Love Actually : le film de Noël par excellence

04 février, 2020
Love Actually est devenue la comédie de Noël par excellence. Simple et légère mais avec un message universel, elle finit par nous inviter à trinquer avec espoir.

Décembre est le mois des grands dîners, des retrouvailles, des excès… Mais c’est aussi le mois des thèmes, des classiques et des traditions qui semblent se répéter année après année. On décore le sapin de Noël, on installe la crèche, on espère gagner à la loterie, on mange du nougat, on dit au revoir à l’année, on dîne en famille, on boit du champagne et on regarde à nouveau Love Actually.

Il semble que le film de Curtis soit déjà une tradition de Noël, un classique. C’est le All I want for Christmas du cinéma, l’emblème de Noël qui inonde le petit écran. Ainsi, année après année, depuis sa première en 2003, Love Actually nous enveloppe de ses histoires d’amour imprégnées de l’esprit de Noël.

Il est vrai que d’autres titres apparaissent habituellement à cette époque. Or, Love Actually semble être le titre de référence, c’est le film qu’une bonne partie de la population décide de revenir voir une fois par an pour Noël.

Richard Curtis a réussi à réunir un casting à succès. A tisser une toile d’histoires qui reflètent les différentes étapes de l’amour. Et à construire une sorte de mythe de Noël. Dans cet article, nous allons vous révéler quelques curiosités sur son succès.

Une distribution enviable

Richard Curtis a connu les succès de la gloire en tant que scénariste grâce à des titres tels que Le journal de Bridget Jones (2001), Notting Hill (1998) ou Quatre mariages et un enterrement (1994). Tous s’inscrivent dans le genre de la comédie romantique. Et tous mettent en scène Hugh Grant, l’acteur qui est devenu l’un des rois du genre dans sa jeunesse.

Grant s’est à nouveau retrouvé dans les mains de Curtis pour Love Actually, que Curtis écrit et réalise. L’acteur est rejoint par d’autres personnalités aussi reconnaissables à l’époque. Telles qu’Emma Thompson, Alan Rickman, Colin Firth et Liam Neeson. Entre autres.

Curtis a réalisé quelque chose d’impossible : il a réuni dans son film les acteurs britanniques de l’époque, ceux déjà établis comme Alan Rickman qui avaient déjà bénéficié d’une reconnaissance au siècle dernier et ces nouvelles stars, comme Keira Knightlev, qui allaient commencer à briller au début du nouveau millénaire.

Cela a permis de consolider un casting bien connu du grand public. Un casting qui comprenait des stars de la comédie romantique comme Colin Firth et Hugh Grant, et a assuré le succès du film.

Il n’est donc pas surprenant que Love Actually ait été un succès au box-office, le public se pressant pour voir le film de Noël du siècle.

Cependant, le véritable succès est venu bien plus tard, grâce au bouche à oreille et aux rediffusions télévisées. D’une certaine manière, le film a fini par devenir l’icône d’une époque, du romantisme et, par conséquent, de l’esprit de Noël.

Love Actually : le film parfait après le dîner

Après un repas de Noël copieux, ce que beaucoup d’entre nous ont envie de faire le plus souvent, c’est de s’asseoir sur le canapé et de se détendre. Avoir quelque chose en arrière-plan qui nous divertisse, qui stimule l’esprit de Noël, mais qui ne nous fait pas trop réfléchir.

C’est précisément ce que promet Love Actually, une comédie romantique, innocente mais pleine d’esprit qui anime les soirées d’hiver.

Parce que Love Actually ne veut pas qu’on pense trop, elle n’est pas ennuyeuse, mais légère, douce et gentille. Elle fera ressortir plus d’un sourire et nous amènera également à nous souvenir d’histoires vécues à la première personne. Quelle est sa clé ? Raconter une série d’histoires d’amour à partir de différentes perspectives et étapes.

Nous avons le jeune préadolescent qui vit le premier appel de l’amour avec une grande intensité ; le couple qui, après de nombreuses années passées ensemble, commence à subir les ravages de l’infidélité ; l’amant de la femme de son ami ; les amoureux qui, bien que ne parlant pas la même langue, parviennent à se comprendre ; et même un premier ministre danseur qui ferait n’importe quoi pour conquérir sa bien-aimée.

D’autre part, la note comique et musicale est fixée surtout par Billy Mack, une pop star qui sera le personnage irrévérencieux du film.

Ainsi, avec des histoires d’amour des plus variées, Curtis a réussi à frapper la bonne touche. Quand tout semble trop doux, une autre histoire plus tragique ou plus informelle éclate sur la scène.

Ainsi, Curtis surmonte le pitoyable, le tragique et l’absurde qui auraient pu finir par apparaître pour terminer de dépeindre les mille visages de l’amour. Ce qui est intéressant, c’est qu’il utilise un langage que nous connaissons parfaitement, il met sous nos yeux des histoires qui, bien qu’exagérées, sont en rapport avec notre réalité.

Par exemple, nous avons le jeune homme qui, dans son Royaume-Uni natal, n’a pas de succès avec les femmes, mais lorsqu’il s’installe aux Etats-Unis, il se rend compte que les femmes convoitent son accent ; nous avons le mariage consommé de Thompson et Rickman et même une jeune femme dont les problèmes familiaux ne lui permettent pas de gagner sa vie.

Il est vrai que certaines histoires sont un peu bancales et que certaines, au fil du temps, ont été réinterprétées ; tel est le cas du jeune homme amoureux de la femme de son ami qui, aujourd’hui, est davantage considéré comme un harceleur que comme un romantique.

Un homme avec un message d'amour dans Love Actually

Le passage du temps

Le temps a fait de Love Actually le classique de Noël qu’il est aujourd’hui. Mais il a aussi fait en sorte que dans certaines histoires, on regrette des valeurs plus contemporaines.

Cela ne veut pas dire que le film a mal vieilli. Mais son message reste aussi simple et clair qu’à sa première sortie. Cependant, si on analyse le film d’un point de vue actualisé, on se rend compte que les personnages féminins ont peu de dialogue, qu’ils sont clichés et qu’il n’y a pas de représentation du collectif LGTBI.

Apparemment, Curtis avait prévu une histoire entre deux personnes du même sexe. Mais il a fini par l’écarter dans la version finale. Il est certain que si Love Actually avait été tourné aujourd’hui, nous aurions une ou plusieurs de ces histoires. Il y aurait plus de diversité et les femmes prendraient un tout autre visage.

D’une certaine manière, il semble que 2003 soit déjà loin. Et le film nous montre comment notre perspective a changé depuis lors. Mais aussi comment ce que nous considérions comme normatif et même romantique peut être critiqué aujourd’hui.

Malgré cela, le message du film est toujours universel. Il montre que l’amour est partout, dans tous les coins. Et qu’il y a tant d’histoires que tout spectateur peut facilement se reconnaître dans l’une d’entre elles. Et c’est précisément là que se trouve l’une de ses clés : dans la reconnaissance possible du spectateur. Dans le fait de se voir reflété dans un personnage ou dans un sentiment qui repose sur un discours simple et naturel.

Love Actually dessine des histoires marquées par des sentiments ornés de lumières de Noël et, bien que cela soit parfois peu plausible, fait appel à l’amour en général, à ce sentiment que nous connaissons tous.

L’une de ses clés est peut-être l’humanité que l’on respire. La légèreté de sa comédie et l’universalité de son message, qui culmine dans la scène désormais classique des aéroports. Cette scène est un reflet fidèle de ce que sont les aéroports au moment de Noël. Des lieux de passage, mais aussi de retrouvailles, d’étreintes, de larmes… Peut-être le meilleur reflet de ce qu’est l’amour.