn, New York (États-Unis), le 1er avril 1908. Son enfance ne fut pas facile. Il fut victime de discrimination à plusieurs reprises. il s’agit peut-être de ce qui a motivé son intérêt pour ce qui se passe dans notre esprit dans certaines circonstances.

Maslow lui-même déclara souvent qu’il n’était pas un enfant heureux. Sa difficulté à être accepté stimula sa curiosité. Il fit de la bibliothèque sa deuxième maison. Et là, entouré de livres, il commença à cultiver une vive intelligence, qui le maintint toujours parmi les meilleurs étudiants.

Abraham Maslow

La formation d’Abraham Maslow

Abraham Maslow croyait au début être fait pour étudier les lois. C’est pourquoi il commença à étudier le droit. Il se rendit vite compte néanmoins que sa véritable fascination était la psychologie. Il décida donc de quitter New York et commença à l’étudier à l’Université du Wisconsin.

Sa vie changea pour toujours à cette époque. Il épousa une cousine plus âgée Il rencontra également celui qui deviendrait son premier mentor : Harry HarlowIl effectua avec lui les premières études sur les primatesIl fut particulièrement frappé par leur comportement sexuel et les relations de pouvoir dans les groupes.

Il retourna ensuite à New York. Abraham Maslow travailla comme professeur à l’Université Columbia. Il y rencontra Edward Thorndike et Alfred Adler. Ce dernier, très proche de Sigmund Freud, devint son second mentor .

Maslow travailla plus tard comme professeur au Brooklyn College de l’Université de New York. Il s’agissait d’une époque particulièrement prolifique. Il y rencontra Erich Fromm et Karen Horney, deux éminences de la psychologie qui enrichirent grandement sa vision .

Les théories révolutionnaires de Maslow

Abraham Maslow était avant tout un grand observateur et un chercheur passionné. Au-delà de la compréhension du comportement humain, Maslow était motivé par l’idée de trouver les moyens d’aider les autres à prendre des mesures pour se réaliser. Sa thèse introduit déjà une théorie initiale qu’il appela “la hiérarchie des besoins de Maslow”.

pyramide de Abraham Maslow

Cette hiérarchie initiale est devenue ce que nous appelons désormais la “pyramide des besoins de Maslow”. Elle condense les principaux axes de sa théorie. Maslow soulève l’existence d’un ensemble de besoins communs à tous les êtres humains. De tels besoins partent de la satisfaction du plus élémentaire et terminent avec le plus abstrait.

Maslow introduit ainsi l’idée que les besoins physiologiques doivent de situer à la base de sa pyramide. Puis, successivement et de façon ascendante, les besoins de sécurité, d’acceptation sociale, d’estime de soi et, enfin, d’auto-réalisation .

L’importance de Maslow en psychologie

Initialement, les théories de Maslow ne reçurent pas le meilleur accueil. Certains psychologues de l’époque, notamment les “comportementalistes“, les trouvaient peu rigoureuses sur le plan scientifique. Ils considéraient qu’elle avait davantage trait à l’humanisme qu’à la psychologie au sens strict.

Le courant psychanalytique ne les voyait pas non plus avec de bons yeux. En effet, ses postulats s’éloignaient des postulats de base de Freud. Maslow lui-même accorda le crédit au psychanalyste viennois, bien qu’il signala également que la doctrine de ce dernier échouait pour comprendre le comportement humain. Selon lui, Freud n’avait étudié que ce qui concernait le comportement névrotique. Sa doctrine devait donc être complétée par l’étude du comportement sain.

Malgré la résistance, la théorie d’Abraham Maslow attira progressivement l’attention des psychologues de son époque. L’idée que les êtres humains ont des besoins structurés et que notre bien-être est conditionnée par la façon dont nous hiérarchisons / priorisons la satisfactions de ces derniers commença à séduire les intellectuels d’autres disciplines telles que la sociologie, l’anthropologie et la commercialisation.

C’est ainsi que l’American Humanist Association le nomma Humaniste de l’année en 1967. Maslow ne cessa jamais d’enseigner, mais à temps partiel lors de ses dernières années. Il dédiait son temps à d’autres projets, qu’il ne parvient finalement pas à terminer. Abraham Maslow mourut en 1970. Il posa donc les bases de ce qui deviendrait le courant humaniste.


A découvrir aussi