Les relations de pouvoir dans le couple

11 décembre, 2019
Dans toute relation, il y a une répartition du pouvoir. Des décisions doivent être prises et, dans de nombreux cas, les préférences, les désirs ou les besoins ne sont pas les mêmes. C'est dans ces cas-là que la relation de pouvoir se manifeste et c'est pourquoi elle est si importante.

Le pouvoir est un champ de dispute pour de nombreux couples. Les deux veulent une position dominante sur l’autre, que ce soit dans un ou plusieurs domaines. Un désir qui, bien souvent, n’est pas conscient et qui donne lieu à une dispute qui ne l’est pas non plus. D’autre part, les relations de pouvoir dans le couple influencent de nombreux aspects, tels que le partage des responsabilités, l’intimité ou les relations sexuelles.

La tension que la relation de pouvoir peut générer dans le couple n’est pas nécessairement négative. Le problème apparaît lorsque les stratégies pour conquérir ce pouvoir sont nuisibles ou lorsque la personne qui a atteint ce pouvoir ne l’utilise pas au profit de l’autre ou de la relation elle-même.

Cette situation, qui peut sembler contraire à l’éthique de notre point de vue moderne, n’est pas propre à notre espèce. Au contraire, tous les membres du règne animal sont en relation les uns avec les autres à travers la dynamique du pouvoir.

Des relations de pouvoir compliquées au sein d'un couple

La dispute pour le pouvoir dans le couple

Les couples sont des entités dynamiques et sont donc dans un processus constant d’échange mutuel. Dans tout contexte amoureux en particulier, et social en général, nous trouvons des éléments tels que la persuasion ou la domination, qui peuvent être des indicateurs de la lutte pour ce pouvoir.

La répartition du pouvoir dans le couple peut être complexe. Elle est sensible aux changements, aux attentes, aux désirs et aux besoins de chacun. D’autre part, après un certain temps, elle atteint généralement une stabilité qui place chaque membre du couple dans un endroit où il se sent à l’aise. L’un finit par prendre la voix dominante à un moment donné et l’autre à un autre rôle.

Par exemple, dans un couple, c’est peut-être l’homme qui choisit où aller en vacances, tandis que la femme choisit le type d’hébergement ou les visites qu’elle veut faire. Dans les couples les plus établis, nous voyons constamment cet échange. On y conjugue les préférences, mais aussi la connaissance. Par exemple, la femme peut avoir des amis qui ont déjà visité la région et qui ont des références à des lieux d’intérêt.

Tout cela rendrait très compliquée la distinction de la personne qui domine les deux dans le couple. De plus, il est important de comprendre que le fait qu’il y ait quelqu’un qui domine et quelqu’un qui se laisse dominer n’a pas à être mauvais ; le problème se pose lorsque cette dynamique du pouvoir devient dysfonctionnelle ou lorsque les moyens d’atteindre ou de maintenir ce pouvoir nuisent à l’autre.

Problèmes liés aux relations de pouvoir dans le couple

En général, les relations de pouvoir dans le couple tendent, à l’intérieur du changement, à garder un certain équilibre. Ainsi, les membres d’un même groupe ont tendance à se réguler spontanément, et les personnes qui se sentent plus à l’aise pour diriger dans un domaine donné le feront naturellement. Ainsi, le conflit n’apparaîtra que lorsque cette préférence de domaine coïncidera.

Cet équilibre n’est donc pas toujours atteint spontanément. Nous verrons ensuite quelques cas dans lesquels la relation de pouvoir dans le couple peut être un grand foyer de conflits.

Cas 1 : Couple formé par deux personnes dominantes

Parfois, les deux membres d’un couple ont l’habitude d’assumer un rôle de leadership. Lorsque cela se produit, la chose la plus normale est qu’il y ait beaucoup de discussions : puisque les deux personnes doivent avoir raison et que l’autre est prête à écouter, il serait très compliqué pour les deux d’abandonner une partie de leur pouvoir en même temps.

Si vous pensez que vous vivez une dynamique similaire à celle-ci, une façon d’aborder la situation est de travailler activement pour comprendre l’autre. Pour ce faire, le développement de compétences, comme l’empathie, peut être très utile.

Cas 2 : Couple composé de deux personnes qui ont tendance à suivre les ordres

Lorsque les deux membres du couple ne souhaitent pas avoir de pouvoir dans la relation, ils peuvent se sentir mal à l’aise et inconfortable, car ni l’un ni l’autre ne peut prendre l’initiative. De cette façon, il y aura suffisamment de situations où règne l’insécurité, un aspect qui peut user si elles restent constantes dans le temps.

Dans de nombreux cas, la solution vient lorsque les deux parties partagent leurs opinions et essaient de parvenir à un accord, par exemple en prenant l’initiative en alternance.

“Jamais au-dessus de toi, jamais en dessous, toujours à tes côtés.”

-Walter Winchell-

Comment gérer les relations de pouvoir au sein du couple ?

Réflexion sur les relations de pouvoir dans le couple

La relation de pouvoir dans le couple est normalement configurée d’une manière inconsciente et naturelle – chaque personne acquiert plus de poids dans les décisions qui ont un plus grand intérêt pour elle ou dans lesquelles elle a une plus grande connaissance.

La tension que ces relations génèrent est généralement plus importante dans la phase qui suit celle de la naissance de l’amour : ce lieu où chacun commence à équilibrer l’investissement qu’il fait dans le couple, cédant moins et montrant de l’intérêt à maintenir plus de préférences que celles qu’il avait essayé de défendre jusqu’à ce moment.

Dans le cas où il s’agirait d’une source inépuisable de conflits, il sera nécessaire que le couple ressente et s’accorde de manière consciente et réflexive sur le poids que chacun va avoir dans certaines décisions, ainsi que sur les arguments ou stratégies valables ou non pour atteindre un but. Par exemple, un couple peut dire que le chantage affectif n’est pas valide pour amener l’autre à nettoyer la maison ou à “vouloir” avoir des relations sexuelles.

 

  • Dema, S. (2003). La desigualdad y las relaciones de poder en el ámbito privado. Análisis de las parejas con dos ingresos desde una perspectiva de género. Universidad de Oviedo. España.
  • Díaz, C. (2008). Una pareja, dos salarios: el dinero y las relaciones de poder en las parejas de doble ingreso. Revista argentina de sociología6(10), 203-206.
  • Foucault, M. (1988). El sujeto y el poder. Revista mexicana de sociología50(3), 3-20.
  • Valdés, T., Gysling, J., & María Cristina Benavente R. (1999). El poder en la pareja, la sexualidad y la reproducción: mujeres de Santiago. Santiago: Flacso.