Les Autres : clair-obscur et suspense

Les Autres a été une étape importante au début du nouveau millénaires. Ce n'est pas le premier ni le dernier film sur les fantômes et les maisons hantées, mais Amenabar a réussi à en faire un classique, une oeuvre de suspenses sur les peurs les plus humaines.
Les Autres : clair-obscur et suspense

Dernière mise à jour : 14 novembre, 2021

Il existe d’innombrables films de fantômes et nous avons parfois l’impression qu’ils sont tous à peu près les mêmes. Cependant, il y a un titre qui vient à l’esprit régulièrement : Les Autres (Amenábar, 2001).

Peut-être que Les Autres éveille une certaine nostalgie, après avoir vu le film très jeune et parce qu’il puise dans des influences assez classiques des films de suspense et d’horreur. Dans cet article, nous analysons comment le film a vieilli – 20 ans après sa sortie – et pourquoi il a réussi à se lier ainsi avec le public et la critique.

Sur le sujet des maisons hantées, Les Autres nous livre une histoire que nous avons déjà vue, mais sous un autre angle et jouant avec notre propre perception de la réalité.

Cela dit, à ce stade, nous doutons de vous avoir délivré des informations sensibles sur le film, mais si vous n’avez pas vu le film ou ne vous souvenez pas de la fin, vous feriez mieux de ne pas continuer à lire l’article.

Une production chanceuse

Actuellement, Alejandro Amenábar est l’un des cinéastes les plus reconnus de la scène espagnole, mais il y a 20 ans, le réalisateur de Thesis (1996) et Abre los ojos (1997) était un grand inconnu pour une grande partie du public, notamment dans le scène internationale.

Les Autres a marqué un avant et un après dans sa carrière et est devenu le film espagnol le plus rentable de l’époque.

Ce n’est pourtant pas sans critiques et les comparaisons avec The Sixth Sense (Shyamalan, 1999) sont plus que récurrentes. Cependant, malgré les similitudes avec le film de Shyamalan (en fait, la seule similitude est la révélation finale), Les Autres ont réussi à éveiller une sensation que le grand public n’avait pas vue dans les grands cinémas depuis longtemps.

En réalité, le scénario est simple et aurait probablement pu être réalisé sans trop de budget. Nous avons vu l’histoire à d’innombrables reprises : une maison dans laquelle les vivants et les morts se mêlent et, étonnamment, les personnages les plus jeunes sont ceux qui sont les plus susceptibles de détecter les “présences”. Cependant, dans Les Autres, la décision est prise de raconter l’histoire du point de vue opposé : du côté des morts.

Pour raconter cette histoire, vous n’avez pas besoin de beaucoup d’acteurs ou d’innombrables scénarios. En fait, il ne serait pas difficile, d’un point de vue de faisabilité, de raconter cette même histoire avec un budget beaucoup plus petit. Cependant, le film d’Amenábar a eu une grande chance qui a permis au réalisateur de tourner le long métrage comme il l’avait rêvé, sans avoir à épargner les dépenses et à se permettre toutes sortes de luxes lorsqu’il s’agissait de donner à son film l’atmosphère qui l’a catapulté à la célébrité.

Tom Cruise a montré un énorme intérêt pour le cinéma d’Amenábar après avoir regardé le film Ouvrez les yeux. Cette admiration pour le cinéaste hispanique chilien a conduit à l’adaptation intitulée Vanilla Sky (2001) qu’Amenábar a refusé de réaliser. Mais l’histoire ne s’arrêtera pas là et, finalement, Cruise est devenu l’un des producteurs de Los Otros. Les seules conditions d’Amenábar étaient de tourner en Espagne et avec sa propre équipe ; le reste est de l’histoire.

La lumière, un personnage de plus dans Les Autres

Bien que le budget puisse être d’une grande aide lors du tournage d’un long métrage comme The Others, la vérité est qu’une histoire bien racontée va beaucoup plus loin. On peut écouter la même histoire racontée par différentes personnes et elle ne sera jamais la même. Elle peut nous faire rire, pleurer ou évoquer l’indifférence selon le point de vue et la voix du narrateur.

Au cinéma, nous n’avons pas de narrateur qui utilise verbalement les ressources pour évoquer des sensations en nous, mais tout ce qui ne peut pas être dit en mots, se dit à travers les images.

Quand on pense au cinéma fantastique ou d’horreur, il y a certains éléments qui nous viennent à l’esprit et l’un d’eux, sûrement, est la présence de l’obscurité. Le fantastique et l’effrayant ont généralement lieu pendant la nuit, au moment où nous nous sentons plus vulnérables, non protégés et où toutes nos peurs peuvent faire surface. La peur des ténèbres est généralement liée à l’inconnu et fait partie de notre imagination collective.

Dans le cas présent, les clair-obscurs se distinguent énormément, la lumière artificielle qui évoque les sensations et le mystique. La photographie vient de la main de Javier Aguirresarobe, l’une des grandes références qui a été comparée à des cinéastes comme Stanley Kubrick. La présence et l’absence de lumière dans le film contribuent à créer une atmosphère unique qui garde le spectateur à l’affût.

La lumière est souvent considérée comme sûre, l’endroit où nous sommes protégés et en sécurité. Cependant, dans Les Autres, le contraire se produit. À cause de la maladie des enfants de Grace, la maison doit rester dans l’obscurité et cette obscurité leur donne la sécurité. Cette opposition se reflète également dans la révélation finale : l’histoire n’est pas racontée du point de vue des vivants.

Cependant, la lumière ne cesse de porter la vérité et, par conséquent, ce n’est pas un hasard si nous voyons toujours Mme Mills près d’une lampe ou portant les lampes. Mme Mills n’est rien d’autre que la porteuse de la vérité, celle chargée de réveiller Grace et ses enfants de leur sommeil, de leur montrer la réalité, aussi difficile soit-elle.

D’une manière ou d’une autre, bien qu’elle soit en temps et en lieu réels, la photographie dote le manoir d’un certain halo d’irréalité qui le rend claustrophobe. Les bars et le cimetière semblent délimiter avec un monde extérieur enveloppé de brouillard et dont nous avons peu de nouvelles.

Il n’est donc pas surprenant que les plus grandes révélations aient trait à la lumière. Quelqu’un enlève les rideaux et, étonnamment, bien qu’Anne et Nicolas aient peur, leur peau reste intacte. Nous atteignons la fin et les enfants contemplent la lumière sans qu’elle ne soit nocive et célèbrent la “guérison”. De même, le brouillard disparaît lorsque nous connaissons la fin.

La lumière des Autres n’est pas naturelle, elle est absolument impressionniste et nous enveloppe dans cette atmosphère terrifiante. Sans effets spéciaux, mais à travers les mouvements de caméra et les clair-obscurs, ils nous disent que quelque chose d’étrange se passe dans le manoir, que la vie quotidienne a été détruite par une sorte d’intrus.

Le suspense dans Les Autres.

Les clés du suspense

Les Autres montrent très clair leur intention dès générique. Ce que nous allons voir ensuite est une histoire macabre et fantastique. Puis le film commence avec une femme qui hurle au réveil. A-t-elle fait un cauchemar ? Quelque chose s’est-il passé auparavant et nous ne le savons pas ?

Tout au long du film, la petite Anne nous dit à plusieurs reprises que “quelque chose s’est passé” et que quelque chose arrive avant le cri de Grace. Un cri qui, lors d’un premier visionnage, passe peut-être inaperçu, mais que le réalisateur a placé au début consciencieusement pour nous avertir que quelque chose de terrible vient de se passer.

Le suspense se fait sentir dès le début et prend comme influences Un autre tour de la vis (Henry James, 1898) ou le grand maître du suspense Alfred Hitchcock. Le manoir lui-même évoque Rebecca d’une certaine manière (Hitchcock, 1949) et Grace est un hommage à Grace Kelly et à toutes les blondes effrayées que les Britanniques ont dépeintes au cinéma.

Le sentiment d’isolement dont nous avons parlé auparavant est perçu à travers les images, mais aussi à travers Grace, qui semble vouloir vivre dans une situation fantastique, conçue par elle-même afin d’échapper à la réalité. Tout au long du film, on nous dit que Grace souffre de migraine, aime le silence et quitte à peine la maison. Elle est piégée dans le mensonge même qu’elle a elle-même créé comme mécanisme de défense afin de ne pas faire face à l’horrible réalité.

Personnages et religion

Le personnage, en outre, est doté d’une composante religieuse qui évoque encore plus le fantastique. Ferme concernant ses croyances et capable de répondre à n’importe quelle question en s’accrochant à la Bible. Grace ne questionne absolument rien et le paradoxe est que connaissant la vérité, elle est maintenant incapable de répondre à la raison de sa propre existence.

Anne, contrairement à Grace, remet en question ce qui est dit dans la Bible, bien qu’elle pense tout savoir sur les fantômes. Anne est l’un des personnages qui nous donne le plus d’indices, car elle est la seule à se souvenir de “ce qui s’est passé”. De même, il a certaines connotations mythologiques liées à Œdipe. Nous voyons la rivalité avec la mère qui porte même un costume similaire à celui d’une mariée.

Bref, la peur de faire face à la réalité, à la mort et l’absence de réponses à notre propre existence se matérialisent dans Les Autres. Un film qui, malgré le temps qui passe, ne vieillit pas et continue de fonctionner parfaitement. Loin des personnages stéréotypés ou des effets spéciaux exagérés, il évoque le suspense de la manière la plus classique et la plus efficace possible.

Cela pourrait vous intéresser ...
The Painted Veil : l’histoire d’un amour né du désaccord
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
The Painted Veil : l’histoire d’un amour né du désaccord

Le choc culturel et les attentes irréalistes sont les piliers de The Painted Veil. Un conte d'époque fascinant marqué par l' infidélité et la culpa...