Loading...
 

Les parents qui mentent à leurs enfants, quels effets cela peut-il avoir ?

Mentir aux enfants, même s'il s'agit de les forcer à faire certaines choses ou les protéger de sujets sensibles, ne sont jamais utiles ni encore moins pédagogiques.

Rédigé et vérifié par la psychologue Valeria213 dans 15 novembre, 2021.

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2021

De nombreux parents mentent à leurs enfants. Et nous ne parlons pas des mensonges pieux classiques, tels que ceux associés à la souri des dents ou le Père Noël. Nous parlons de mensonges instrumentaux avec lesquels ils essaient de changer leur comportement à travers une menace spécifique (si tu ne te comporte pas bien, je vais appeler la police pour qu’elle t’emmène). Croyez-le ou non, ce types de déclarations ont des conséquences inattendues.

La vérité est que si nous regardons en arrière, nous nous souviendrons tous d’une phrase similaire. Ils nous mentirent  pour éviter les crises de colère ou les conversations sur des sujets difficiles. La mort d’un parent était autrefois une scène propice aux demi-vérités.

“Grand-père a fait un long voyage, il est au paradis ou les anges l’emmenèrent”, constituait (et constitue généralement) la ressource la plus utilisée. Ainsi, bien qu’il existe des problèmes dont il nous est difficile de parler avec les enfants, il convient toujours d’essayer de se rapprocher de la vérité, en reconnaissant, par exemple, que nous ne connaissons pas non plus la réponse.

Il est donc important d’approfondir ce thème qui, bien qu’il puisse sembler inoffensif ou insignifiant, a un impact sur l’esprit de l’enfant.

“Le fait que tu me mente n’est pas ce qui me fait peur. Ce qui me fait peur, c’est de ne plus pouvoir te faire confiance.”

-Friedrich Nietzsche-

Parents qui mentent à leurs enfants : quels types de mensonges sont les plus courants ?

L’omniprésence du mensonge de la part des adultes dans la vie des enfants répond à plusieurs raisons. Le principal et le plus évident est d’essayer de mettre des limites aux souhaits des enfants. Celles qu’il nous coûte tant à gérer. Un exemple de ceci est de leur dire “maintenant je n’ai pas d’argent ou nous l’achèterons plus tard”, quand ils s’obsèdent pour quelque chose qu’ils voient dans un magasin.

Ces dynamiques qui nous semblent normales acquièrent parfois des connotations un peu plus problématiques lorsque les menaces et la peur s’utilisent. Certains parents mentent à leurs enfants en leur faisant croire que le « croquemitaine » apparaîtra s’ils se portent mal. Ce types de ressources, bien que sans mauvais fond pour la plupart, ne sont pas du tout pédagogiques.

Voyons quels sont les mensonges les plus fréquents que les parents racontent.

Les mensonges instrumentaux pour amener l’enfant à changer son comportement

L’une des études les plus connues sur la persuasion parentale/les fausses déclarations a été menée en 2013 à l’Université de Californie. Elle analysa les dynamiques familiales de l’Amérique du Nord elle-même ainsi que de la Chine.

Ils constatèrent que les mensonges instrumentaux sont les plus courants et qu’ils servent un seul objectif : promouvoir certains comportements. Cela était particulièrement courant dans le pays asiatique. Cependant, si nous les analysons, nous prendrons conscience qu’il s’agit d’une ressource que les parents utilisent  amplement en matière d’éducation dans de nombreuses régions de la planète.

  • Mensonges inhérents à la nourriture. “Si tu ne manges pas de brocoli tu auras des boutons sur le visage”. “Si tu ne bois pas de lait, tu ne grandiras pas et tu seras le plus petit de la classe”.
  • Mensonges inhérents à l’argent. “Maman n’a pas apporté d’argent et ne peut pas t’acheter ce que tu veux.”
  • Mensonges inhérents  au mouvement. « Si tu ne descends pas de là maintenant, papa te laissera seul”. “Si tu ne sors pas maintenant, j’appellerai la police pour qu’elle vienne te chercher”.
  • Mensonges inhérents à une mauvaise conduite. « Si tu te porte mal, je te placerai dans un orphelinat”. “Si tu ne change pas ton comportement, je ne t’aimerai plus et tu resteras seul”.

Mensonges inhérents à la performance : qu’il est beau ton dessin, tu es un artiste !

Les parents qui mentent à leurs enfants le font dans la plupart des cas avec de bonnes intentions. Un exemple de ceci est l’utilisation constante et aveugle du renforcement positif. Faire l’éloge de tout ce qu’ils font de manière démesurée ne permet pas aux enfants de se dépasser.

Si nous validons exagérément chaque dessin qu’ils font, chaque bricolage, exercice ou activité, il viendra un moment où ils ne trouveront aucune raison de s’améliorer. Il convient donc d’apprécier ce qui a été fait, de les encourager et de leur donner la confiance pour qu’ils continuent à s’améliorer. Vous devez éveiller leur potentiel et leur motivation pour qu’ils progressent.

Fausses déclarations pour dissimuler des faits inconfortables

« Votre cobaye est parti vivre avec une très bonne personne dans une immense ferme où il sera heureux”. “Maman (ou papa) quitte la maison car il doit travailler dans une autre ville, mais vous irez le voir tous les week-ends”.

Décès, divorces… Il y a des réalités inconfortables que l’on ne sait pas trop expliquer aux enfants. Si les parents mentent à leurs enfants en utilisant ce type de propos, ils le font avant tout pour anesthésier les inquiétudes et les émotions. Ils supposent que l’ignorance est meilleure que la vérité.

Fausses promesses

Nous ne pouvions pas ignorer les parents experts pour faire des promesses et ne pas les remplir. Le plus frappant est que ces promesses reposent sur un mensonge évident. C’est-à-dire que les parents eux-mêmes savent qu’ils ne les rempliront pas, mais ils les font pour se tirer d’affaire à un moment donné, pour susciter l’affection des enfants (même pour un instant).

Quels effets les mensonges des parents ont-ils sur les enfants ?

Les enfants comprennent plus que nous ne le pensons et peuvent expliquer. Ils ne sont pas naïfs. Et tôt ou tard ils découvriront les jambes du mensonge. Il arrive toujours un moment où ils affrontent ce qu’ils ne comprennent pas et font face à ceux qui leur mentent, même s’ils sont leurs parents.

Des articles de recherche tels que ceux de l’Université technologique de Nanyang, de l’Université de Singapour et de l’Université de Toronto soulignent quelque chose d’important. Les mensonges des parents affectent négativement le développement psychosocial des enfants. Le mensonge est le germe de la malhonnêteté.

Les petits apprennent tôt que la vérité n’a aucune valeur et que le mensonge, du moins pour le moment, peut permettre d’obtenir des résultats très attractifs. Il peut aussi arriver un moment où ils cesseront de respecter leurs parents.

Par conséquent, nous devons être clairs sur un aspect : les enfants méritent d’être traités avec respect. Cela implique de toujours user de sincérité. Adapter l’information à leur âge pour qu’elle soit compréhensible et pédagogique leur permettra alors de grandir de manière plus mature à tous égards.

Cet article pourrait vous intéresser…

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
Enfants gâtés : caractéristiques et comment fixer des limites

Parlons des enfants gâtés, ou plutôt des enfants qui montrent de tels comportements. Deux variables jouent un rôle important ici : d'une part,



  • Gail D. Heyman, Anna S. Hsu, Genyue Fu & Kang Lee (2013) Instrumental lying by parents in the US and China, International Journal of Psychology, 48:6, 1176-1184, DOI: 10.1080/00207594.2012.746463
  • Hays C and Carver LJ. 2014. Follow the liar: the effects of adult lies on children’s honesty. Dev Sci. 17(6):977-83.
  • Heyman GD, Hsu AS, Fu G, Lee K. 2013. Instrumental lying by parents in the US and China. Int J Psychol. 48(6):1176-84.
  • Heyman GD, Luu DH, Lee K. 2009. Parenting by lying. J Moral Educ. 38(3):353-369.
  • Santos RM, Zanette S, Kwok SM, Heyman GD, and Lee K. 2017. Exposure to Parenting by Lying in Childhood: Associations with Negative Outcomes in Adulthood. Front Psychol. 2017 8:1240.
  • Setoh P, Zhao S, Santos R, Heyman GD, Lee K. 2020. Parenting by lying in childhood is associated with negative developmental outcomes in adulthood. J Exp Child Psychol. 189:104680.