Margaret Mahler : les phases du développement de l'enfant

Margaret Mahler fait partie des psychanalistes reconnus ayant développé un modèle de l'évolution des enfants, de la naissance à la petite enfance. Elle a également introduit des techniques thérapeutiques innovantes qui se sont avérées efficaces.
Margaret Mahler : les phases du développement de l'enfant

Dernière mise à jour : 25 avril, 2021

Margaret Mahler était l’une de ces personnalités psychanalytiques qui ont grandement contribué à la compréhension de l’esprit de l’enfant. Elle était médecin et pédiatre, mais sa propre expérience et certaines situations dont elle a été témoin l’ont amenée à se tourner vers la pratique analytique.

La plus grande contribution de Margaret Mahler a notamment été la psychologie évolutionniste. Elle a réussi à définir et à caractériser les étapes que traverse l’enfant, de la naissance à la petite enfance. Dans sa théorie, la relation de l’enfant avec sa mère est d’une importance fondamentale.

Pour élaborer son modèle de développement émotionnel, Mahler est partie de la théorie de Sigmund Freud sur le développement psychosexuel de l’enfant. Cependant, elle s’est  également appuyée sur d’autres auteurs, tels que Sandor Ferenczi et Donald Winnicott, en plus de sa propre pratique clinique.

“L’éclosion est ce qui permet à l’enfant d’être plus attentif à ses sens, d’être en alerte lorsqu’il est éveillé.”

-Margaret Mahler-

La théorie de Margaret Mahler.

Le contexte initial

Margaret Mahler est née à Sopron (Empire austro-hongrois) le 10 mai 1897. Son père était un médecin prestigieux, qui l’a éduquée comme si elle était un garçon et non une fille. À l’époque, le monde du savoir n’était pas disponible aux femmes. Mais le père de Margaret a vu les choses différemment et cela, d’une manière ou d’une autre, l’a marquée.

Elle avait une petite sœur, Suzanne. Et sa mère, elle, était une femme au foyer mécontente de sa vie. Cette dernière avait une certaine appréhension envers Margaret et a développé un attachement profond envers Suzanne. Il est très probable que cette situation soit le germe de la théorie développée par Mahler.

Son père l’a encouragée à aller à Budapest à seulement 16 ans pour étudier à l’université. Là, elle entre en contact avec le Budapest Circle, le groupe psychanalytique créé et dirigé par Sandor Ferenczi, en compagnie de Michael Balint et Imre Hermann. Même si elle aimait les idées freudiennes, elle a décidé de ne pas poursuivre la psychanalyse.

Un tournant dans la vie de Margaret Mahler

Margaret Mahler a d’abord commencé à étudier l’histoire de l’art à Budapest. Cependant, elle s’est vite rendu compte que son esprit scientifique était plus fort que ses préoccupations artistiques. Elle a donc assouvi son désir d’apprendre la médecine. Elle a déménagé à l’Université de Munich et y a fait un stage en pédiatrie.

À ce moment-là, l’antisémitisme commençait à se renforcer. Elle et sa sœur ont été arrêtées, simplement parce qu’elles étaient juives. Cela l’amena à partir pour Jena, où elle finit ses études, en 1922. Cette même année, elle vit un événement qui marqua sa vie à jamais.

Tout s’est passé dans une clinique de nuit, où Margaret Mahler a fourni ses services. Un homme est venu faire hospitaliser son petit-fils, car il avait une mauvaise croissance. Cette même nuit, l’enfant est décédé, sans cause médicale identifiée pour le justifier. Cela a amené Mahler à réfléchir au rôle de la pensée.

L'exil de Margaret Mahler.

Exil et travail

En 1922, elle a dû quitter l’Allemagne et s’installer à Vienne. Elle y fait une analyse de supervision avec Helen Deutsch et se consacre entièrement à la psychanalyse. À 39 ans, elle épouse le chimiste du nom de Paul Mahler, qui menait une vie désordonnée. Peu de temps après, les nazis ont envahi l’Autriche.

Grâce aux bons offices de la veuve du vice-roi de l’Inde, qui avait été son patient, les Mahler ont pu s’échapper en Angleterre. Ils ont ensuite déménagé aux États-Unis, où Margaret n’a pas été très bien accueillie.

Cette dernière a essayé de convaincre ses parents de la retrouver, mais ils n’ont pas accepté. Son père est décédé et sa mère a été transférée au camp d’Auschwitz, où elle est décédée.

Malgré tout, la carrière de Margaret Mahler a commencé à décoller sur le sol américain. Elle a reçu un poste d’enseignante à l’Institut psychanalytique de Philadelphie en 1950. Là, elle a développé sa théorie du développement de l’enfant et a également créé une méthode psychanalytique de prise en charge des enfants, qui incluait la présence de la mère.

Pendant la plus grande partie de sa vie, Margaret Mahler a connu des épisodes successifs de dépression. Cependant, son intelligence et sa foi en son travail lui ont toujours permis de surmonter ces étapes.

Son travail constant lui a permis de créer la célèbre théorie de la séparation-individualisation. Elle a travaillé jusqu’à sa mort en 1985, à l’âge de 88 ans.

Cela pourrait vous intéresser ...
La psychoéducation comme intervention chez le soignant
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
La psychoéducation comme intervention chez le soignant

L'une des interventions qui produit les meilleurs résultats, tant chez le patient que chez son entourage, est la psychoéducation.



  • Mahler, M. S., Pine, F., & Bergman, A. (1977). El nacimiento psicológico del infante humano: simbiosis e individuación. Marymar.