L'assertivité et la connaissance de nos droits

16 janvier, 2020
L'assertivité est une forme de communication qui s'apprend et se pratique. Et pour cela, il faut connaître tous les droits basiques assertifs. Découvrons-en quelques-uns ici.

L’assertivité désigne la capacité d’un individu à défendre ses propres droits de manière non agressive. Le droit d’être qui il est, d’exprimer ce qu’il pense et ce qu’il ressent dans le plus grand respect vis-à-vis de lui-même et des autres. Un individu peut être assertif lorsqu’il connaît bien ses droits et les alternatives dont il dispose pour protéger ces droits.

Nous nous centrerons ici sur trois droits basiques assertifs, sans oublier qu’il en existe plein d’autres. Plutôt que d’établir une liste interminable, nous préférons explorer trois d’entre eux en profondeur : le droit de ne pas donner d’explications, le droit de triompher et le droit de s’amuser.

L’assertivité, un concept peu connu

En réalité, les droits assertifs basiques sont tous les droits que nous possédons pour le simple fait d’être un individu. Cela veut dire que tous les individus bénéficient des mêmes droits assertifs. Il convient de ne pas oublier que nous avons le droit de choisir la forme dont nous souhaitons défendre nos droits.

L'assertivité entre deux collègues

L’assertivité renvoie précisément aux connaissances, au courage et au savoir-faire qui nous permettent de défendre nos droits lorsque la situation n’encourage pas cette défense. L’assertivité nous permet de dire non à notre supérieur ou à notre ami lorsque ce dernier nous demande une faveur, ainsi que de signaler une injustice commise.

Grâce à la communication assertive, nous pouvons exprimer des opinions, défendre nos droits et faire des suggestions sans violer les droits des autres. De plus, une communication honnête avec l’extérieur nous permettra de maintenir un dialogue plus sain et d’éviter ainsi la dissonance, car nous n’aurons pas à inventer des justifications pour défendre notre manière d’agir.

Nous parlons ici d’une forme de communication qui s’apprend et se pratique. C’est pourquoi nous approfondissons dans la suite de cet article les droits assertifs les plus importants.

Les explications sont volontaires

Incalculables sont les fois où nous nous sentons obligés de justifier des décisions, des actions ou encore des opinions que nous avons sur un sujet. Pourtant, nous ne sommes en rien obligés de donner des explications si nous ne souhaitons pas les donner.

Chacun d’entre nous est son propre juge. Ne pas donner des explications est un droit assertif basique qui est basé sur le fait que personne ne peut nous juger, au-delà du fait que nous ayons commis ou non un délit. Si vous devez souvent donner des explications alors que vous ne souhaitez pas le faire, il est alors fort probable que vous cherchiez constamment à faire plaisir aux autres afin de vous sentir accepté.

Gardez à l’esprit qu’il n’est pas nécessaire de plaire à tout le monde. En revanche, tout le monde doit vous respecter. Nombreuses de nos pensées et idées peuvent être illogiques : soutenir cette incohérence personnelle face à soi-même et face aux autres est une réussite qui requiert de la pratique et de l’assertivité.

L’assertivité et le droit de triompher

Apparemment, protéger ce droit ne semble pas bien compliqué, n’est-ce pas ? Et pourtant, bien souvent, ça l’est. Pour la plupart des objectifs que nous souhaitons atteindre, la concurrence est importante. Vous l’avez sans doute déjà remarqué. Nous faisons ici référence à une concurrence qui n’est pas toujours saine, qui, par jalousie, n’hésite pas à nous mettre des bâtons dans les roues.

Par ailleurs, il y a le syndrome de Procuste dont souffrent les personnes qui n’ont pas envie que les autres se démarquent. La peur d’être une victime des personnes qui souffrent du syndrome Procuste encourage certaines personnes à tout faire pour ne pas se faire remarquer et pour ne pas se différencier des autres.

L'assertivité et le succès

Le droit de s’amuser

Le droit de s’amuser, de profiter et d’être heureux… Nombreuses sont les personnes qui prennent conscience de ce droit après avoir travaillé dur pendant longtemps, après avoir vécu un événement dramatique ou encore après être passées par une mauvaise phase. Mais ce qui est certain, c’est que ce droit fait partie des droits basiques.

Le Moyen Âge est, sans l’ombre d’un doute, une période sombre de l’histoire. Dans de nombreux endroits, la joie et le rire étaient interdits. L’idée selon laquelle la vie est un chemin de souffrance était très répandue. Dans ce contexte, les fêtes et célébrations étaient alors censurées. À l’heure actuelle, il est certain que nous avons fait des pas en avant très importants. Néanmoins, il y a encore des personnes qui s’abstiennent de célébrer la vie ou de manifester de la joie par peur d’en faire trop.

L’assertivité nous permet de gravir des montagnes. Nombreuses sont les fois où nous nous retrouvons à des carrefours où il n’est pas facile de défendre nos droits. Néanmoins, une fois ce moment passé, nous nous rendrons compte que, en étant assertifs, notre regard devient plus propre et notre propre compagnie beaucoup plus agréable, car nous sommes capables de reconnaître qui nous sommes.