Lorsque l’on a été blessé, on est plus sensible aux blessures du monde

27 février 2016 dans Psychologie 1473 Partagés

Il est intéressant de voir comment l’histoire que l’on vit conforme notre personnalité, et comment une même situation peut générer des blessures ou des représentations si différentes.

Les personnes qui ont été blessées par le passé, forcément, ce sont généralement les personnes les plus construites, les plus élaborées, les plus préparées à affronter et transformer les adversités.

Evidemment, la souffrance nous oblige à envisager d’autres réalités plus diverses et moins centrées sur soi. En d’autres termes, lorsque l’on a été blessé, on est plus sensible aux blessures du monde.


“Les plus belles personnes que j’ai pu rencontrer sont celles qui ont connu la défaite, la souffrance, la lutte, la perte, celles qui ont trouvé leur façon de sortir la tête de l’eau. Ces personnes ont une appréciation, une sensibilité et une compréhension de la vie qui les emplit de compassion, d’humilité et d’une profonde inquiétude amoureuse. Les gens beaux ne sortent pas de nulle part”.

Elisabeth Kübler-Ross


mujeres-apoyo

Transformer la souffrance pour pouvoir aller de l’avant

Ceux qui ont été blessés ont besoin de certains moyens psychologiques afin de pouvoir revenir au monde une fois qu’ils sont disposés à y retourner. Autrement dit, ils doivent réussir à agir de telle manière que la souffrance s’apaise.

Ainsi, métamorphoser la souffrance en souvenirs grandioses ou amusants, c’est un gros travail auquel participe la résilience. La mise à distance émotionnelle est rendue possible par des mécanismes de défense qui, aussi coûteux soient-ils, sont nécessaires.

Les réactions émotionnelles les plus communes sont généralement :

  • Le déni : “tu ne croyais pas que j’avais souffert”
  • L’isolement : “je me rappelle d’un événement, mais il est dépouillé de toute affectivité”
  • La fuite vers l’avant : “je suis toujours vigilant afin d’empêcher que l’angoisse ne se présente à nouveau”
  • Intellectualiser les événements : “plus j’essaie de comprendre, plus je suis envahi par une insupportable émotion”

Mujer-abrazando-un-corazon-en-el-tejado

Blessés, nous sommes des êtres émotionnels et sensibles

Il suffit que la personne blessée soit aux côtés de quelqu’un qui compte pour elle pour qu’elle s’illumine de nouveau et qu’elle retrouve son chemin vers le monde, sensible à ses lumières et à ses ombres.


Souvent, la personne blessée peut avoir honte d’avoir été une victime, ou encore ressentir un complexe d’infériorité, des sentiments de destruction du je et d’incrédulité.


C’est pourquoi une personne blessée sait qu’elle n’est plus comme les autres, et qu’elle ne le sera plus jamais. De plus, on dit même qu’elle appartenait à un autre monde, et que tout ce qu’elle connaissait a changé.

Cela ajoute à son état plus de méconnaissance et de confusion, et il suffit alors d’identifier la souffrance pour se doter de sagesse et de tact envers les vestiges du passé, les chagrins présents et ceux qui s’entrevoient dans le futur.

Niña-en-el-camino

Les personnes blessées sont les plus belles

Evidemment, on ne peut jamais résoudre complètement nos problèmes : ils laissent des traces, et on craint que leurs fantômes ne renaissent. Cependant, le fait d’avoir été blessé nous permet de rendre notre existence plus supportable, plus belle et plus sensée.

C’est pourquoi il faut dire que la force qui naît de la boue nous permet d’orienter les traces de ces fantômes du passé, de donner de la voix à nos tourments et de fortifier ces attitudes qui impliquent amour et compréhension envers le monde.

Les personnes qui ont été blessées et qui sont sorties victorieuses au bout du compte possèdent une capacité stupéfiante de reconnaissance. Elles savent qu’il n’est pas possible d’être ce que l’on n’a pas été, mais qu’en revanche, on peut s’impliquer et donner de soi pour rendre les autres heureux.


Ainsi, la force qui naît de la souffrance est celle qui nous confère une auréole particulière ; les personnes qui ont été blessées sont parfaitement conscientes que le monde qui les a blessées est le même qui les a guéries. C’est pourquoi leur sensibilité conforme leur gratitude, constituant ainsi leur grandeur unique et exceptionnelle.


A découvrir aussi