L'étang, une ancienne légende zen

15 décembre, 2019
Il s'agit d'une ancienne légende zen qui commence dans un jardin enchanté, où tous les vices et les vertus vivaient en harmonie presque totale. Cependant, la fureur et la tristesse généraient un environnement lourd.

Une ancienne légende zen raconte qu’il y avait un royaume enchanté dans lequel aucun être humain n’avait jamais été. Tous les vices et toutes les vertus y vivaient en relative harmonie. Tout le monde aimait jouer dans un grand jardin, toujours plein de lumière et d’arômes mystérieux. Parfois, ils parlaient longtemps et même s’ils n’étaient pas d’accord sur certaines choses, il n’y avait jamais eu de conflits.

Malgré tout, cette ancienne légende zen raconte qu’il y avait deux habitants avec lesquels il était difficile de traiter. L’un était la fureur et l’autre la tristesse. Les deux avaient le plus grand nombre d’amis. La fureur, par exemple, se déplaçait avec l’envie, le ressentiment et la jalousie. La tristesse, pour sa part, n’était pas aussi sociable, mais elle avait l’habitude de converser avec la paresse, le conformisme et la méfiance.

La furie et la tristesse étaient trop sensibles. Elles avaient du mal à tolérer le soleil, la pluie, le jour ou la nuit. Elles étaient aussi extrêmement susceptibles. On pouvait à peine leur parler. Dès qu’elles trouvaient quelque chose qu’elles n’aimaient pas, elles commençaient à grandir et à grandir… Parfois, elles ne laissaient de place à personne d’autre. C’est pourquoi d’autres les ont traités avec une extrême prudence et, en fait, ont préféré ne pas passer trop de temps avec elles.

“La tristesse n’est rien d’autre qu’un mur qui s’élève entre deux jardins.”

-Khalil Gibran-

La vieille légende zen et une compétition

La fureur et la tristesse erraient aux mêmes endroits. Elles aimaient toutes les deux les marais et les bois pleins de mauvaises herbes. Par hasard, un après-midi, elles décidèrent toutes les deux d’aller se promener près d’un magnifique étang cristallin dans le jardin. Elles bavardèrent et, paresseusement, la tristesse raconta à la fureur qu’elle avait entendu parler d’un trésor caché dans l’étang. L’illusion jurait qu’il y était enterré et que sa valeur était incalculable. Bien sûr, le pessimisme ne l’a pas cru.

La fureur, qui réagissait toujours sans réfléchir, défiait la tristesse. Elle lui dit qu’elle avait aussi entendu des rumeurs similaires et qu’elle proposait un concours pour rendre tout plus intéressant. Chacun devait choisir un bout de terre, au petit bonheur la chance, et regarder là. Celui qui trouverait le trésor pourrait le garder. La tristesse pensa qu’elle pourrait perdre. Cependant, elle accepta. Elle se dit que peut-être trouver un trésor la rendrait moins triste.

Les deux divisèrent la terre et commencèrent à creuser. La fureur agissait comme si le monde allait s’écrouler. Elle creusa avec beaucoup d’énergie et en moins de trois heures, elle compléta sa partie. Elle était furieuse à l’idée que le trésor était sûrement du côté de la tristesse. Cette ancienne légende zen raconte que la tristesse a pris son temps. Elle creusait pendant quelques minutes, puis réfléchissait et soupirait. Elle mit une semaine à terminer, alors que la fureur la regardait fixement, sur le point d’exploser. Aucune ne trouva de trésor.

Une fleur de nénuphar représentant la légende zen

L’étang et la morale

Cette ancienne légende zen dit que les deux, la fureur et la tristesse, ont compris qu’elles avaient été trompées. Elles ont aussi réalisé qu’elles étaient dégoûtées. Après avoir tant remué la terre, elles s’étaient mises de la boue jusqu’aux oreilles pour ne rien obtenir. Comme l’étang cristallin était proche, elles ont réalisé qu’il était temps de se baigner dans ses eaux.

La fureur atteignit le bord de l’étang et ôta ses vêtements. Avec beaucoup de rage, il se jeta dans l’étang qui, en quelques minutes, s’assombrit de boue portée par la fureur. La tristesse, comme elle en avait l’habitude, méditait un peu. Puis elle s’approcha du bord de l’étang, pensant que l’eau était agréable, mais plus maintenant. Et ce serait pire après qu’elle se soit submergée. Elle pleura un peu à l’idée de cela, sachant qu’elle n’avait pas le choix. Elle se déshabilla donc et se jeta à l’eau.

Un étang

Selon cette ancienne légende zen, la fureur a plongé avec colère, jetant de l’eau à droite et à gauche. La tristesse, par contre, était coincée dans un coin. Elle n’aimait pas bouger et pensait que c’était suffisant pour se débarrasser de la saleté sur elle. La vérité est que l’eau est devenue complètement boueuse. Le liquide sombre est entré dans les yeux de la fureur, qui est sortie en trombe pour s’habiller. Cependant, comme elle ne voyait plus rien, elle prit par erreur les vêtements de la tristesse et les a enfila.

Quand la tristesse sortit de l’étang, elle trouva les vêtements de la fureur et les enfila. Après tout, elle ne se souciait de rien. Depuis lors, la fureur va avec les vêtements de la tristesse et la tristesse avec les vêtements de la fureur. Les ménestrels de l’endroit ont dit que personne n’avait jamais senti les vêtements grands ou petits parce que la fureur n’est qu’un déguisement de la tristesse et la tristesse de la fureur.

 

  • TV, J. P., Wiki, P. Z., & Zen, P. Psicoterapia Zen.