L’importance d’être fidèle à soi-même

· 30 septembre 2016

Il est extrêmement important d’être fidèle à soi-même.

Afin de vous montrer que cette affirmation est vraie et qu’elle peut être à l’origine de bénéfices considérables quant à votre façon de penser et de comprendre le monde, nous aimerions parcourir avec vous les différents préceptes des la psychologie humaniste.

Probablement avez-vous déjà entendu parler de la psychologie humaniste.

Ce mouvement est une alternative valide au comportementalisme et à la psychanalyse freudienne.

Qu’est-ce que la psychologie humaniste ?

La psychologie humaniste est une école psychologique selon laquelle les états altérés de la conscience sont un milieu exceptionnel pour atteindre le potentiel humain complet, et ce en accordant une importance toute particulière à l’expérience non verbale.

Manos-juntas-con-una-luz-en-medio

La psychologie humaniste est un courant moderne né aux Etats-Unis et d’abord considéré comme faisant partie des mouvements culturels révolutionnaires des années 1960, mais finalement, il s’est établi comme une approche psychologique valide dans différents domaines sociaux et artistiques.

Pour valider les approches de la psychologie humaniste, ses défenseurs s’appuient sur les théories de Jean-Jacques Rousseau, célèbre philosophe français décrivant les humains comme de nobles sauvages développés en un sens productif, bons et joyeux à partir du moment où les expériences défavorables ou encore la société elle-même ne corrompent pas leur nature.

 


« Toutes [les passions] sont bonnes quand on en reste le maître, toutes sont mauvaises quand on s’y laisse assujettir. »

-Jean-Jacques Rousseau-


La fidélité selon la psychologie humaniste

Afin de vous permettre de prendre conscience de l’importance de la fidélité selon les préceptes de la psychologie humaniste, nous aimerions vous expliquer en quoi ce courant est essentiel pour nous si nous voulons comprendre notre façon d’agir :

  • L’être humain doit être global : convergent en lui ses sentiments, ses conduites, ses actes et ses pensées, et tout cela forme un tout.
  • Le comportement humain est intentionnellement vu depuis une perspective personnelle, où ont participé de façon non négligeable la liberté et la dignité.
  • L’existence personnelle de chaque être doit s’écouler au travers d’un contexte interpersonnel où chaque sujet peut se développer, et ce en n’oubliant jamais son individualité dans les relations sociales qu’il peut entretenir avec ses semblables.
  • L’être humain est une personne autonome. Chaque individu a la capacité de prendre ses propres décisions, des décisions qui orientent son développement dans la direction qu’il choisit.
  • Une personne qui est autonome a la capacité d’assumer ses propres responsabilités dans les relations sociales et interpersonnelles qu’elle entretient.
  • La tendance inhérente et naturelle de l’être humain, c’est la réalisation de soi. Grâce à elle, nous pouvons nous épanouir, et prendre conscience de notre individualité.
  • Toute expérience intérieure de l’être humain est personnelle et a un sens en elle-même.
    Ces expériences sont des axes fondamentaux pour le développement d’un réseau de perceptions que chacun a sur soi-même.

 


« L’un des avantages des bonnes actions est d’élever l’âme et de la disposer à en faire de meilleures. »

-Jean-Jacques Rousseau-


femme

Approches de la psychologie humaniste

Les théories de la psychologie humaniste proposent diverses approches.

Lisez la suite de cet article, et vous remarquerez, dans toutes ces approches, l’importance vitale que revêt la fidélité envers soi-même si on veut mener une vie de grande valeur :

  • L’existentialisme : c’est une des approches classiques de la psychologie humaniste. L’existentialisme, c’est un ensemble de courants de pensées selon lesquels la question principale de l’être humain, c’est l’existence-même, pas l’essence.
    Pour les existentialistes, le temps se traduit en possibilité de vie et le futur devient la possibilité de vivre ce temps librement.
    Pour eux, l’angoisse n’a donc aucun sens, puisque l’être humain peut profiter de son existence de multiples façons.
  • Le transpersonnalisme ; défendu par Maslow, le courant humaniste accepte une approche transpersonnelle où le concept fondamental se base sur la satisfaction psychique de l’être humain. Une satisfaction qui tourne autour d’une échelle des besoins à laquelle on doit donner la priorité en fonction de son importance pour notre vie psychique.
  • La psychologie humaniste de C. Rogers ainsi que sa psychothérapie humaniste se basent sur deux points fondamentaux :
  1. Confiance totale accordée au patient : il s’agit de transmettre de l’empathie au patient et de prendre conscience de son expérience ainsi que de son monde pour pouvoir le comprendre.
  2. Rejet total du rôle directif du thérapeute.
  • La logothérapie : Viktor Frankl base son approche humaniste sur la recherche du sens de la vie, sens qui serait, en quelques sortes, le garant de notre santé mentale face à des situations provocantes, cette corde qui nous attache à la vie et qui va nous empêcher de tomber dans des situations compliquées.
  • Analyse transactionnelle : cette autre approche défendue par Berne considère la psychologie humaniste comme la restauration et la protection de la confiance ainsi que du potentiel existentiel de la personne.
  • Approche bioénergétique : Lowen défend l’étude du caractère de chaque personne afin de pouvoir éviter la névrose et la répression que l’on subit lorsqu’on ne peut pas exprimer ni expulser librement notre énergie biologique.

Il est évident que la psychologie humaniste centre la plus grande partie de son approche sur l’importance de la fidélité envers soi-même, car il n’y a qu’en étant lui-même que l’individu peut parvenir à développer son énorme potentiel ainsi que ses capacités psychiques.