J'ai l'impression de ne pas m'intégrer, que dois-je faire ?

02 mars, 2020
Si j'ai l'impression de ne pas m'intégrer, il vaut mieux arrêter. Je n'ai pas besoin de m'introduire dans des lieux, des personnes et des scénarios qui ne sont pas de ma taille. Célébrer mon identité, mes passions et prendre soin de mon muscle d'estime de soi chaque jour devraient être mes principaux objectifs.
 

Je sens que je ne m’intègre pas, que puis-je faire ? Il y en a beaucoup qui, d’une certaine manière, dépensent une énorme quantité de leur précieuse énergie à essayer de s’intégrer, d’être comme les autres, de faire partie de collectifs renonçant même à leur propre individualité pour trouver un sentiment d’appartenance. Dans la plupart de ces cas, nous oublions un aspect fondamental : le caractère exceptionnel d’être unique, différent du reste.

Cependant, il y a un aspect qui est clair pour nous tous : il y a des gens qui souffrent du poids de la stigmatisation, de l’isolement. En tant que créatures sociales, nous ne devons pas seulement interagir avec les autres. Nous voulons aussi nous sentir partie de quelque chose, de quelqu’un, nous recherchons un minimum de sentiment d’appartenance, de sécurité et ces racines à partir desquelles nous pouvons continuer à grandir dans notre projet personnel.

Ainsi, bien qu’on nous dise parfois qu’il est important de renforcer notre individualité, de donner du pouvoir à la « magie » d’être différent, en réalité, il s’agit seulement de savoir comment équilibrer la balance. Nous souffrons tous de cette dualité inconfortable entre ce que nous sommes et ce que nous devons montrer au monde pour être acceptés.

 

Par conséquent, le bien-être commencerait par ne pas perdre l’essence et le sens de soi. La clé est d’être accepté par des personnes qui ont un sens pour nous, par des êtres capables d’apprécier tout ce que nous sommes, avec nos particularités, notre grandeur et même nos insécurités.

« Je ne fus jamais, depuis mon enfance,

Comme le sont tant – et je n’ai rien vu

Comme ils le voyaient – et je n’ai rien connu

De leurs passions où j’ai ma présence […] »

-Edgar Allan Poe-

Un canard jaune qui ne parvient pas à s'intégrer dans un groupe de canards noirs

J’ai l’impression de ne pas m’intégrer et j’en souffre

Il est difficile de ne pas se sentir comme un étranger dans ce monde. Il y a des moments qui semblent aller à contre-courant, où nous sommes apatrides à partir d’une scène où tout le monde semble enchanté par la même mélodie, alors que nous nous sentons inspirés par une autre. Nous sommes peut-être, comme ces arbres fascinants, les jacarandas, qui fleurissent dans une ombre violette alors que tout autour d’eux, les autres ne le font qu’en vert.

 

Quand je sens que je ne m’intègre pas, j’en souffre (une règle aussi réelle que fréquente). Plus encore, la partie compliquée de tout cela est que nous parlons d’une souffrance qui est très facile à dater. Car le sentiment de ne pas se sentir intégré naît souvent dans l’enfance.

A tel point qu’il est courant de penser qu’il y a un problème en nous, que « s’épanouir » en violet, comme le fait l’arbre mentionné ci-dessus, est quelque chose de négatif. Alors qu’en réalité, nous avons tous des nuances qui nous rendent exceptionnels dans la forêt de la vie.

La théorie de Bowen sur les forces vitales

Le Dr Murray Bowen (1913-1990), a développé la théorie des forces vitales dans les années 1950 en observant comment les gens se développent émotionnellement et naturellement.

  • Bowen a expliqué dans cette approche quelque chose de très précieux. Cette théorie postule que dans l’être humain il y a deux forces de vie fondamentales et en même temps opposées
  • La première est une force de croissance très puissante qui nous pousse vers l’individualité, où nous pouvons nous construire un moi séparé de notre famille, de nos amis, de la société…
 
  • La seconde est une autre force tout aussi puissante qui nous pousse à rechercher et à avoir besoin d’une proximité émotionnelle
  • Selon cette approche, la plupart d’entre nous se déplacent quotidiennement dans cette dualité souvent douloureuse. Nous nous sentons différents parce que notre sens du moi cherche à se séparer du reste. Pourtant, nous avons envie de nous intégrer, de faire partie de ces dynamiques où les autres se déplacent

Lorsque nous souffrons du « stigmate » de ne pas être à notre place

Quand j’ai l’impression de ne pas être à ma place, je ne peux pas m’en vouloir. Parfois, je peux en venir à penser que le monde lui-même n’a pas de sens. C’est ce qui ressort d’une étude menée à l’Université du Michigan par les docteurs Gregory Walton et Geoffrey M.Cohen.

Cette étude a montré que ceux qui souffrent du « stigmate » de l’exclusion, qui souffrent constamment de « l’incertitude de l’appartenance », connaissent une baisse de leur motivation, de leurs résultats scolaires et professionnels et, en même temps, sont plus susceptibles de souffrir d’une sorte de trouble psychologique.

 
Un bonhomme en orange s'envolant avec un ballon

Je veux m’intégrer, que puis-je faire ?

Souvent, cette idée de « j’ai l’impression de ne pas m’intégrer » trouve son origine dans la famille. Notre éducation et la dynamique qui se dégage de ces micro-scenarii nous donnent très tôt le sentiment de « ne pas être normaux ». Par exemple, nous ne sommes pas normaux aux yeux de nos parents car nous ne sommes peut-être pas aussi brillants que notre frère.

Parce que nous en sommes sortis plus rebelles, parce que nos hobbies, nos goûts et nos passions ne cadrent pas avec le projet familial. Ainsi, nous pouvons traîner cette marque pendant des années, ce qui diminue nos compétences sociales, notre image de soi et notre identité. Pour cette raison, et afin de renforcer ces dimensions et d’améliorer notre sentiment d’appartenance, il est utile de réfléchir à ces idées.

 

Définissez qui vous êtes et mettez-y de l’éclat

L’une des contributions les plus intéressantes que Carl Jung nous a laissées est sa théorie de l’individuation. Selon cette approche, l’une de nos responsabilités les plus importantes est la suivante : éveiller notre potentiel, notre conscience individuelle, surmonter nos peurs et nos résistances et nous exprimer devant le monde tel que nous sommes. Avec confiance et bonheur.

Un tel processus prend du temps. Cependant, avant de « vouloir s’intégrer aux autres », il est préférable de « s’intégrer à soi-même ». Nous devons encourager l’acceptation de soi, en sachant qui nous sommes et ce que nous voulons.

Il ne s’agit pas de « s’intégrer », toute résistance crée de la douleur

Nous avons tous essayé de forcer une pièce dans un trou de puzzle à un moment donné. Nous réalisons immédiatement qu’il est inutile de recourir à la force. Pas quand les formes ne s’harmonisent pas, pas quand les trous ne s’adaptent pas aux bords.

 
  • Nous devons comprendre qu’en réalité, la vie ne consiste pas à vouloir s’intégrer, mais à couler. Si nous essayons de le faire par la force, nous souffrirons et nous pourrions même choisir de renoncer à une partie de notre identité afin de nous retrouver dans le mauvais puzzle
  • Nous devons comprendre qu’il y aura des personnes, des lieux et des groupes avec lesquels nous nous identifierons et d’autres avec lesquels nous ne le ferons pas. De plus, dans notre voyage pour trouver un sentiment d’appartenance à quelqu’un, nous pouvons faire mille variations jusqu’à ce que nous trouvions notre espace idéal

Soyez vous-même chaque jour de votre vie et votre « tribu » viendra à vous

Ce n’est pas grave si nous faisons notre propre voyage dans la solitude pendant un certain temps. Au cours de ce voyage, nous allons tout simplement nous célébrer. Parfois, lorsque nous suivons le rythme d’une passion ou d’une impulsion singulière, nous finissons par trouver notre propre « tribu » ; celle où tout s’harmonise, où nous sommes acceptés et appréciés pour chaque nuance, pour chaque recoin particulier.

 

Pour conclure, si je sens que je ne m’intègre pas, la première chose que nous pouvons faire est de réduire cette angoisse. Gérer les peurs, polir les insécurités et faire briller notre propre sens du soi et le muscle de l’estime de soi nous aide à être plus efficaces.