L’hydrophobie, ou la peur de l’eau

· 2 février 2019
Savez-vous ce que représente l'hydrophobie ?

L’eau est l’un des éléments les plus indispensables à la vie des êtres vivants. Ainsi, ne pas entrer en contact avec elle sur une base régulière est complexe, devenant un problème pour les personnes hydrophobes.

L’hydrophobie ou la peur de l’eau est définie comme le handicap que les humains peuvent subir lorsqu’ils entrent en contact pour la première fois avec le milieu aquatique. Au cours des premières étapes d’exploration, de découverte et d’adaptation, ces personnes développent un comportement réticent envers l’eau (Saquicela et Jacinto, 2010).

L’hydrophobie, ou phobie de l’eau, est un trouble psychologique caractérisé par une peur irrationnelle, excessive et injustifiée de l’eau.

« Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre. C’est maintenant le moment de comprendre davantage, afin de craindre moins. »

-Marie Curie-

Les symptômes de l’hydrophobie

Symptômes physiques :

  • Augmentation de la fréquence cardiaque
  • Augmentation de la fréquence respiratoire
  • Hyperventilation ou sensation d’étouffement
  • Tension musculaire généralisée
  • Transpiration excessive et/ou sueurs froides
  • Maux d’estomac et/ou maux de tête
  • Sensation d’irréalité ou de dépersonnalisation
  • Dilatation pupillaire
  • Étourdissements, nausées et vomissements
hydrophobie et nausées

Symptômes cognitifs :

Les symptômes physiques renforcent les symptômes cognitifs, causant des pensées négatives lorsque la personne est près de l’eau. De plus, ces pensées négatives produisent et alimentent des doutes sur la capacité de la personne hydrophobe à faire face à l’eau.

Symptômes comportementaux

  • Éviter. La personne évite à tout prix le contact avec l’eau, ce qui contribue à l’augmentation de la peur et empêche son dépassement.
  • S’échapper. Lorsque la personne n’a pas réussi à éviter le contact avec l’eau, elle tentera de s’en sortir le plus rapidement possible.

« La peur est toujours prête à voir les choses pires qu’elles ne le sont. »

-Tite-Live-

Les causes de l’hydrophobie

Selon Calamnia (1993), on peut regrouper les causes de l’hydrophobie en deux blocs :

  • Education à la peur du milieu aquatique. L’adulte transmet sa propre peur, afin que l’enfant l’intègre dans son organisme avant d’avoir vécu la peur à la première personne. C’est la forme la plus courante.
  • Mauvaises expériences antérieures ou situations stressantes telles que des immersions provoquées.

Selon Zubiaur et Gutiérrez (2003), l’hydrophobie du comportement moteur peut être due à plusieurs facteurs :

– Craintes de menaces psychologiques :

  • Peur de l’échec. C’est l’une des causes les plus générales chez les enfants et elle augmente avec l’âge. C’est peut-être parce que vous n’avez pas confiance en vos capacités ou que vous craignez les conséquences d’un échec.
  • Peur d’être évalué négativement.
  • Peur du ridicule social. Cela a une grande influence sur l’adolescence et, dans de nombreux cas, peut durer jusqu’à l’âge adulte.
  • Peur de la concurrence.

– Peur de l’insécurité physique :

Les débutants doivent faire face à des mouvements inhabituels, souvent dans des environnements inhabituels, ou à des mouvements inhabituels qui peuvent entraîner une perte d’orientation spatiale ou d’équilibre et peuvent être effrayants.

Si l’on y ajoute la nouveauté de la situation, l’insécurité des résultats et l’importance de la réussite, le sentiment de peur pendant et peut-être après l’exécution peut devenir très intense.

« La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but. »

-Alain Emile Chartier-

hydrophobie et noyade
Comment traiter l’hydrophobie ?

La thérapie d’exposition, comme dans presque toutes les phobies, est habituellement le traitement le plus couramment utilisé pour traiter l’hydrophobie. L’exposition peut être de deux types : in vivo ou virtuelle (cette dernière grâce à l’arrivée des nouvelles technologies). Dans tous les cas, la personne est exposée à l’environnement qui lui inspire de la crainte et apprend à « désapprendre sa peur » de l’eau progressivement, passant des situations qui produisent plus de peur à celles qui en produisent moins.

En combinaison avec la thérapie d’exposition, les médecins prescrivent souvent certains médicaments qui peuvent aider les phobiques à réapprendre comment réagir aux peurs. Les ISRS ou les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine peuvent réduire l’anxiété et les crises de panique. Rappelez-vous que les médicaments n’ont pas d’effets à long terme et qu’ils peuvent entraîner des symptômes de sevrage. Par conséquent, il faut prendre soin d’éviter leur utilisation à long terme.

Des techniques de réduction du stress telles que la relaxation, le yoga et la méditation sont également utilisées. Aussi, de plus en plus de techniques sont utilisées pour retrouver la pleine conscience : le mindfulness et le focusing.