L'éthique de Kant : l'impératif catégorique

C'est le bon moment pour se souvenir de l'éthique de Kant. Notamment en ces jours, car nous nous agenouillons face aux intérêts individuels et partisans...
L'éthique de Kant : l'impératif catégorique

Dernière mise à jour : 18 novembre, 2021

L’histoire de la philosophie est l’histoire des révolutions. En termes de connaissance, de morale, de politique, d’économie… On y trouve des figures également admirées et détestées. L’une des principales est celle d’Emmanuel Kant. Qui ne connaît pas le nom du philosophe de Königsberg ?

Il y a de nombreuses anecdotes à son sujet. On raconte qu’il était si ordonné dans ses coutumes que les ménagères locales réglaient leurs horloges en utilisant sa marche de cinq heures comme référence.

Les biographes parlent également de son manque d’ambition sur le plan personnel ou son amour pour le lieu où il est né et mort. Il aimait aussi cultiver ces relations qui ont été pour lui un stimulant intellectuel.

Nous parlons alors d’un amoureux de la physique, des mathématiques et des sciences en général et austère dans ses coutumes. C’était un enseignant au grand charisme ; de nombreux élèves sont venus à Königsberg pour suivre ses cours, où il y avait rarement une place libre. Il aimait la connaissance et parvenait à transmettre le germe de cet amour chez ses élèves.

Il a grandi dans un environnement religieux et a perdu sa mère quand il était très jeune. Malgré cela, elle eut le temps de lui apprendre à regarder et à nommer les étoiles. Un souvenir duquel Kant s’inspirerait avec tendresse dans sa Critique de la raison pratique.

L’éducation qu’il a reçue a été alourdie par une religiosité, un autoritarisme et un dogmatisme très marqués.

“Deux choses remplissent mon esprit d’admiration et de respect croissants au fur et à mesure que je pense à elles et que j’y plonge : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi. Ce sont deux choses que je ne devrais pas chercher en dehors de mon cercle visuel et me limiter à les conjecturer comme si elles étaient enveloppées de ténèbres ou trouvées dans le transcendant; Je les vois devant moi et les relie directement à la conscience de mon existence.”

-Kant-

La révolution de Kant

Dans le livre, Kant. Le tournant copernicien de la philosophie, son auteur, Joan Solé, évoque la relation entre Kant et Hume. Prenant comme analogie le film l’Enfant, de Charlie Chaplin. Dans le film, un garçon est chargé de jeter du verre sur différentes fenêtres pour qu’un acolyte vitrier vienne offrir ses services.

Hume serait l’enfant, détruisant une bonne partie de la théorie de la connaissance établie jusqu’à ce moment, basée principalement sur la pensée de Descartes. Kant serait le vitrier.

“Kant trouva le verre brisé et proposa de le réparer, plaçant un verre dépoli à sa place […]” pour que les philosophes sachent qu’ils voyaient le monde à travers un verre translucide. Ainsi, la révolution proposée par Kant en termes de savoir a été de mettre en évidence une idée sur laquelle la psychologie fonde nombre de ses interventions actuelles dans différents domaines. “Nos idées sont loin d’être une véritable image du monde.”

Pour Kant, peut-être la philosophie aurait-elle pu sortir de la caverne de Platon. Cependant, d’après Hume, cela ne signifiait pas que nous avions vraiment assez d’outils pour accéder au monde tel qu’il est.

En retour, il surpasse le relativisme auquel les empiristes nous précipitent. “Kant conserve l’impression de perceptions sensibles enregistrées par l’intuition, mais l’inclut sous des formes et des schémas qui ne sont pas donnés par la sensibilité, mais fixés par le sujet.

L’impératif catégorique : le siège de l’éthique

Kant comprend l’éthique comme une expression de la rationalité humaine. Si le lecteur curieux veut aller à son exposition originale, il peut la trouver dans Critique de la raison pratique et Fondation de la métaphysique des coutumes – ouvrages à digérer beaucoup plus calmement que cet article, bien qu’ils ne le soient peut-être pas, de toutes les œuvres du philosophe, ceux qui testent le plus notre compréhension de la lecture – . D’un autre côté, l’impératif catégorique représente l’avènement de l’âge de l’éthique, tout comme les Lumières auraient pu l’être pour la connaissance.

L’éthique de Kant est si puissante qu’elle transcende les circonstances, les individualités ou les conditionnalités. Ce n’est pas non plus une éthique qui épuise la liberté de la personne. C’est plutôt un garant, car elle acquiert un sens précisément au sein de cette liberté. Enfin, elle se distingue comme étant une fin en soi. Elle n’est pas sujet au bonheur, à l’amour ou au plaisir. Ce n’est pas un moyen de se sentir mieux dans sa peau, un matelas biscoélastique pour notre estime de soi.

Suivre l’éthique de Kant – formelle et universelle – demande des efforts. Ce n’est pas quelque chose qui nous vient naturellement. Par conséquent, notre engagement à son égard est le devoir, l’obligation, l’impératif.

“Travaillez simplement pour que vous puissiez souhaiter que la maxime de votre action devienne une loi universelle.” En d’autres termes, votre façon de penser sera approuvée par l’éthique de Kant lorsqu’elle satisfera le désir de chacun d’agir de la même manière. C’est la tournure copernicienne de Kant. L’éthique n’existe pas en tant que produit de la liberté, de l’immoralité ou de l’existence de Dieu, mais justifie plutôt l’existence d’autres éléments.

Cette statue représente Kant.
Statue de Kant à Kaliningrad.

Ainsi, si nous regardons le monde, nous nous rendrons compte que l’éthique de Kant est loin de régner. Le pouvoir, ou le désir de pouvoir, la peur de l’incertitude. Le besoin de sécurité semblent être des motivations plus puissantes que d’agir avec une intention honnête qu’un tel comportement est universel.

Nous accueillons les visiteurs, s’ils apportent de l’argent à dépenser. Nous signons la paix quand elle coûte plus cher que la guerre. De plus, nous parions sur la vérité si cela nous rapporte plus que le mensonge. Peut-être que Kant est mort il y a deux cents ans. Mais nous n’avons probablement pas encore commencé à comprendre son message.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 phrases de Bertrand Russell pour réfléchir
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
5 phrases de Bertrand Russell pour réfléchir

Découvrez ces quelques phrases écrites par Bertrand Russell, lesquelles nous invitent à réfléchir sur la manière dont nous vivons.