Les fans d'Harry Potter : un phénomène

08 juin, 2020
Les fans d'Harry Potter constituent l'un des fandoms les plus importants, les plus actifs et les plus productifs que nous ayons jamais vus. Dans cet article, nous posons quelques questions sur leur avenir et leur éventuelle évolution, tout en vous invitant à réfléchir sur le phénomène.
 

À ce stade, parler de Harry Potter, c’est presque comme parler des Simpson. En d’autres termes, c’est un phénomène si populaire que, que cela nous plaise ou non, que nous le connaissions en profondeur ou non, nous pouvons tous nous y identifier. Le magicien le plus célèbre de ces dernières décennies a laissé une profonde impression sur ses légions de fans dans le monde entier.

Il y a longtemps que Harry Potter et les Reliques de la mort a vu le jour. Cependant, loin de tomber dans l’oubli, le jeune magicien a prouvé qu’il restait très présent dans nos vies. Son fandom demeure extraordinairement fidèle et productif.

Comment ce phénomène est-il apparu et comment va-t-il évoluer à l’avenir ? Dans cet article, nous nous sommes efforcés de répondre, dans la mesure du possible, à ces questions.

Qui sont les fans d’Harry Potter ?

De manière générale, nous pourrions définir un fan comme une personne qui admire ou idolâtre une autre personne. Il peut s’agir d’un sportif, d’un chanteur, d’un acteur… En termes généraux, une personne célèbre, connue dans les médias. Mais vous pouvez aussi être fan d’un genre, d’une série, d’un film ou, comme dans le cas de Harry Potter, d’une saga.

Le phénomène des fans est aussi particulièrement fréquent chez les adolescents. C’est le moment  de la vie où une identité se crée. Les fans ont tendance à suivre et même à imiter l’objet d’admiration. D’une manière ou d’une autre, un processus d’identification avec le sujet a lieu.

 

Les fans s’impliquent avec leur idole, se regroupent en communautés, partagent des codes de communication, etc. À leur tour, ils peuvent produire des histoires ou du matériel audiovisuel en rapport avec leur objet d’admiration.

Internet a grandement favorisé la création d’espaces et la communication entre les fans. Par conséquent, nous rencontrons d’authentiques légions d’adeptes qui produisent, partagent, débattent et enquêtent.

Tout cela est parfaitement connu des entreprises, des agences de publicité, etc. Après tout, les fans ne sont que des consommateurs. Sans aucun doute, lorsqu’un phénomène de cette nature atteint un niveau aussi élevé qu’Harry Potter, les affaires vont bien.

Des fans d'Harry Potter

Des personnages auxquels s’identifier

Au point précédent, nous avons parlé d’un processus d’identification entre les fans et le phénomène qu’ils idolâtrent. De même, nous avons fait remarquer que ce processus atteint généralement son apogée à l’adolescence. Donc, si nous appliquons cette idée au fandom d’Harry Potter, nous trouvons un fait assez curieux.

Réfléchissons un instant à ce que nous percevons dans chacun des livres qui composent la saga. Chaque livre semble correspondre au parcours spécifique dans lequel Harry s’est trouvé et, par conséquent, à un certain âge.

 

Lorsque Harry Potter et l’école des sorciers est sorti au Royaume-Uni en 1997, la stratégie de marketing se destinait entièrement à un public d’enfants. Ceux qui étaient enfants à la fin des années 1990.

Le jeune magicien est rapidement devenu célèbre. Et les livres ont commencé à être traduits et vendus dans le monde entier. J.K. Rowling venait de redonner aux enfants le plaisir de lire. Elle venait de transformer toute une génération en lecteurs.

Ces jeunes lecteurs attendaient avec impatience l’arrivée du prochain livre de la saga. Ce qui est intéressant, c’est que les livres deviennent plus sombres, plus complexes et plus épais au fur et à mesure. Harry, tout comme les fans, a continué à grandir.

Hary Potter jeune

Les films sont sortis tous les un ou deux ans. De cette façon, quelque chose d’extraordinaire a été accompli et c’est que ces jeunes lecteurs ont atteint l’adolescence en faisant partie de quelque chose, en formant une communauté solide avec une référence à laquelle s’identifier.

Les adaptations cinématographiques, à leur tour, ont contribué à consolider ce fandom. Et, en même temps, à l’ouvrir à un public plus large : les jeunes qui n’avaient pas lu les livres.

 

Les fans d’Harry Potter avaient une référence avec laquelle ils partageaient leur âge et leurs préoccupations. Bien que l’univers qu’ils habitaient soit différent. De même, les personnages présentés dans l’œuvre de Rowling, bien que confrontés à une épopée, semblent être hors de notre réalité.

Rowling nous a fait connaître des femmes avec lesquelles les filles pouvaient s’identifier énormément et dont on pouvait même faire une lecture féministe.

Le cas de Harry est peut-être celui qui s’éloigne le plus de l’archétype du héros, bien qu’étant un héros plutôt imparfait. Il nous a aussi donné une nouvelle masculinité. Et ce en présentant des hommes qui ont peur, qui pleurent et qui n’en ont pas honte.

Harry Potter : des fans actifs et productifs

Le fandom de Harry Potter a été particulièrement actif et productif. Toute cette activité a été favorisée par les innombrables produits de merchandising et les sites web comme Pottermore qui concentrent tous les fans. De même, l’auteur elle-même contribue à nourrir les doutes de ses adeptes par le biais d’interviews et de son compte Twitter.

Bien sûr, une communauté aussi importante a un certain nombre de codes partagés. Ainsi, ils s’identifient les uns les autres comme des potterheads. Ils emploient des termes tels que moldus et s’identifient par des symboles ou des insignes tels que les reliques de la mort ou la marque des ténèbres.

La division des potterheads dans les maisons de Poudlard est assez particulière. Des sites tels que Pottermore ont encouragé les fans à avoir une « source officielle » pour vérifier à quelle maison ils appartiennent. Le site a donc ainsi créé de nouvelles communautés au sein du même fandom.

 

D’une certaine manière, on peut comprendre ce fait comme s’il s’agissait des signes du zodiaque. Le fait d’appartenir à l’une ou l’autre maison est lié aux traits de personnalité de ses habitants. Autrement dit, le fait d’appartenir à Gryffondor nous rendra courageux. Face à quelqu’un qui appartient à Serpentard qui se distinguera par son ambition. En d’autres termes, le sentiment d’appartenance est renforcé et le phénomène d’identification est nourri.

D’autre part, la productivité des potterheads semble ne connaître aucune limite. Au-delà des fanfictions – un phénomène commun à tous les fandoms – nous trouvons une communauté extraordinairement créative.

Une communauté qui, loin d’être reléguée aux discussions sur les théories de l’intrigue, s’est lancée dans la réalisation de son propre film : Voldemort : Origins of the Heir. Il s’agit d’un spin-off qui explore la vie de l’antagoniste de la saga et a été financé par les fans eux-mêmes.

L’avenir des potterheads

Si nous avons dit plus tôt que l’on peut voir ce fandom dans une perspective générationnelle, peut-être devrions-nous commencer à penser à l’avenir. Cela pourrait-il être un problème pour attirer de nouveaux adeptes ?

Contrairement aux fans qui ont grandi avec le magicien, tout jeune dispose de tous les livres, films et informations et, d’une certaine manière, la magie est brisée. L’une des clés que nous avons mentionnées précédemment est l’identification des générations qui, associée à l’attente du prochain tome ou film, a grandement alimenté le phénomène.

 

Il est peut-être encore trop tôt pour envisager son évolution possible. Mais on peut voir comment certaines mesures ont déjà été prises afin de rechercher de nouveaux créneaux ou de futurs fans. On peut en trouver un exemple dans la création de la saga Les Animaux fantastiques.

Pourquoi alors créer une nouvelle saga ? Parce qu’en plus du fandom déjà consolidé qui est maintenant adulte, il ouvre la possibilité à un nouveau public. En fait, Les Animaux fantastiques a connu un grand succès auprès des jeunes générations qui n’avaient même pas lu les livres Harry Potter.

Au fil du temps, des parcs à thème inspirés de l’univers d’Harry Potter ont ouvert. Et des décors réels tels que la gare de King’s Cross ont été utilisés pour offrir au fandom un divertissement qui va au-delà des films et des livres. Une expérience qui les rapproche de la vie dans le monde dont J.K. Rowling rêvait dans sa chair.

Nous ne savons pas ce que sera l’avenir, mais tout semble indiquer que le fandom est toujours plus vivant que jamais. En attendant, nous continuerons à rêver et à attendre que notre lettre de Poudlard.